Hélène Lipietz - Ancienne Sénatrice sénat les écologistes au sénat Qui est Hélène LIPIETZ ? Modification de la statuaire de l’hémicycle sénatorial Hélène Lipietz Image Map

AccueilMa vie de sénatriceDébats et questions au gouvernement (QAG)Questions au gouvernement (QAG)Questions écrites sans réponseDistances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations

Question écrite

Distances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations

mercredi 25 juin 2014, par Hélène Lipietz, Emmanuelle Orvain

Mme Hélène Lipietz attire l’attention de Mme la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie au sujet de l’augmentation de la distance entre le lieu d’implantation d’une installation de grands aérogénérateurs éoliens à plus de 500 mètres d’une habitation (ou future habitation), tout en conservant un espacement d’environ 400 mètres entre chaque éolienne, et l’encouragement d’équipement des particuliers avec des installations micro-éoliennes.

Voir en ligne : La question écrite, sur le site du Sénat

Les raisons qu’elle évoque sont diverses : le manque d’études sérieuses et indépendantes quant à l’impact des grandes éoliennes sur la santé des riverains, comme par exemple la nuisance sonore, les troubles du sommeil, l’effet stroboscopique potentiel déclencheur de crise d’épilepsie.

Elle lui demande d’étudier l’agrandissement du cercle d’exclusion de ces gratte-ciel à vent autour des lieux d’habitation en attendant que les études soient menées, ainsi que le renforcement des consultations citoyennes et la possibilité d’aider au développement du micro-éolien.

P.-S.

Ce post-scriptum est rédigé après la fin de mon mandat et suite au tsunami déclenché par cette question que j’ai posée après la rencontre de l’association « vent de force 77 ». Comme pour celle relative aux ambulances, je suis encore une fois étonnée que mes lecteurs sur-interprètent ma question et en fassent une dénonciation des éoliennes alors qu’elle n’est qu’une dénonciation du manque de prise en compte des citoyens et citoyennes.

Je suis pour les éoliennes et en total accord avec mon groupe mais parce qu’on n’est plus en 1970, je trouve profondément scandaleux que leur implantation se fasse sans concertation, sans information des citoyens. Un parc éolien ne doit pas être implanté comme on a implanté les centrales nucléaires… parce que nous sommes quarante ans après et que j’espérais que la citoyenneté avait fait des progrès en France. Tel n’est pas le cas…

Ma question n’est donc pas une remise en cause de tous les parcs éoliens mais la demande de plus de concertation et de plus d’études d’impact. C’est aussi un vibrant appel au développement du micro-éolien.

Je réponds lentement mais surement à mes laudateurs et mes détracteurs qu’ils deviennent quand je ne les caresse pas dans le sens du vent, dont je ne mérite pas ni leurs compliments, ni leurs insultes car ils reposent sur un mal-entendu enfin une mal-lecture : les éoliennes peuvent poser problème, nous avons l’obligation de ne pas recommencer les bêtises du nucléaire et donc de bien réfléchir à leur implantation.

C’est la seconde fois que cela se produit : je suis devenue « l’idole » des médecines parallèles, alors que comme pour les éoliennes je ne fais que demander un peu de bon sens : on ne condamne pas une pratique, on n’installe pas une éolienne sans avoir fait des études préalables ! mais je crains que le bon sens disparaisse en France au profit de l’immédiateté et du chacun pour soi…

Forum

98 Messages

  • Madame Pourquoi cette question tellement importante a t’elle été retirée suite à votre départ ? De nombreux citoyens et riverains de ces machines géantes en attendaient beaucoup .

    Répondre à ce message

    • Il semblerait que n’étant plus sénatrice, je n’ai plus de rôle dans la République, je suis redevenue comme vous simple citoyenne.. et la ministre n’a plus d’obligation de me répondre, obligation dont la plus part des ministres se dispensent d’ailleurs même quand ils devraient répondre à une sénatrice.
      Ne vous désolez pas, je ne pense pas que j’aurais obtenu une réponse… c’était une bouteille à la mer, un murmure dans le vent !

      Répondre à ce message

  • Madame la Sénatrice,

    J’aurais souhaité, en premier lieu, vous remercier et vous féliciter pour votre question écrite concernant la protection des riverains, relative à la distance d’implantation des éoliennes.

    J’aurais aimé préciser un certain nombre d’éléments, que vous n’ignorez probablement pas et qui mettent en lumière l’opportunité de votre intervention. Depuis l’arrêté du 26 aout 2011 les éoliennes ne sont plus tenues de respecter le code de santé publique. L’article 26 de cet arrêté leur permet, en effet, de porter le bruit ambiant à 35décibels (dBA), tandis que le code de santé publique caractérise l’infraction dès 30dBA, et que certains arrêtés préfectoraux (Morbihan), abaisse même cette limite à 25dBA la nuit.

    La jurisprudence fait état de « l’évidence des troubles physiques et psychologiques irréversibles » liés au fonctionnement des éoliennes ( Falmouth p3 du memorandum de la décision). par le jugement NO. BACV2013-00281 de la Superior Court du Massachusetts.

    L’Afsset, chargée de se prononcer sur la pertinence des 1500m proposés par l’Académie de Médecine conclut (p. 93 de son rapport) à « la plus totale ignorance » concernant de nombreux paramètres de ces nuisances (comme l’aspect impulsionnel ou la validité spectrale des contrôles). Elle n’évoque à aucun moment la validité d’une distance de 500m, et constate même, dans certains cas, (p52) des nuisances excessives à des distances de l’ordre du kilomètre. L’Anses vient seulement de lancer une étude sur l’impact sanitaire des basses fréquences et infrasons éoliens, confirmant, si besoin était, sa totale ignorance dans ce domaine.

    Dans l’avant projet de stratégie nationale de transition écologique, la carte des zones défavorisées sur le plan sanitaire ressemble à s’y méprendre à celle des implantations éoliennes. Pour des raisons principalement liées aux retombées fiscales, les habitants de ces secteurs généralement isolés, se voient imposer ces nuisances qui ruinent la principale contrepartie de cet isolement, à savoir leur cadre préservé et les nuits silencieuses.

    J’ai eu le regret de constater que votre question avait été retirée en raison de la fin de votre mandat ! J’aurais pourtant suhaité que le gouvernement ait à réponde par écrit, en une brève synthèse comportant l’état des connaissances sur ces risques pour les riverains, ainsi que le résumé des avis d’autorités sanitaires qui auraient validé la pertinence de la distance de 500m et de l’exemption du code de santé publique pour les éoliennes.

    Je vous remercie encore, en tout état de cause, pour votre courageuse intervention et vous prie de croire, Madame la Sénatrice, à l’expression de mes sentiments respectueux. J.P.Riou.

    Répondre à ce message

    • bonjour, vous écrivez que « la carte des zones défavorisées sur le plan sanitaire ressemble à s’y méprendre à celle des implantations éoliennes. » ;.. je ne pense pas qu’il y ait un projet de parc éolien en Seine Saint Denis, LE département qui cumule tous les handicaps et le plus fort taux d’insécurité sanitaire… tuberculose, maladie de la pauvreté en premier. Et pourtant le 9-3 aurait bien besoin de retombées fiscales. Quant aux nuits séquano-dyonisiennes, elles manquent de calme.

      il ne faut donc pas tout mélanger : les pb propres à la désertification des campagnes et ceux de la répartition sur le territoire des ressources en électricité. Car les éoliennes c’est d’abord des créateurs d’électricité. tant que nous ne serons pas prêt à réduire notre consommation, il faudra bien trouver des sources d’approvisionnement. J’habite à 50 km de Nogent sur Seine, centrale nucléaire, je suis sous les vents de celle-ci en cas de pépins… mais combien de mes voisins le savent ?

      Nous nous habituons à ce que les autres aient les inconvénients qu’on ne veut pas avoir chez nous, mais qui renonce à son confort individuel pour l’intérêt de tous ? C’est pourquoi ma question appelle comme réponse le développement du micro éolien !

      Répondre à ce message

  • J’habite en Pays de Caux, et je fais partie d’une association qui s’oppose à la réalisation, sur 2 communes, de 2 parcs de 5 éoliennes chacun à proximité des habitations. Nous sommes très inquiets car il s’agit d’un paysage de plaines, très dégagé, et nous craignons beaucoup les nuisances sonores.

    Un certain nombre de personnes ont fait un recours auprès du Tribunal Administratif, recours ’balayé’ en très peu de temps, et nous sommes allés en appel. Durant la durée de l’appel, il y a eu une intervention du Ministère de l’Egalité des Territoires et du logement, demandant à la cour d’appel de confirmer le jugement du Tribunal Administratif !!!. Intervention qui a certainement fait pencher la balance et notre requête a été rejetée.

    Les éoliennes sont prévues dans des plaines entourées de villages dont les maisons sont entre 640 m et 1,5 km de distance des parcs, et malgré l’opposition écrite des maires de 10 de ces communes avoisinantes, malgré le vote négatif du conseil municipal d’une des 2 communes concernées par les parcs, les permis ont été accordés.

    Répondre à ce message

  • Madame la Sénatrice, merci d’avoir posé cette question qui doit gêner les Promoteurs (Prometteurs d’énergies) et les Elus qui se sont fait bernés avec l’invasion éoliennne… En Loire Atlantique la Presse locale ne passe plus les articles des Opposants qui se battent pour défendre leur cadre de Vie… A Jans 44170, la Syscom veut implanter un Parc éolien de 11 machines réduit à 6 pour montrer leur volonté de protection de cette Lande de Quillevrant… 6 machines réparties de chaque côté de la conduite de gaz international à distance réglementaire, au milieu de 12 hameaux en zone inondable… mais à 500 mètres de habitations… Pour le Parc éolien voisin de 4 Seigneurs à Nozay les Elus ont imposé une distance sécuritaire de 700 mètres des Maisons… A Jans, l’Enquête publique se termine le 28 mai 2014 et nous avons découvert que le Promoteur a oublié que cette Lande n’est accécible par la C203 qui comporte un petit pont de pierre trop fragile qui ne supportera pas les 1100 camions de matériels (Nacelle 91 tonnes- Rotor 35 tonnes) Comme d’habitude les Dossiers Etudes d’impacts et Etudes des Dangers sont rédigés dans le respect des textes en vigueur, mais il y a des invertions dans les photo-montage comme le clocher de Lusanger à la place de celui de Jans, et des éoliennes voisines rendues invisibles alors qu’elles remplissent le paysage… Que dire de ces machines qui seraient implantées au raz des voies de circulation alors qu’il serait souhaitable de protéger les usagers avec une distance sécuritaire appelée Zone de Ruines équivalente à la hauteur totales de l’éoliennes (150 m) pour ne pas recevoir des projections de glace ou d’éléments de Machines.

    Répondre à ce message

    • merci de vos compliments mais je crois que nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde : je ne me bats pas pour préserver le cadre de vie, mais pour préserver l’idée que je me fais de la Démocratie…

      Je sais que tant que nous ne serons pas réfréner notre consommation électrique nous devrons développer la production d’électricité avec au choix : charbon, nucléaire, hydroélectrique, photovoltaïque ou éolien… comme le charbon et l’atome sont exclus et que personne ne semble prendre au sérieux la possibilité de dépenser moins d’électricité pour avoir un meilleur cadre de vie, je préfère donc l’éolien ou le solaire.

      C’est pourquoi je pense qu’il faut revoir nos cahiers des charges et obligations, comme vous l’expliquez très bien, pour rendre les éoliennes acceptables et surtout acceptées comme on accepte le nucléaire… chez les autres !

      merci de votre lecture

      Répondre à ce message

  • Madame la Sénatrice,

    Je vous félicite et vous remercie pour votre question, qui doit survivre à votre départ du Sénat !

    Oui, les éoliennes font beaucoup de bruit, un bruit continu de machine à laver, très difficile à supporter 24h/24. De plus elles émettent des infrasons qui provoquent des malaises chez certains. Souvent des insomnies ou même des palpitations cardiaques empoisonnent la vie des riverains.

    Il ne faut pas construire des éoliennes proches des habitations. L’Académie de Médecine a bien raison de conseiller une distance minimale de 1500 m.

    Bien cordialement, Sylvie Ritzenthaler

    Répondre à ce message

  • Madame la sénatrice,

    Le Moulin Kerguerhent, dans la verdoyante vallée du Goyen est menacé par le projet d’implantation de 3 éoliennes industrielles. Restauré en Gîte d’étape et de séjour, il est garant d’un tourisme responsable et du patrimoine « rond », celui des Moulins. Deux habitations sont situées à 420 et 470 mètres du terrain où les machines devraient être installées. Une procédure est en cours auprès du TA de Rennes, engagée depuis avril 2012 contre cette demande de permis datant de 2004.

    Une pétition en ligne a reccueilli de nombreuses signatures http://www.petitions24.net/non_aux_3_eoliennes_industrielles_dans_la_vallee_du_goyen Le GMB, groupe mamologique breton tépoigne du danger de ces machines pour la faune notamment les chauve-souris. Le collectif de la vallée du Goyen a rencontré des personnes politiques, maires, sénateurs, préfét. Nous vous remercions de l’attention que vous voudrez bien accorder à ce courrier et vous sommes reconnaissants de votre compréhension .

    Pour le collectif de la Vallée du Goyen, Armelle Le Guezennec Garrec

    Répondre à ce message

  • Madame la Sénatrice,

    Je vous remercie infiniment , Madame, de la préoccupation que vous portez à tous vos concitoyens, notamment sur un sujet qui devient « politiquement incorrect ». Je suis concernée par votre question , puisque sur ma commune à JANS(44), le promoteur a décidé d’implanter les éoliennes au beau milieu (sens propre comme figuré !) d’hameaux , de bocage et à 500 m des habitations. Scandalisées par l’attitude limite frauduleuse du promoteur ( aucune concertation avec la population avant l’enquête publique, où on nous dit que tout est fait… ), nous nous sommes portées en association avec des voisines. Je vous remercie, Madame, de ce que vous pourrez faire pour toute personne impactée dans leur vie et leur équilibre personnel, au profit d’entreprises privées sans scrupules. Veuillez recevoir, Madame, l’assurance de ma haute considération,

    Mme LLOBEL

    Répondre à ce message

    • merci de votre lecture. Il est dommage que EDF n’ai pas saisi l’opportunité de développer son savoir faire pour les éoliennes comme elle l’a fait pour le nucléaire.. Aujourd’hui la production d’électricité n’est plus publique.

      Mon seul espoir, outre la reconnaissance de la nécessité d’éloigner les éoliennes des lieux d’habitation, ce qu’on n’a pas fait pour les centrales nucléaires, c’est que l’Etat prenne en main la lutte pour les économies d’électricité avec deux angles d’attaques :

      - la lutte contre la déperdition énergétique… mais par quel financement ?

      - la lutte contre l’accroissement de la demande d’électricité : interdire les nouveaux appareils inutiles, les gadgets en tout genre qu’on nous vend (vent ?) qui fonctionnent tous à l’électricité. Mais cela semble le cadet des soucis du gouvernement .. comme des citoyens.

      Hier encore, dans un magasin qui se veut proche des découvertes sur la nature, on m’a proposé du thé tout prêt en briquette : ce n’est pas grave, les briquettes ne polluent pas : elles se recyclent… étonnement du vendeur quand je lui ai fait remarquer que pour recycler il fallait de l’énergie autant que quand on a fabriqué ces briquettes à usage unique ;

      Un bon thermos c’est fabriqué une fois et cela dure des centaines de fois… autant d’éoliennes en moins CQFD

      Répondre à ce message

  • Distances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations Le 19 mai 2014 à 12:09, par Association Tigné Préservé

    Madame la sénatrice, un grand merci pour votre action. Votre consoeur, Madame Bouchoux nous a reçues à sa permanence d’Angers et nous avons pu constater qu’elle partageait le même souci. A Tigné, Maine et Loire, un jeune couple a vu sa maison perdre de sa valeur à cause d’un projet éolien.Il a été condamné en appel pour dol parce qu’il avait négligé d’informer son acquéreur du projet dont le PC venait d’être accordé. La justice a reconnu qu’il s’agissait ici d’un projet « aux inévitables nuisances sonores ».Le promoteur en rit encore. A Antoigné, un peu plus loin, on s’aperçoit qu’une fois les éoliennes installées, c’est le promoteur lui même qui fait ses études de suivi, donc rien n’est fait contre les nuisances sonores. Votre question a été retirée, pouvez -vous demander à vos confrères et consœurs EELV de la représenter ? Avec nos remerciements, B.KAARS

    Répondre à ce message

    • Et si la construction d’une centrale nucléaire ou à charbon, ou un réservoir hydraulique était projetée, pensez-vous que la dépréciation eut été différente ? une centrale nucléaire c’est 20 30 km autour que la dépréciation a lieu, si ce n’est plus.

      Il est évident que tout projet d’envergure déprécie la valeur d’un bien et que le vendeur s’il en a une connaissance raisonnable doit en avertir l’acheteur. une de mes connaissances a acheté il y a 35 ans une maison à la campagne… Aujourd’hui la rocade passe sous sa fenêtre, mais la possibilité de la création de cette rocade était inscrite dans l’acte de vente, et c’est pourquoi elle avait pu acheter moins cher… Il n’y a donc pas de dol.

      Je ne sais pas si d’autres sénateurs vont vouloir porter cette question car je n’aurais rarement l’occasion de les rencontrer puisque je suis en « reconversion » professionnelle et géographique, devant partir dans 18 mois dans ma maison du Morvan.

      Heureusement Aurélien, un des mes attachés, a été embauché à partir de cet été par une autre sénateur. Il faudra que je vois avec lui s’il peut demander aux copains de reprendre la trentaine de questions restées sans réponse ! _

      Répondre à ce message

  • Madame. Votre bon sens et votre soucis de vérifier vos convictions Écologistes vous pousse à questionner votre fratrie politique avec un sens de l’abnégation hors d’usage dans les rangs de la représentativité Nationale. Votre perspicacité honore votre vision d’une planète comme nous l’espérons avec vous pour les générations futures dégagées des pollutions atmosphériques industrielles et aussi financières et politiques dans des programmes décriés scientifiquement et soutenus par un aveuglement politique conscient de inefficacité des choix . Votre question « refusée » nous laisse espérer un sursaut dans cette démocratie qui ne rechigne pas d’utiliser la censure et l’ostracisme pour persévérer dans l’erreur lucrative sous prétexte réglementaire . Bravo pour ouvrir ainsi une brèche dans l’arrogance politique intellectuelle et mercantile pour une juste cause de la préservation de notre univers de vie . Votre conscience morale et votre soucis des autres ignorés redonne confiance.Soyez en remerciée .

    Répondre à ce message

    • Merci de vos compliments… mais que savez vous réellement des élus qui vous représentent ? Que ce que la presse veut bien donner à lire et donc à croire… et je sais que je ne suis pas la seule écolo à râler contre le fait qu’on est en train de dévaloriser les éoliennes parce qu’on ne respecte pas les citoyens.

      Bien sûr les éoliennes peuvent avoir des effets négatifs, mais moins que le nucléaire ! dans des proportions inimaginablement moins fortes… imaginez qu’un fou détourne un avion vers Nogent sur Seine et le fasse s’écraser sur la centrale nucléaire qui alimente Paris, à 70 KM de Paris et à 40 de chez moi… les conséquences seront quand même autres qu’un avion qui s’écraserait sur une éolienne et que les problèmes que rencontrent les voisins d’éoliennes… mais qui le dit ? les écolos et eux seuls.

      Ma question n’a pas été refusée, elle a été retirée car je ne suis plus sénatrice…

      Et je vous renvoie à mon post-scriptum plus haut car je crois encore une fois que ma question n’a pas la portée que vous lui prêtez… Je suis pour l’éolien, surtout s’il est micro éolien, contre le nucléaire et pour les économies massives d’électricité nous ramenant 30 ans en arrière… êtes vous prêt à me suivre sur cette voie ? Ce serait avec plaisir que je cheminerais avec vous :)

      Répondre à ce message

  • Madame la Senatrice indique bien les dangers qui peuvent être aussi parfaitement sournois,et dont les effets n’apparaîtront qu’à la longue.Sommes nous devant un nouveau scandale,type amiante ?

    Répondre à ce message

    • un nouveau scandale type amiante ou type centrale nucléaire ?

      Ne pas oublier que contrairement à l’amiante, nous sommes tous individuellement, un par un, responsables de notre consommation. Si nous n’avions pas un tel appétit pour les objets animés, nous n’en serions pas là.

      L’amiante était voulue par certains, l’électricité est voulue par tous… et là est le scandale : nous voulons de l’électricité,nous ne voulons pas nous rationner, nous ne voulons pas d’usine produisant l’électricité chez nous… mais chez le voisin, cela ne nous gène pas…

      Le scandale c’est notre égoïsme et ce n’est hélas pas un scandale nouveau !

      Répondre à ce message

      • Bonjour, Dans votre réponse figure, à mon avis, toute l’ambiguïté qui caractérise la démarche « écologiquopolitique » des verts Vous ne cessez de parler de la démarche individuelle responsable pour économiser l’électricité qui est indispensable et à laquelle individuellement je tente dans la limite de mes possibilités de concourir. Seulement voilà, quand vous voulez chauffer l’appartement que vous louez ou que vous venez d’acheter même si ce n’est qu’à 18 degrés vous tournez l’interrupteur de vos radiateurs électriques ! Et tous les promoteurs continuent de livrer des logements de ce type … alors que le gaspillage dû à ce mode de chauffage est connu depuis des décennies ! Pour reprendre votre propos, le gaspillage est voulu par certains et est en partie imposé à tous ! Non madame le scandale n’est pas notre « égoïsme » mais l’imposition de systèmes gaspilleurs pour le plus grand profit de quelques-uns. Il est étonnant qu’en tant que responsable politique de haut niveau, sénatrice, vous ne dénonciez que l’égoïsme individuel qui ne représente qu’une infime partie des gaspillages de l’énergie aujourd’hui dilapidée en France. Cessons d’éclairer les panneaux publicitaires et les vitrines la nuit, cessons de privilégier les moyens de transport énergivore comme la voiture dans les villes ou les camions sur les routes et autoroutes au détriment de moyens plus collectifs et économes comme les bus gérés démocratiquement et non en délégation au privé, ou le chemin de fer et les voies fluviales pour les marchandises ! Je pense que vous avez raison de vouloir réduire le gigantisme des éoliennes d’aujourd’hui, mais pour ce faire il faudra engager le vrai combat contre les géants du B.T.P. qui ne voient là qu’un outil à profit et dont on connaît le « souci environnemental » dont ils nous abreuvent dans leurs brochures qu’elles parlent d’éolienne, d’aéroport ou d’enfouissement de déchets nucléaires. Je vous remercie de votre attention et espère que ce petit mot contribuera à faire évoluer votre focale sur les responsabilités concernant les gaspillages énergétiques.

        Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Il est bon de voir que des gens éclairés et déterminés existent encore. Cette distance de 500m n’est évidemment pas suffisante, loin de la. Il serait éminemment plus responsable de doubler, au grand minimum cette distance. Mais, en tenant compte des habitations autour, des monuments détruits en perspective, sur des kilomètres à la ronde. Des nuisances sonores, financières (pour les riverains) , visuelles…. Le tout arrosé de subventions (directement pas nous via l’argent publique) enrichissant les promoteurs principalement. Je ne comprends pas pourquoi la France continue à se perdre en convictions erronées, malgré un bilan énergétique catastrophique, des inégalités et injustices permanentes, une population étouffée par de fausses enquêtes publiques…

    Cordialement

    Répondre à ce message

  • j’habite Larré (56) et j’aimerai des études plus poussées concernant l’installation de parcs éoliens .La distance de 500M entre les habitations et les éoliennes doivent être à nouveau étudier .Elles sont de plus en plus puissantes et de plus en plus grande d’où des risques amplifiés sur la santé des riverains ;des augmentations des nuisances sonores . Plusieurs projets sont en cours dans notre région et je pense que la sécurité n’a pas été évoqué .Je suis surprise qu’à Saint Congard ,le parc de 4 éoliennes soit en construction . La première éolienne est tout prêt du bourg et domine l’église .

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Tout d’abord merci pour avoir le courage de poser cette question importante au regard de la vie des ruraux, plutôt que d’accorder un crédit injustifié à telle ou telle théorie sur ce sujet, la plupart du temps motivée par les intérêts des uns ou des autres. Nous avons avec succès fait annuler un projet d’éoliennes dans le Calvados, où un schéma régional éolien examiné furtivement nous promet à présent une future invasion de ces machines. J’ai été frappé de ce que la proximité et la densité des habitations autour de ce projet ne constituaient absolument pas des éléments d’évaluation pertinents de son impact. Dans notre cas, un nombre très important d’habitations se trouvaient en bordure du projet dès 500 mètres, mais un tel décompte ne faisait pas partie de l’étude d’impact, comme si cela ne contribuait pas de manière pertinente à cette évaluation. Il est vrai que, dans l’état actuel de la réglementation (et cela est voulu), passé 500 mètres, passé tant de décibels calculés (dont la spécification a été spécialement aménagée pour ces parcs par Mme Kosciusko Morizet au ministère de l’environnement), il n’y a pas d’impact qui vaille. Pourtant, les éoliennes ne deviennent ni subitement invisibles, ni subitement silencieuses passé ces seuils ! S’il vient à l’idée d’un préfet de refuser un projet s’il juge le projet impactant sur un trop grand nombre d’habitations, il se trouvera un tribunal administratif, voire un conseil d’Etat, pour juger l’évaluation non pertinente, sur la base de la réglementation. Je pense que, si on peut envisager un aménagement de la réglementation, il conviendrait de réintroduire la possibilité que les services de l’Etat puissent être juges du bien fondé d’un projet, dans un sens restrictif. Après tout, les juges administratifs ne sont pas en charge de l’aménagement du territoire, que je sache ! Sans doute me répondriez-vous que nous sommes dans un Etat de droit, et que le juge est là pour qu’il en soit ainsi. Cependant, il ne s’agit pas là d’un quelconque commerce qui serait éventuellement bridé : c’est l’espace public qui est mis à contribution, et, pas plus qu’un propriétaire ne devrait avoir le droit de jouir totalement à sa guise d’une parcelle de forêt ou d’un champ, celui-ci ne saurait être mis à disposition d’intérêts pécuniers (privés comme publics) sans qu’une force publique n’ait son mot à dire, sur une base qualitative.

    Répondre à ce message

    • Je ne sais pas si j’ai du courage, j’essaye seulement d’avoir du réalisme politique : le nucléaire est une bombe à retardement, les éoliennes sont une petite, toute petite réponse au nucléaire, la vraie réponse est la réduction drastique de notre consommation électrique soit par les économies, soit par la décroissance, j’ai lâché le « gros mot ».

      Connaissant la difficulté de faire bouger les habitudes, je cherche à faire accepter l’éolien, comme je cherche à faire accepter la décroissance qui n’est pas un retour vers le passé mais un nouveau regard joyeux, libre, sur notre avenir indépendant de toutes manipulations par les industriels qui veulent nous faire croire que le bonheur de chacun est au détriment de la planète.

      Donc pour moi le meilleur moyen c’est d’étudier avant de parler, d’associer avant de décider…

      Parce que de toute façon les éoliennes se voient comme les centrales nucléaires, ou comme les lignes à très haute tension. Si les éoliennes font du bruit, le nucléaire fait des déchets… que faut-il préférer ? L’immédiateté du courant électrique quitte à polluer l’avenir ou le ron ron des éoliennes qu’on démolit sans trop de soucis ?

      Quant à vos dernières remarques, j’ajouterai que nul n’a le droit d’hypothéquer l’avenir de la planète en la polluant avec des déchets nucléaires dont on ne sait que faire, sans compter le risque pour le présent en cas d’incident.

      merci de votre participation au débat

      Répondre à ce message

  • Nous nous sommes mis en association non pas pour refuser la construction d’éoliennes mais pour se manifester contre l’exploitation de ces zones d’éoliennes à 500 m des habitations. Nous le vivrons en direct et sommes découragés par le manque de considération de la part des pouvoirs publics. Les nuisances physiques, neurologiques et les dévaluations de nos biens importent peu pourtant il n’y a que des gens modeste ou sans grand moyen qui sont riverains de cette ineptie visuelle et du mitage dans nos campagne.

    Répondre à ce message

    • Je suis d’accord avec vous sur les 500 mètres, mais je vous propose d’aller voir l’ineptie visuelle atour des centrales nucléaires, par exemple dans la vallée du Rhône ou autour de Provins :-)

      par leurs nombres, les éoliennes ont au moins l’avantage de nous rappeler que notre confort a un prix… Le nucléaire se cache et cache leurs nuisances, les éoliennes s’affichent mais on peut mettre fin très rapidement à leur nuisance… que faut-il mieux ?

      Et le mitage de nos campagnes a commencé bien avant les éoliennes : voies de chemin de fer, autoroutes, usines à gogo, centres commerciaux, zone de frêt…

      La Seine et Marne de 2014, sans aucune éolienne et avec une centrale nucléaire sur sa limite est, ne ressemble plus à celle de mes ancêtres (les plus lointains retrouvés en 1579, à Ury) ni simplement à celle de ma mère 93 ans qui allait à pied de Cesson à Savigny le temple et encore moins à celle de mon installation à Melun en 1989.

      Répondre à ce message

  • Au delà des considérations impactant la santé de l’homme, la construction de ces immenses machines aux abords de nos maisons (500m) écrase, éclipse, lamine, anéantit et ridiculise l’harmonie fragile des villages et des paysages de France.. Un héritage pathétique pour les enfants qui naitront sous le règne de ces turbines géantes et qui ne connaitront jamais ce que représente la pureté d’une ligne d’horizon faite de collines, de forêts et de clochers….

    Répondre à ce message

    • Il est vrai que le panache de fumée qui domine le Provinois, venant de Nogent sur Seine n’écrase pas, n’éclipse pas, ne lamine pas, n’anéantit pas et ne ridiculise pas l’harmonie fragile de cette ville à la renommée mondiale…

      et les Lignes à très haute tension qui nous viennent de la Hague ou autres sites nucléaires sont là uniquement pour permettre aux hirondelles de se préparer à migrer…

      Tant que nous aurons besoin d’électricité, nous devrons défigurer le paysage… êtes vous prêt à jeter votre ordi, et donc les centres de gestion de données, pour préserver le paysage ?

      NON ? alors soyez, soyons honnêtes notre paysage n’est plus celui d’hier et n’est pas celui de demain…

      merci de votre lecture

      Répondre à ce message

  • Les dangers d ’un parc éolien sont aujourd hui dénoncés dans différents pays par des médecins des scientifiques. Leurs constatations de terrains semblent tout à fait plausibles et alarmantes .

    Etant docteur en pharmacie , cotoyant la fragilité de plus en plus de personnes ,je m étonne vraiment que le principe de précaution ne soit pas appliqué dans ce cas précis . la prudence s"impose.avant d implanter sur tout notre territoire ces usines elelctriques ( rappelons le classement ICPE de ces machines .)detruisant notre cadre de vie ,nos paysages ( la convention de florence ) au nom d une idéologie . COMMENT SE PEUT-IL QUE LA FRANCE, L’ EUROPE NE TIENNENT PAS COMPTE DE CES RETOUR D EXPERIENCE ? Rester camper sur ces positions,Vouloir la transition énergétique a n"importe quel prix me parait vraiment irresponsable ! Cherchons.. étudions ..la prudence s’ impose face aux troubles insidieux des aérogénérateurs Comment se peut il que ceux que nous avons élu, manquent autant de bon sens . ?

    Mon petit village auvergnat risque , tout cela dans la plus strite confidentialité ,un rideau d ’éoliennes sur tous ses horizons …Le danger évident celui là .. c est la désertification ..

    Alors Madame , cette intervention vous honore et je vous en remercie sincèrement pour notre pays .

    Répondre à ce message

    • J’ai vraiment honte, je reçois plein de compliments à la seule lecture d’une question qui à mes yeux n’a pas le sens que mes lecteurs lui donnent…

      Je ne demande pas l’arrêt des éoliennes parce que je sais que c’est le seul moyen de mettre fin à la dictature du nucléaire, menace pour nous et nous descendants de génération en génération.

      Je veux juste qu’on prenne le temps d’évaluer les éventuels dangers pour la santé des habitants. Je veux aussi qu’on développe la co-decision parce que la démocratie ne peut plus accepter qu’on construise des éoliennes comme on a construit des centrales nucléaires.

      et pour le Paysage… euh une centrale nucléaire est moche, seuls les lacs des énergies hydrauliques passeraient… mais combien d’hectares de prés de champs, combien de maison, d’églises de cimetière ensevelis… on oublie cela. J’ai été me promené du côté de Moret sur Loing, si prisé des impressionistes… des dizaines et des dizaines de poteaux de lignes à haute tension. AU moins avec les micro éoliennes on évite ce problème.

      Et si ce n’est pas votre petit village auvergnat, qui va abriter les nouvelles centrales nucléaires qui devront être construites si on ne construit pas d’éoliennes ? et qui va héberger les déchets nucléaires ?

      maintenant réfléchissons à la transition énergétique alors que les seules économies d’énergie ne suffissent pas à maintenir notre niveau de consommation car nous consommons de plus en plus… Donc si la transition énergétique ne passe pas par les éoliennes ni par le nucléaire … reste les économies d’énergies et la décroissance… êtes vous prêts à tenter ce pari ?

      Répondre à ce message

  • Bonjour, Notre association ASEFB se bat contre l’implantation de projets éoliens, Picardie, Somme et Oise. Nous sommes au carrefour de ces 3 départements, nous sommes envahis et les projets continus, sans tenir compte de multiples témoignages notamment des habitants de Morvillers (voir sur notre site les témoignages). Le bruit est infernal, constant, lancinant. Certains habitants s’éloignent quelques temps pour pouvoir dormir. De plus, l’un des projet menace notre maison du 18ème siècle (des éoliennes à 500m). Nous avons des estimations de plusieurs agents ou experts immobiliers : une perte de 40 % sur la valeur de notre maison. De nombreux habitants se plaignent également de ne plus avoir de réception audiovisuelle correcte depuis l’implantation d’éoliennes. Les associations se mulitiplient. Qu’attendons nous pour manifester massivement à Paris. Car nous avons l’impression de ne pas être entendus. Je déplore ce saccage. Je suis une passionnée de la nature et des animaux. Lors de promenade à cheval, les chevaux craignent les éoliennes. Je vous remercie pour votre intervention, votre courage. Merci encore et si besoin n’hésitez pas à nous contacter.

    Répondre à ce message

    • Et si on construisait une centrale nucléaire prés de votre maison ?

      Quant aux chevaux certains souffrent comme les hommes d’allergies aux ondes des lignes à haute tension… Cela a encore été mon cas cette AM, près de Moret sur loing… une demie-heure de promenade sous des lignes à très haute tension.

      En réalité c’est notre vie moderne avec sa demande d’électricité à tout va qui est la cause de nos problèmes. Au 18 eme siècle votre maison ne valait pas grand chose mais n’était pas près d’une éolienne ou d’une ligne à haute tension..

      Ma question était simplement de bon sens : 500 mètres, 7 minutes à pied, c’est trop près, il y a des nuisances évidentes objectives, bruits, ondes (le paysage n’est pas une nuisance objective mais subjective, rappelez vous les discussions sur la tour Eiffel qui défigurait Paris) qu’on ne mesure pas assez. Donc madame la Ministre, parce que les éoliennes sont l’avenir de l’électricité comment entendez vous les faire aimer des concitoyens ?
      J’ai vraiment loupé ma question, heureusement que je ne suis plus sénatrice… puisque tout le monde a compris l’inverse de ce que je disais oui aux éoliennes, non aux éoliennes comme elles sont aujourd’hui implantées !

      Répondre à ce message

  • Madame la Sénatrice Dix éoliennes sont situées près de Longeville sur Mer en Vendée. Une maison est située à 500 mètres d’une éolienne. Les habitants doivent supporter un bruit permanent avec troubles du sommeil, anxiété et dépressions nerveuses. De nombreuses habitations sont à environ 800 mètres. Les nuisances sonores imposent de fuir le jardin par certains vents et de dormir fenêtre fermées. Quant à moi, j’habite à 1200 mètres de l ’éolienne la plus proche. La nuit, je dois également fermer mes fenêtres. Bien sûr nous tentons de faire respecter la loi sur les émergences sonores. Mais nous menons le combat du pot de terre contre le pot de fer. Je vous épargnerai les détails de ce feuilleton interminable : « Plus pourrie la vie ». Il y a pourtant, comme vous le suggérez, une solution simple pour protéger les populations : respecter une distance minimale, supérieure à 500 mètres, entre les éoliennes et les habitations. Cette distance devrait être de 1500 mètres. Madame la Sénatrice : votre question était tout à fait pertinente. Une réponse eut permit d’éviter beaucoup de souffrances de la part des riverains. J’espère qu’un de vos honorables collègues la reprendra.

    Répondre à ce message

  • Merci pour votre vision de l’écologie humaine et responsable, hélas vous êtes bien isolée chez EELV. l’Allemagne n’a jamais réduit ses émissions de gaz à effet de serre depuis 2000 malgré ses 25000 éoliennes et ses milliers d’hectares de panneaux photovoltaïques, au contraire le taux augmente régulièrement de 2 % par an au fur et à mesure que les éoliennes poussent. Nous habitons le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne depuis notre retraite à coté d’Allanche dans le Cantal ou SIIF puis EDF Energie Nouvelle ont installé 8 éoliennes de 3 MW à plus de 1200m d’altitude et je vous confirme que le bruit incessant s’entend à plus de 1000m dès qu’elles tournent, sans compter qu’elles dénaturent le Cézallier car elles sont visibles à 30 km à la ronde , en particulier depuis le Grand Site de France des volcans , Puy Mary et Plomb du Cantal. Courage à tous ceux qui savent et luttent contre l’éolien industriel qui est une belle escroquerie écologique européenne !!!

    Répondre à ce message

    • Je ne suis pas isolée chez les Verts, puisque je suis pour les éoliennes, comme les Verts je suis pour que la Démocratie soit respectée et je vous rappelle que c’est mon groupe au Sénat qui a fait adopté la protection des lanceurs d’alerte.

      Ma question portait sur la démocratie, sur la nécessité d’encourager le micro éolien, une éolienne par village par exemple, et surtout sur la nécessité d’étudier avant d’imposer. C’est une démarche écolo que bcp d’écolo pratiquent ;.. notamment pour refuser l’enfouissage des déchets nucléaires et les gaz ou huiles de schistes…

      Donc je suis dans la droite ligne des écolo, non pas tels qu’ils sont caricaturés par les journaux mais tels qu’il sont dans les décisions politiques tels que l’avenir énergétique de la Planète.
      Encore une fois les centrales nucléaires dénaturent aussi le paysage… tout comme l’homme qui l’a façonné, car le paysage n’existe pas sans l’Homme pour le modeler et le regarder.

      Répondre à ce message

  • Madame la sénatrice, Je vous félicite d’avoir soulevé cette question. A ce propos je me permets de vous soumettre le cas suivant. J’habite un village du Nord Mayenne, il y a un an 4 aérogénérateurs ont été installés à 600m des habitations malgré une association opposant les arguments suivants : une éolienne de 150 mètres de haut se trouve à 135 mètres du bord d’une route départementale passagère, une seconde près d’un centre de personnes handicapées moteurs cerébraux, aucune enquête n’a été menée pour connaître l’impact des sons, infrasons sur des personnes particulièrement fragiles, la troisième se trouve près d’un gazoduc haute pression, avec ces données, 4 commissaires enquêteurs se sont prononcés contre l’implantation de ces machines, le préfet de l’époque a quand même donné son accord pour la construction de ces aérogénérateurs ! de plus la région est soumise à des secousses sismiques (deux très récentes d’une intensité de 3.4). Maintenant, nous subissons le bruit lorsque les éoliennes fonctionnent, les lumières émises très génantes, notre bien immobilier a perdu 30 à 40 % de sa valeur, nous ne pouvons plus dormir les fénêtres ouvertes l’été, l’un de mes voisins a même des vibrations dans l’une des pièces de sa maison voilà où nous en sommes sans compter la détérioration de notre cadre de vie sur le plan visuel ! mais la machine est en marche et la Mayenne veut aller de l’avant et imposer une centaine d’éoliennes sur un territoire de bocages, de monuments classés (châteaux, manoirs etc… ) sites exceptionnels ! rien n’arrête les entêtés de notre conseil général !! Donc, je vous réitère mes félicitations Madame pour avoir soulevé ce problème. Souhaitant que d’autres personnes conscientes de ces problèmes prennent la relève puisqu’il semble que vous ne puissiez plus intervenir personnellement.

    Répondre à ce message

    • Encore une fois, je propose de remplacer éoliennes par nucléaires… et de voir ce que vous préférez : avoir une éolienne sous vos yeux ou un site nucléaire ?

      La plus vieille centrale nucléaire de France est sur une région autrement plus sismique que la Mayenne : l’Alsace !

      donc ma question reste toujours la même : peut-on faire avec l’éolien les bêtises qu’on a fait avec le nucléaire, sachant qu’une éolienne peut se démonter, ce qui ’est pas le cas d’une centrale nucléaire.

      Répondre à ce message

  • Merci Madame pour votre courage. Un projet de site éolien étant à l’étude à proximité de notre village nous nous sommes regroupés en association « Vents Poyaudins ». Près de 40 petites fermettes typiques de Puisaye vont se retrouver à moins de 600 mètres de 9 engins d’une hauteur hors-tout de 180 mètres. Beaucoup de résidences secondaires vont être désertées et devenir invendables, sauf rachat par le promoteur qui pourra en profiter pour agrandir son usine. Parmi les riverains beaucoup de petits retraités qui vont voir disparaître le fruit d’une vie de travail. Le promoteur nous a promis que le bruit la nuit ne serait pas supérieur à celui entendu à l’intérieur d’une voiture en marche. Ce n’est pas rassurant ! Serons-nous condamnés à attendre 20 ans que ce site se transforme en friche industrielle, détestable mais silencieuse ? Pourquoi ne pas regrouper ces engins dans des zones ventées distantes des zones d’habitation ? Merci Madame la Sénatrice. Avec tous mes respects. Les vrais.

    Y aura-t-il, Madame, un autre élu qui comme vous aura le courage de s’attaquer au lobby éolien et fasse en sorte que les techniques écologiques ne détruisent pas l’environnement ?

    Répondre à ce message

    • Encore une fois il ne s’agit pas de courage mais de réalisme : sachant que le nucléaire est la pire des atteintes que l’homme ait jamais fait à la nature, comment faire pour que l’écologie, car une éolienne est écologique, ne fasse pas de mal à l’Homme ?

      J’ai essayé de prendre la réflexion à l’envers, je me suis demandée comment faire accepter à l’homme les éoliennes puisqu’il ne veut pas réduire son train de vie, du moins l’homme de nos société en état d’avancement certain, voire de décomposition programmée ?

      Et j’ai pensé que le meilleur moyen c’est

      des micro éoliennes,

      des grosses éoliennes loin des habitations

      et des études sérieuses sur les éventuelles nuisances, pour ne pas faire comme pour le nucléaire où on a d’abord bâti sans se demander comment on fera à la fin et surtout comment on protège des risques humains, hydrauliques et sismiques.

      Manifestement je n’ai pas été comprise… dons je me suis mal exprimée… désolée mais je pensais que mes lecteurs iraient lire ma prose … ce qui n’a pas été le cas :-(

      Répondre à ce message

  • à Antoigné, 4 éoliennes à 1200m de notre habitation.

    Tout d’abord merci infiniment, Madame la Sénatrice, d’avoir posé cette question qui fait toujours et encore polémique. Nous sommes victimes de ces machines géantes qui pourrissent notre vie . De jour et encore plus fort de nuit, leur bruit, par vent « propice », est insupportable. Ce souffle cadencé devient obsédant et s’imprime dans notre mémoire. Les nuisances sonores récurrentes se manifestent, avec plus d’intensité, lorsque le vent vient de l’Est, (ou Nord-Est, ou Sud-Est) et lorsque les éoliennes tournent à plus de 13-15 tours /mn, en ce qui concerne notre hameau de Lernay. Il en est de même pour les autres hameaux de la commune, toujours selon la puissance et l’orientation du vent. Faut-il vivre portes, fenêtres et volets clos ? Mais, même de cette façon, le bruit est encore présent !

    A 500m, le bruit est toujours là. Nous l’avons constaté. C’est un enfer pour les riverains concernés. Demander une distance minimale des habitations de 1500m, pour l’implantation de ces machines est vraiment le souhait que nous pouvons formuler.

    Répondre à ce message

  • Madame, j’apporte une modeste contribution à votre souci de la distance d’implantation des éoliennes par rapport aux habitations. En effet cet après-midi l’éolienne de la maison proche de la nôtre (80 m environ) -une éolienne au mât de 11 mètres avec 3 pales verticales- s’est démantelée après s’être emballée ; et les 3 pales ont été éjectées au gré du vent, et ont atterri tantôt entières tantôt en moitiés. L’une est tombée dans notre pré à 8 mètres de notre jardin ; je venais de sortir avec mon petit-fils. Si le vent avait été encore plus fort ou orienté différemment, je pense avec frayeur à ce qui aurait pu nous arriver. Et il ne s’agit que d’une « petite » éolienne !!!! (mais 11 mètres ce n’est pas rien non plus !!) Petite ou grande éolienne, la distance d’implantation doit garantir la sécurité des habitations voisines. Vous avez eu raison d’alerter sur ce sujet. Merci, en espérant que la raison l’emportera….

    Répondre à ce message

    • et le jour où Chinon, Fesheim ou Nogent sur Seine explosera ?

      Et quand vous prenez votre voiture pensez vous à mon cousin qui s’est tué le jour de ses 15 ans avec la mobylette qu’il s’était acheté avec ses économies ?

      Savez vous que depuis que le droit existe, dés le code d’Hammurabi la responsabilité du fait des choses dont ont est propriétaire existe ? car depuis que l’homme est homme nous avons créé des choses dangereuses pour les autres que ce soit des tuiles, des pots de fleurs ou des éoliennes. C’est donc que ce problème est récurrent dans une vie en société.

      Pour ma part et comme je le disais dans ma question je pense que les micro éoliennes sont l’avenir..

      Répondre à ce message

  • Félicitations madame d’avoir voulu poser cette question, d’autant que votre groupe a plutôt « poussé » les éoliennes (tout comme je le trouve bien silencieux sur les projets d’assouplissement de la loi littoral) sans se poser cette bonne question. Il est regrettable qu’elle n’ait pas été maintenue malgré votre départ. Merci à vous d’avoir voulu le faire.

    Répondre à ce message

    • Si vous aviez lu ma question en entier, et non simplement voulu y voir le reflet de votre angoisse que je comprends par ailleurs, vous auriez vu que je pousse aussi à l’éolien, notamment le micro éolien…

      Pourquoi ma question ? lisez mes réponses aux autres intervenants… désolée mais j’ai l’impression de tourner en rond ;

      Quant à la position des Verts sur la loi littoral, qui la relaie ? Certainement pas la presse. Avez vous fait une simple recherche avec les mots « EELV » et « littorale » et vous saurez tout.

      Merci de vos compliments malgré tout :-)

      Répondre à ce message

  • Bonjour Madame et merci de votre engagement et de votre clairvoyance. Je vis en Suisse, dans le Jura, il y a deux éoliennes à proximité de ma maison, la première est à 650m en ligne direct. Depuis leur installation je suis devenue une militante très engagée contre ces installations industrielles. La première année j’ai découvert les insomnies, l’anxiété, les maux d’oreilles etc. J’ai d’abord constaté ces changements puis j’ai lu des témoignages et le rapport Pierpont et j’ai reconnu complètement ce que je vivais. Pour moi cela ne fait aucun doute, vivre à proximité d’une éolienne industrielle n’est pas sain. Nous avons déjà poussé le bouchon très loin en matière de nuisances imposées aux citoyens, en allant jusqu’à polluer les sites et régions naturelles sous couvert de faire de l’écologie, je pense que nous atteignons le sommet de l’irresponsabilité et du profit. Je sais que je passerai le reste de ma vie à le répéter et à tout faire pour empêcher ce massacre de nos derniers espaces naturels. Nous avons analysé une étude qui a été faite par une psychologue allemande sur l’acceptabilité des éoliennes, nous avons mis à jour la manipulation qui se cache derrière les questions et les conflits d’intérêts indéniables entre les professeurs liés à l’élaboration de ce sondage et sa diffusion et les milieux de l’énergie électrique. Ce document est un outil très parlant pour démontrer comment on fait accepter des machines de 120 à 200m de hauteur à proximité des habitations ! On nous avait dit que si nous rencontrions des problèmes avec les deux éoliennes de notre commune, les promoteurs interviendraient pour y remédier. Lorsque nous nous sommes plaints, ils nous ont dit qu’ils respectaient les normes, puis ils ont totalement cessé de nous répondre ! Nous avons demandé une nouvelle étude sur le bruit et le Tribunal de notre canton nous a demandé de verser une avance de frais de FRS 35’000 !! La seule solution qui m’est restée pour ne pas les laisser nous enfermer dans l’indifférence a été d’ouvrir un blog et raconter tout ce que je découvrais de ce voisinage et de ceux qui nous l’ont imposé. C’est un témoignage qui dure depuis 4 ans. au début il était hébergé en Suisse et depuis un an et demi on peut le lire sur www.voisinedeoliennes.com Il n’y a pas distance à demander pour ces machines, elles sont nuisibles et inutiles, leur entrouvrir un seul espace de notre terre c’est déjà de trop. On n’a jamais vu une industrie renoncer à progresser ! Ils feront tout pour continuer encore et encore d’en fabriquer pour maintenir des emplois et surtout pour encaisser tout l’argent qui en découle (pas seulement l’électricité, mais aussi les certificats verts ! Une aubaine pour les pollueurs) Il ne faut pas entrer dans leur jeu.

    Répondre à ce message

    • bonsoir, vous dites que ces machines sont inutiles… comment vous éclairez-vous ? comment faites vous fonctionner votre ordi ? Si c’est à l’électricité, comparez objectivement les pollutions : on sait détruire une éolienne, la démonter, on ne sait pas détruire une centrale nucléaire. quand on arrête une centrale thermique c’est un peu plus facile que le nucléaire :-) et un peu plus difficile que l’éolien…

      Où est la pollution qui porte une atteinte irrémédiable à la santé de la planète ? le nucléaire, il n’y a pas photos, le thermique qui rejette du CO2 et autres particules, le solaire très polluant dans ses composantes enfin l’hydroélectricité, mais les paysages sont définitivement « noyés » puis en dernier l’éolien… quand il est loin des habitations il ne pollue pas sauf à trouver que la vision d’une éolienne est plus polluante que les barres HLM. 

      Je suis monté à la tour de la basilique de Saint Quentin, ce jour, je vais mettre les photos : plus de cinquante éoliennes et une dizaine de barres HLM… faut-il mettre sous les ponts les humains ? faut-il revenir au temps de la bougie ?

      merci de votre lecture

      Répondre à ce message

  • Bonjour Madame La Sénatrice, Notre souffrances près de la centrale éolienne de st servant et lizio, Nous sommes situés à 1000 mètres de ces Aérogénérateurs sous vent dominant, si bien que les nuisances sont avérés, Suite à cela l’ Agence Nationale de santé nous à dirigés mon épouse et moi vers un médecin spécialisé des maladies environnementales et professionnelles ,ce médecin membre aussi du CODERST, Nous avons donc reçu un rapport qui met en évidence la causalité des éoliennes sur les effets de notre santé, ce rapport est sans appel, L’ARS à donc suite à cela rendu compte à Monsieur Le secrétaire général de la préfecture, mais voila il faut construire des centrales éoliennes à tout prix ,ci bien que notre dossier à été complètement enterré, Par conséquent le Gouvernement ne peut ignorer les problèmes de santés des riverains de centrales éoliennes à ce jour, Suite aussi par une plainte antérieur ,nous avons étés examinés par un médecin expert auprès du tribunal ,les conclusions sont la aussi sans appel désignant des séquelles graves du à l’exposition des aérogénérateurs, Pourquoi donc tant de problèmes ,pourquoi les futurs riverains refuses ce système dit écologique, Le bruit la principale cause , Une norme construite au détriment des riverains tout simplement , Des mensonges fait au gouvernement qui est complètement aveugle de se qu’est la réalité sur le terrain ou surtout qui ne veut pas savoir Résultat d’une puissance industrielle des plus puissante qui n’a qu’un seul but, Il y’a beaucoup de cas de riverains qui sont maintenant totalement détruit ,des personnes vivant dans des campagnes sans écoutent des Maires qui ne crois que les exploitants et cette législation en vigueur qui en fait va tue ces riverains, Seul a souffrir ;en effet ces personnes qui restent dans l’oublie ,les autre ayant obtenu les offrandes des industrielles afin qu’ils se taisent ; La vrai question pourquoi le gouvernement fait confiance à cette politique qui n’est faites que pour détruire, vies ,paysages, monument ,tout notre culture, notre vrai France.

    je vous prie d’agréer Madame nos considérations des plus sincères

    Répondre à ce message

    • je comprends votre état de santé, d’où ma question…

      Mais je ne comprends pas comment vous pouvez prétendre que les éoliennes ne sont pas la vraie France, celle qui est capable de penser à l’avenir et à la planète terre. Pour moi, la fausse France c’est celle de la toute puissance d’EDF qui a développé le nucléaire avec l’argent du contribuable, sans jamais provisionner le démantèlement des centrales et sans jamais se demander ce qu’on fera des déchets.

      Demain, vous, peut-être encore à EDF, et moi qui suis à ENERCOOP énergie verte et citoyenne nous aurons à payer pour la méconnaissance de l’avenir qu’était le fleuron EDF… je n’en suis pas fière…

      Donc oui la France c’est d’abord le pays de l’avenir donc des éoliennes, respectueuse des citoyens et qui sait tirer du passé les leçons pour l’avenir : pas ’éoliennes proches des habitations !

      Répondre à ce message

  • Le bruit des éoliennes c’est une agression permanente, pour pouvoir trouver le sommeil je vais dormir à 5km de chez moi depuis bientôt 4 ans,elles sont implantées depuis 5 ans,et cela est presque rien par rapport à mes souffrances auditives. Comment peut-on laisser des riverains dans le déni de leurs souffrances ? Comment se fait-il que la justice n’entende pas les souffrances des riverains qui portent plainte ?

    Répondre à ce message

    • De même que personne n’entend les souffrances de ceux qui vivent à proximité des lignes à très haute tension, des relais téléphoniques. On est en train de s’apercevoir que ces ondes perturbent la migration des rouges-gorges… et les verts dénoncent les ondes depuis des années.

      C’est parce que je ne veux pas que l’éolien soit aussi critiqué que les relais téléphoniques que je demande qu’il y ai une distance de sécurité autour d’elles et que des études soient faites indépendantes… Alors on verra que mieux vaut des éoliennes bien implantées que des centrales nucléaires.

      Répondre à ce message

  • Distances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations Le 23 mai 2014 à 12:22, par Hubert de Bonneville

    Bonjour Madame,

    D’abord, je salue votre courage et votre honnêteté. Je vous signale ensuite que les infrasons d’éoliennes situées à 11.5 km de chez moi démolissent ma vie depuis 7 ans maintenant. A force de ne pas pouvoir ni dormir la nuit ni me remettre à pratiquement aucun autre moment chez moi, j’ai petit à petit été incapable de travailler. J’ai passé mon temps, quand j’en avais l’énergie, à « essayer » des endroits autour de chez moi et il s’avère que j’entends, du verbe entendre, ces infrasons d’éoliennes absolument partout dans un rayon de 20 km autour de la moindre éolienne géante. Seulement la nuit en ville, car le jour la rumeur de l’activité citadine couvre ces infrasons. Mais ils m’empêchent de dormir dans le calme qui règne la nuit. Chez moi, à la campagne, c’est tout le temps. Pour information, un acousticien a mesuré chez moi la valeur de 50dBZ/6Hz un jour sans vent chez moi au moment même où je lui disais que j’entendais ces affreux infrasons, et ils étaient très faibles à ce moment-là. Je n’ose imaginer quelle aurait été la mesure lorsque ces infrasons sont beaucoup plus forts, ce qui est le cas général, y compris en pleine nuit. Actuellement, je dois vivre en faisant du bruit chez moi, parfois beaucoup de bruit, NUIT et JOUR. Cette « technique » m’a sauvé la vie, je n’exagère pas. Mais à long terme, c’est invivable. Je veux pourtant pouvoir vivre chez moi. Ne sommes-nous pas EN FRANCE ? J’ai tenu un « Journal » au jour le jour pendant 2 ans. Je vous l’aurais bien envoyé, en le joignant ici en PJ, mais comment faire ? (Note du webmestre : le journal est désormais en ligne) Bien respectueusement, Hubert de Bonneville

    Répondre à ce message

  • Madame la Sénatrice, Etonnée et agréablement surprise qu’une élue verte se soucie de l’impact éolien contre lequel il faut savoir garder bouche fermée au nom du progrès. J’habite à 1020 m env. de 2 éoliennes d’un parc qui en compte 4, les 2 autres sont plus éloignées. Les premières maisons de Péré (17700) sont à 720 m. Les machines sont implantées à l’ouest. Malgré nos remarques sur l’emplacement (terrains des élus ayant voté pour le projet !), le commissaire enquêteur a donné un avis favorable, et le préfet (Bernard Tomasini) a signé le PC avec plus de 5 mois de retard ! Ceci juste pour placer le contexte géopolitique de cette belle affaire. Ceux qui ont pu ont déménagé. Les autres doivent supporter ces bruits de machine à laver permanents. Personnellement je souffre de sifflement aigü dans l’oreille droite et de bourdonnements dans l’oreille gauche. S’ajoutent des sortes de bruits dans ma tête, que je qualifie, faute de mieux de décharges électriques. Je suis donc obligée, à 64 ans, de partir avec couettes, oreiller, mes chaussettes pour aller dormir ailleurs à au moins 5 kms de mon lit, recroquevillés sur une étroite banquette de petite voiture pas conçue comme un camping-car ! A l’automne 2012 je suis tombée brutalement sur la chausse en promenant mon chien. Le chien était innocent, sinon je serais tombée sur l’herbe = nez cassé. Examens cardiaques ne révélant aucune anomalie, ne fumant ni ne buvant, il ne peut s’agir que de troubles de l’oreille interne ou du manque chronique de sommeil. Nous étions en effet depuis 3 semaines sous vents d’ouest dominants avec beaucoup d’humidité. Situation infernale. Rien d’extraordinaire à ce que les vents d’ouest soient les plus fréquents et que l’humidité revienne chaque automne, hiver et souvent printemps. Arguments que personne n’a voulu prendre en considération à l’époque. le commissaire enquêteur a encaissé son argent, le préfet est monté en grades, nos élus se sont enrichis et tout est bien dans le meilleur des monde. Le maire et ses acolytes n’ont pas été capables de gérer ce parc dans l’intérêt de la population, le prometeur a vendu sa maison dès la 1ère machine implantée, le gestionnaire n’a cure de nos courriers… bref nous sommes démunis, abandonnés de tous. Peu importe que des populations soient sacrifiées et méprisées. Je suis une écolo viscérale de plus de 40 ans (voté pour René Dumont) et je ne comprends pas que ceux-ci (excepté Antoine Waechter) se soient laissés acheter par les lobbys éoliens ! On entend plus parler que de transition énergétique en ne prenant en compte que la production électrique, et en oubliant, ce qui est bien pratique, l’utilisation quotidienne de nos véhicules et de donc de carburant fossile. Il faut construire des avions de plus en plus importants, et des voitures, et des camions alors que c’est ce qui produit le plus de gaz à effets de serre. Mais les taxes remplissent les caisses de l’Etat, alors motus, combattons donc l’électricité. Lorsque nous serons sourds, voire déments précocément, nous ne conduirons plus et ce sera toujours ça de gagné ! Autant nous tuer directement ! Merci, Madame la sénatrice de prendre ce message en compte pour tenter d’obtenir des normes par rapport aux distances d’implantations. 6 kms est un minimum, selon mon expérience par rapport à des machines de 2MW de 100 mètres de H + 35 mètres de pales, sans boîte de vitesse (Enercon E 70) réputée moins bruyantes !!!

    Répondre à ce message

  • Je suis riveraine d’un parc éolien de 6 machines de 125m de haut dont la plus proche de notre habitation est à 900m. Je fais partie d’ une association qui s’oppose à ces machines car dans notre région le Levezou il y en a déjà 96 en marche. D’autres projets émergent et nous sommes en constante vigilance , (certains sont au tribunal .) L’invasion de ces machines a rendu la vie des riverains très difficile :
    - les nuisances visuelles défigurent les paysages et changent notre environnement(destructions de chemins , arbres abattus …)
    - les nuisances sonores difficiles à supporter par certains vents car lugubres , prenantes, irritantes, agaçantes….et amplifiées quand la température est basse. Nous luttons depuis 2006 année où la première éolienne a fait son apparition. C’est une lutte qui nous prend et du temps et de l’ énergie et surtout nous ne voyons jamais la fin. Notre sentiment est qu’on se moque des habitants , le seul intérêt étant l’argent. Merci , Madame ,de prendre notre défense . Je vous souhaite bon courage.

    Répondre à ce message

  • Encore un merci, un de plus, mais pourquoi avoir posé cette question la veille de votre départ, avez-vous peur des conséquences qui comme pour l’amiante interviendront tôt ou tard, ou peut-être avez-vous pris connaissance des nombreux rapports sur les nuisances des éoliennes, ou tout simplement écouté l’audition de Jean Marc Jancovici devant les sénateurs ou les députés. http://www.youtube.com/watch?v=xxbjx6K4xNw

    Répondre à ce message

    • Tout simplement parce que je ne savais pas que ma question tombait en n’étant plus sénatrice… et j’ai posé la question après avoir reçu une association vent de force 77 qui m’a alerté du problème du non respect du droit des citoyens :-) . Je préfère être à l’écoute des citoyens que des gens qui pontifient…

      Mais au fond je suis pour les éoliennes, ce que j’explique dans mon article… à condition qu’elles soient implantées à bonne distance et après un vrai débat démocratique ! Car mieux vaut le mal de tête de certains que l’irradiation de tous qui nous guette avec le nucléaire…

      Répondre à ce message

      • Madame la sénatrice, avec tout le respect que je vous dois ce ne sont pas les nantis qui ont à supporter les nuisances mais les ouvriers, les petits qui toute une vie ont économisé pour acquérir un bien, les nantis, les élu(e)s se gardent bien d’installer des éoliennes à proximité de leurs domaines tout en en percevant les retombées financières. sacrifier quelques petites gens pour la protection des autres tel est votre raisonnement .

        Répondre à ce message

      • « Mieux vaut le mal de tête de certains que l’irradiation de tous » ? Nous en serions rendus là : tenir une comptabilité, et adopter dès lors que le bilan est positif ? Que faites vous des droits des minorités (car les plus impactés par ces projets sont des minorités - par exemple, ce ne sont pas les écologistes des villes, et ils sont nombreux) ? Je crois qu’il existe un mot, pour les politiques qui éradiquent les minorités en travers des grands projets collectifs… aidez-moi, je ne trouve pas le mot…

        Répondre à ce message

        • Distances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations Le 8 janvier 2015 à 17:26, par Hélène Lipietz

          Il y a plein de mots pour cela. des anti-démocrates peut-être

          Mais il y a aussi, ne pas oublier, des citoyens qui ferment les yeux sur leur responsabilité dans l’état de la planète : les économies d’énergies issues des efforts de conception des lampes ou des matériel énergivores sont annulés par notre demande croissante liées aux nouvelles technologies. Donc chacun doit balayer devant sa porte, d’autant que je suis redevenue une simple citoyenne :-))

          quant à opposer écolo des villes et écolo des champs, n’est-ce pas simpliste ? et surtout où me rangez-vous, moi qui serais dans 8 mois à Avallon, sous-préfecture de l’Yonne ? pour y faire vivre l’écologie gustative au quotidien ?

          Répondre à ce message

  • Madame la Sénatrice, Votre réponse à Clément me sidère ! Vous êtes pour les éoliennes. Donc vous êtes contre les négawatts, la vraie solution écologique. Vous n’êtes pas pour la suppression ou le remplacement ILLICO de tous transports carbonés. Pour mémoire : les canaux, le ferroroutage…. dont il avait été question et qui aurait offert du travail dans un pays qui en manque. Vous êtes pour les éoliennes comme je suis pour les coquelicots. Sans raison. Une passion ! Le réchauffement climatique est-il OUI ou NON dû au GES ? Dont notre production d’électricité Française est exempte ? (5% seulement, et n’avions-nous pas déjà une ressource en énergie verte avant que ne s’abattent sur notre pays préservé cette bande de vautours de l’éolien ? Nos barrages hydroélectriques produisaient 17 % d’électricité répondant sur le champ à la demande en cas de froid intense par exemple, lorsque la demande est soudainement plus forte. Non il fallait à TOUS PRIX (exorbitants pour un pays légèrement en faillite) des turbines venant de pays étrangers (vive l’Europe du Grand Commerce et du Grand Capitalisme Sauvage) dépensant des quantités d’énergie carbonée pour arriver dans nos belles campagnes tractées par des engins monstrueux roulant à … l’eau ???, précédées de motards de notre belle police Nationale (le contribuable paie), des entreprises venant de 1000 kms pour forer des trous et y couler 1000 tonnes de béton (écologique ?) pour arrimer ces monstres. Quelle quantité d’énergie électrique d’origine nucléaire a-t-il fallu pour produire ces tonnes d’aluminium ? D’où proviennent les terres rares nécessaires à la fabrication de ces engins ? (comme pour les panneaux solaires d’ailleurs !) Comment sont-elles arrivées jusque dans les belles usines outre-Rhin ? A pied ? Combien coûte cette fantaisie ? (15 M€ pour nos quatre Géantes, horribles au point que le premier automne les oies sauvages ont fait un « refus », se sont repliées vers l’arrière et ont changé leur plan de vol ! Quand on est écologiste forcenée comme je le suis, on apprécie ! L’autre facette de cette arnaque, outre le fait que nos élus ne l’avaient pas été sur ce programme, que nous avons le sentiment, entre tous les dérèglements de ce permis hors la Loi de A jusqu’à Z, d’avoir été bradés comme des petits poulets en fin de foire par des corrompus, c’est que nous sommes tous dans l’impossibilité de vivre normalement comme la Loi nous en donne pourtant le droit, (troubles du voisinage permanents), et dans l’impossibilité de vendre nos maisons ou alors de les brader à vil prix, comme si nous étions nous-mêmes responsables des nuisances engendrées. Ce qui n’empêche pas nos taxes d’augmenter sans cesse alors qu’à minima, et ce ne serait déjà pas grand chose, nous devrions en être exonérés. Les maires de nos Iles Charentaises ont refusé l’invasion de ces monstres (le touristes n’a pas à supporter de tels ennuis), les maires de Chatelaillon, Royan ont crié halte à l’ennemi aussi, et avec juste raison, dommage qu’ils n’aient pas défendu les copains. Il faut bien comprendre que les castes existent encore dans notre pays qui se vante de démocratie. Protéger les puissants (retraite des députés votées à l’unanimité par exemple, mais halte je divague) et tous les embêtements pour les petits, les tracasseries, les mesquineries. A foison ! Madame la Sénatrice, pardonnez-moi mon insolence, mais non je ne me reconnais plus dans les valeurs que défendent les Verts. J’ai le sentiment d’avoir été trahie. Lorsque j’entends parler les Verts j’ai honte. Dans mon jeune temps il fallait subir les railleries d’en être, maintenant en être est devenu ridicule. Madame la Sénatrice pardonnez-moi d’avoir cru, un instant, que vous aviez compris la problématique écologique, de vous avoir d’emblée accordé ma sympathie et brisons là, d’un commun accord, comme disaient nos ancètres.

    Répondre à ce message

  • extraordinaire,vous n’aviez ni lu ma question ni lu mon site et vous m’aviez accordé votre confiance écologique…

    Donc ne vous en prenez qu’à vous même si vous êtes déçue. Je n’ai jamais caché ma solution énergétique qui passe par négawatt, enercoop… autant de mots que vous retrouverez en cherchant grâce au moteur de recherche dans mon site. Et si vous aviez lu ma réponse à Alexis Rocou, antérieure à votre courroux, par exemple vous auriez vu ce que vous appelez de vos vœux.

    Vous auriez ainsi vu que je ne suis pas pour les éoliennes comme vous pour les coquelicots, mais parce que je sais que l’être humain n’est pas capable de réduire sa voilure de consommateur, je pense qu’il faut mieux des éoliennes que des centrales nucléaires et c’est tout ce que je dis dans mes réponses.

    Et je pense que les éoliennes surtout les microéoliennes, comme je l’indique dans ma question sont une réponse à l’égoïsme de chacun de nous, pas de ça chez moi et surtout ne pas me demander de réduire mon train de vie… Tout mon site le dit, le crie… Avez vous simplement été regarder ce que j’écris ? non vous vous êtes dit « enfin une écolo qui me correspond », alors qu’il y a autant de réponses écologiques à la crise des ressources et à l’accès de consommation que de personnes.

    Je ne sais pas si je suis plus écolo que vous, le côté « plus vert que moi tu meurs » est le gros défaut des écolo. J’essaye simplement de mon côté, citoyenne devenue durant 22 mois sénatrice et renvoyée à sa simple qualité de citoyenne d’être en accord avec moi-même : j’utilise, vous aussi un ordi (mais pas de téléphone portable et vous ?) je sais, parce que je l’ai appris d’ERDF que les banques de données sont les plus énergivores que l’on puisse imaginer, stocker de la mémoire a un coût. Donc comme je commence à connaître les humains, j’essaye de trouver la solution la moins dangereuse possible à notre fringale d’électricité, sachant que les économies d’électricité n’arrivent pas à compenser les nouvelles utilisations électriques.

    Il y a dix ans je pariais sur négawatt qui m’inspire depuis sa fondation. Mais aujourd’hui je suis réaliste l’homme consomme plus qu’il n’économise… donc il faut trouver autre chose que le nucléaire, les lieux propices à l’hydaulique sont saturés, le photovoltaïque demande des hectares… je préfère donc les éoliennes mais par défaut…

    Je ne répondrais pas à vos attaques sur ce que vous pensez des Verts, si vous aviez lu "qui est Hélène LIPIETZ" vous auriez eu la réponse. Je crois simplement comme citoyenne qu’il ne suffit pas de gueuler, de voter pour des gens incompétents, racistes et fascistes, pour faire de la « bonne et bellle » politique… il faut s’investir et faire de la politique, accepter le risque d’être critiquée, d’être raillée, et surtout d’être niée dans sa réalité de femme essayant avec ses petits moyens de faire avancer les choses. L’avez-vous fait ?

    Quant à rompre, pourquoi voulez-vous rompre ? parce que vous êtes furieuse contre moi ou d’abord contre vous qui n’aviez pas lu qui j’étais , quelles sont les valeurs que je porte ? Ce qui fait la vie en société c’est le dialogue écouter l’autre même si on n’ai pas d’accord avec lui. recevoirvent de force 77 qui m’a inspiré cette question alors même que je suis, faute de mieux, pour l’éolien, recevoir aliance vita alors que je suis pour les mariage des homo, a été pour moi une obligation : j’étais sénatrice de tous les français, je dois donc tous les écouter… y compris pour me faire injurier après, parce que notre démocratie se meure des ruptures de discussion…

    donc pour ma part, je vous invite encore et toujours à discuter, non pour essayer de convaincre l’autre mais simplement pour essayer de le comprendre, même si on n’est pas d’accord avec lui ou avec elle :-)

    Répondre à ce message

    • Distances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations Le 26 mai 2014 à 14:56, par saurat raymond-victor

      Madame le sénateur-suppléante de Seine et Marne,

      Vous appartenez avec la Seine et Marne (77) à l’un des 4 départements de la Grande couronne qui en Ille de France devrait accueillir la majorité des 180 éoliennes de 3 MW voire davantage (7 MW avec les machines allemandes Enercon E127 (108,5 dBA) projetées sur le Mont des Quatre faux en Ardennes). Alors que la Circulaire Borloo de juin 2009 projetait 40 machines en Ille de France , la DRIEE et le service Environnement de la Région IdF ont retenu le chiffre de 240 éoliennes à implanter sur les 4 départements périphériques de l’île de France (77,78,91,95). Ces quatre départements sont les départements-poumons de Paris et proche-banlieue le week-end, mais ce sont aussi les départements d’où partent, et rentrent après leur travail, ils sont 5 millions les franciliens qui vivent sur cette Grande couronne sur les 10 millions qui sont établis sur Paris et la Région. C’est en mars 2011, que je suis intervenu au nom de Paysages de France, au cours de la réunion finale de présentation du SRE SRCAE IdF (Schéma Régional Éolien-Schéma Régional Climat Air Energie Île de France) pour dénoncer ce scandale de la destruction en catimini des Paysages Visuels Sonores que l’on allait imposer par des Etudes d impact, des demandes de Permis de construire et d’Exploiter les centrales d’aérogénérateurs bien fréquemment biaisés.

      En conclusion, l’enquête publique sur le contenu du SRE a été lancée avec 180 machines alors que nous avions débuté avec la DRIEE et le Service Environnement de la Région IdF, l’étude de faisabilité avec 40 machines.

      Alors que nous avions demandé des distances de sécurité pour la préservation des Paysages rapprochés visuel et sonore des futurs riverains de 1000 mètres voire 1500 mètres, alors que nous avions identifiés des sites pour l accueil de 40 éoliennes respectant cette distance de sécurité, alors que nous avions avec Bruitparif une Journée de sensibilisation à l’éolien en IdF, la DRIEE, comme le Service Environnement n’ont fait aucun cas de ces propositions. Sur les aspects techniques le SER (Syndicat des Energies Renouvelables) n’a pas voulu (ou pas pu car machines 100% etrangères ?) apporter des réponses à nos questions posées en groupe de travail SRE Paysages (spectre des vibrations solidiennes, cuve de rétention des huiles hydrauliques en nacelle, finesse et quantité des particules de pale en fibre de verre émises dans l’atmosphère, spectre et niveau acoustique basse fréquence et niveau infra son émis par les machines). Pour mémoire, l’Ile de France importe annuellement 72 Térawattheures d’électricité. 180 éoliennes de 3 MW , représente la puissance installée de 540 MW et la production annuelle projetée de 1 Térawattheures (un TWh) n’est pas significative.

      EDF produit annuellement 550 TWh et depuis 1985 exporte en moyenne 50 TWh vers les Pays riverains que sont l’Angleterre , le Benelux, l’Allemagne ( entre 10 et 17 TWh /an), la Suisse, l’Italie, l’Espagne et et le Maroc lorsque ce Pays est en Heures de pointe. Mettre en service 10 000 éoliennes terrestres c’est ériger 19 000 MW et EXPORTER 40 TWh vers les Pays riverains.

      S’ajouteront 6 000 MW d’éolien marin soit 20 TWh annuels qui seront eux aussi exportés et s ajouteront aux 50 TWh déjà exportés depuis 1985. Par contre, le chauffage par convecteurs électriques absorbe 60 TWh sur les 540 TWh produits.

      Il est donc urgent de mettre en oeuvre le chauffage thermodynamique par Pompe à Chaleur (PAC) afin de ramener la consommation d’électricité à 20 TWh, les 40 TWh économisés étant mis au service de l’Exportation vers les Pays riverains dont l’Allemagne avec son électricité thermique à charbon.

      Pour conclure, nous rapportons une anecdote vécue : Alors qu’un conseiller régional EELV nous soutenait que la France importait de l’électricité, les mots n’eurent aucun effet. Nous lui fîmes un Mémoire qui concluait que la France avait exporté de l’électricité depuis 1979 (solde net exportateur) et que depuis 1985 , le solde net exportateur était annuellement de plus de 50 TWh. Nous tenons évidemment ce Mémoire à votre disposition et qui n est que la synthèse des bilans annuels "L’Energie en France-Repères ; édités par le Ministère de l’industrie puis par le ministère de l’Environnement et de l’Energie". En 2013, RTE a exporté 15 TWh d’électricité éolienne pour le montant de 4 Md€ soit un prix moyen de 40 €/MWh eolien ce qui a occasionné pour l’Etablissement la perte de 700 M€. Bien évidemment, le prix d’achat du KWh aux Français augmente ainsi que les prélèvements au-travers de la CSPE ainsi les investissements de l éolien sont payés par les Français et leurs Banques , les éoliennes sont de construction étrangère et l’électricité verte éolienne est vendue, à perte, à nos Voisins tout-charbon qui ne peuvent que se frotter les mains.

      Nous en terminerons et ce sera avec la dernière "trouvaille" du conseil d’Etat qui s appuie sur le code de l’Urbanisme : pas de mitage pour les constructions alors on construit les éoliennes à 500 m voire 700 m de la dernière maison du village ou du hameau !

      Mais à 500 m « une » éolienne de 3 MW délivre un niveau sonore de 104 dBA et le riverain des 500 m, il "écoute" 39 dBA , si on met "deux" éoliennes , alors le riverain il "écoute" 42 dBA !

      Alors Mme Kościuszko, alors ministre de l’Environnement a réuni en juillet 2011, les Industriels concernés, en l’occurrence France Energie Éolienne, et les 30 dBA de Bruit ambiant du code de la Santé ont "sauté" , le verrou passant à 35 dBA dans le code de l’Environnement à travers un Arrêté du 26 août 2011, ceci sans que les associations de protection de l’Environnement n’ait sourcillé auprès de la cour de justice de l’UE (le CE ayant ayant conclu que 35 dBA laissait de la marge devant 70 dBA, mais le rapporteur devant le CE n’avait pas compris qu il jugeait des carottes et des choux :-).

      En tout état de cause, merci Madame la sénatrice de la tribune que vous avez offerte à la "souffrance" des riverains d’éoliennes. Avec l’expression de mes plus respectueuses salutations.

      Souhaitons à l’avenir que les services préfectoraux liront plutôt deux fois qu une les demandes uniques de PC de centrales d’aérogénérateurs et qu’ils signeront des PC pour des machines au-delà de 1500 m (1,5 km) de toute habitation.

      PS : Quant à moi, parfait augure, mon préfet ne prend même pas la peine d’accuser réception des courriers et rapports .

      Répondre à ce message

      • Merci de votre excellent exposé factuel… car je crois que c’est les faits objectifs qui manquent aux débats en France, tant sur le nucléaire que sur les éoliennes.

        On ne sait pas, plus s’écouter en France. On ne sait pas discuter, se remettre en cause et surtout s’informer : c’est tout blanc, votre question est contre les éoliennes, c’est tout noir, comment cela vous êtes pour les éoliennes !

        La culture de l’immédiateté a gagné en politique comme ailleurs.

        Je suis étonnée qu’un EELV ne sache pas que nous vendons de l’électricité nucléaire comme nous achetons parfois de l’électricité carbone… c’est l’interconnexion des réseaux qui va d’ailleurs permettre que les éoliennes puissent être un complément, à côté des pompes à chaleurs ou des mesures d’isolation des bâtiments, d’extinction des lumières la nuit bref d’une véritable réflexion pour relever le défi du XXI eme siècle : comment continuer et faut-il continuer à consommer toujorus plus en polluant toujours plus notre planète ?

        Bon courage dans votre lutte et n’oubliez pas de proposer d’autres solutions car critiqer sans aucun apport positif, c’est négatif !

        Répondre à ce message

        • Vous avez tout à fait raison : il faut être concret et factuel. Ainsi, que pensez vous du projet de directive du ministère de l’écologie confiant, après les études d’impact acoustiques, faunistiques, paysagères, celles de l’impact sur les radar météo aux promoteurs eux-mêmes ? Pensez-vous qu’elle seront aussi fiables que ces premières, pour lesquelles des prestataires empressés, arrangent sur mesure leurs études pour leur convenir ? J’ai eu à étudier de telles études : impact acoustique truqué, que nous avons du démonter en payant nos propres études ; associations environnementales entretenues par les collectivités locales, amenées à expertiser des installations voulues par elles …

          Répondre à ce message

  • Distances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations Le 27 mai 2014 à 00:07, par Collectif anti-éolien Périgné

    Madame la sénatrice, si nous ne pouvons qu’être d’accord avec votre question et regretter qu’elle ne soit posée, nous avons un doute en revanche sur votre idée de « l’éolien plutôt que le nucléaire ». Même les promoteurs de l’éolien reconnaissent que l’éolien ne nous sortira pas du nucléaire. On ne peut pas couper ni même ralentir une centrale nucléaire dès que le vent souffle. L’éolien ne peut être qu’une production de complément des centrales à flamme (gaz ou charbon). Nous aurons donc les nuisances de l’éolien-qui-donne-bonne-conscience ET le danger permanent du nucléaire-bombe-à-retardement.

    Si le gouvernement se penchait sérieusement sur les nuisances des éoliennes actuelles, la distance minimale serait telle que de nombreux parcs ne seraient plus d’actualité. S’opposer à l’éolien industriel ça n’est pas condamner l’utilisation du vent pour produire de l’électricité, c’est juste dire non à des projets qui méprisent les habitants, dévaluent leurs biens (et parfois les rendent invendables), et leur rend le quotidien plus pénible.

    Aucune étude indépendante n’a encore démontré l’efficacité de ces machines. En toute chose il faut peser le pour et le contre… A ce jeu là, l’éolien industriel terrestre et ses moulins de 150m avec 400 m3 de béton en sous-sol (à vie) ne ressort pas gagnant. Sans parler du démantèlement de ces machines dont on ne sait encore pratiquement rien si ce n’est que l’argent déposé par les promoteurs ne suffira pas. Le nucléaire et l’éolien ont un point commun, d’abord on installe… on verra plus tard pour les conséquences. L’erreur faite avec le premier ne peut pas justifier la mise en place du deuxième. Merci de vote attention.

    Répondre à ce message

    • qu’est-ce que le démantèlement des éoliennes comparé à celui des centrales nucléaires ? L’équivalent sans doute des trois immeubles qu’on vient de démolir au bout de ma rue, et encore eux étaient bourrés d’amiante.

      Reste encore une fois que si vous lisez mon site, vous auriez découvert que je suis pour la réduction de notre train de vie, et pas seulement celui des sénateurs mais de l’ensemble de la société… ce que j’essaye de mettre en pratique dans ma vie quotidienne…

      mais comment puis-je imposer à mes concitoyens de ne plus acheter des habits sans les avoir réparer avant ? de ne pas avoir de TV ou de tablettes gros bouffeurs d’électricité et de coltan ?

      Si vous avez la recette, je prends ! :-)

      Répondre à ce message

  • Madame la Sénatrice, Au milieu de ce que vous qualifiez de véritable tsunami, je tiens à rendre hommage à votre écoute et à votre analyse scrupuleuse, exempte de toute langue de bois et à priori partisan, ainsi qu’à votre respect de ceux qui ne pensent pas comme vous. Le souci que vous aviez manifesté lors de cette question au gouvernement en est témoin. Je suis convaincu, par ailleurs, que si le même souci avait été la règle pour l’implantation des éoliennes, nous ne connaitrions pas cette guérilla judiciaire et une telle levée de boucliers. Si je ne partage pas votre analyse des moyens que vous préconisez pour l’évolution du parc de production électrique français, qui n’était d’ailleurs pas l’objet de votre intervention, je n’en regrette pas moins vivement votre départ du Sénat et me permets de vous souhaiter une réussite dans vos projets et de grandes satisfactions dont je ne doute pas, dans votre « nouvelle vie ». Avec ma parfaite considération, Jean Pierre Riou.

    Répondre à ce message

  • Madale la Sénatrice, Résumons : ne plus faire de pédagogie pour éviter les égoïsmes tout-voiturier, renoncer à des moyens de transport de masse (péniches, ferroroutage), est devenu le crédo à la mode. Laissons faire, la planète est fichue…. et remplissons les caisses de l’Etat. Juste pour vous donner un exemple ma petite voiture, abri de mes souffrances (que vous passez sous silence) fêtera ses 12 ans en Juillet et vient d’atteindre ses 70 000 kms, alors que je vis en campagne où nous n’avons même pas de boulanger. (mais des éoliennes pour suivre le progrès). Je ne me considère pas comme une héroïne. Je gère mes déplacements. Installer des éoliennes pour ne même pas réduire le nucléaire, mais pour faire du commerce à perte, si j’en crois les chiffres qui me paraissent documentés de Mr Saurat (auquel vous ne répondez pas) dont le citoyen Français usager de l’Electricité sera le payeur final, sans qu’il ait donné un quelconque accord à cette large générosité, et qui permet à nos voisins de dire : la France bonnet d’âne en matière de renouvelable, voilà la morale à suivre. Et cette leçon administrée par les lobbys nous culpabilise. Omerta sur le tout charbon qu’installent les Allemands, les Polonais et les Chinois entre autres. Et si l’on ne vote plus pour les Verts, on est fasciste !!!! J’ai relu tant j’ai été suffoquée ! Il n’y a certainement pas, selon votre grande tolérance, d’autres alternatives. C’est mon candidat qui serait content d’apprendre qu’il l’est. Il y a d’autres couleurs que le Vert, laquelle demeure ma préférée, mais en l’occurence j’ai opté pour l’orange. C’est dit. Je vous rappelle que nous écolos ne parlons pas la langue de bois (enfin ne parlions pas) José et Danny entre autres n’ont jamais pris de gants blancs pour s’exprimer et ils sont devenus députés Européens grâce à des actions qui parfois étaient « limites » (fauchage des OGM = bravo) et autres faits. Je reste dans cette tradition. Dénoncer ce qui ne va pas. Faucher des éoliennes n’est pas à ma portée. Dommage. Salutations. GS

    Répondre à ce message

    • Bonjour, j’avoue ne pas comprendre… quel rapport avec l’abandon des moyens de transports de masse… que je défends.

      ma voiture a 150 000 km, ma précédente est utilisée par ma fille et a pus de 200 000 km et ce n’est pas une diesel… incroyable comme les voitures vieillissent maintenant !

      Je suis la première à réclamer le retour des boulangers ambulants seul lien pour certains avec le commerce, j’y achète moi-même régulièrement du pain dans les alpes. Le pb de la désertification des campagnes n’a rien à voir avec les éoliennes ou alors c’est parce que les cranes d’œufs qui décident de l’implantation des éoliennes croient que les campagnes sont désertées !

      Croyez vous que le nucléaire ne soit pas à perte ? vous avez raison, il est à coût de plus en plus exorbitant… de combien a augmenté votre facture EDF ? la mienne n’a pas augmenté depuis 5 ans… sauf la part due à EDF, parce que je suis à ENERCOOP depuis l’origine ou presque et je sais que je vais payer pour le démantèlement de centrales que je rejette, que je vais peut-être être polluée dans ma vie si la centrale de Nogent explose et qu’en attendant des ouvriers payent pour nous de leur santé la maintenance du nucléaire.

      Je n’ai pas répondu aux chiffres de monsieur SAURAT parce que je ne suis pas une comptable mais une citoyenne comme vous. J’aurais aimé que vous me félicitiez de mon absence de censure. Si j’avais censuré mon site vous n’auriez pas eu connaissance de ces chiffres :-) et maintenant vous me reprochez de ne pas y répondre :-(

      Votre colère cache votre déception : vous pensiez que j’étais contre les éoliennes alors que je demandais juste qu’on fasse des études sérieuses… je demandais juste qu’on soit, pour une fois, intelligents : on étudie, on consulte puis on prend une décision, difficile en France !

      Où avez vous lu que quand on ne vote pas pour les verts on est fasciste ?

      Est-ce moi qui ai écrit cela ? En faisant une recherche sur tout mon site, petite loupe à droite de la page d’accueil, par une seule fois ce mot n’est mis sauf dans un article commun avec mon frère sur le procès de notre père… Le fasciste est une horreur, j’espère que l’humanité ne la refera pas, j’ai peur que si, mais pour l’instant, ce n’est pas le cas.

      Si vous aviez lu mon site et notamment ma présentation vous auriez vu que je ne suis pas verte ! quant à mon vote il est secret… mais l’important ce n’est pas de voter vert c’est de voter… parce que nos ancêtres se sont battus pour cela.. parce qu’aujourd’hui il y a des pays sans droit de vote.

      Quant au lobby, n’est ce pas le nucléaire qui a gagné et EDF avec ?

      Je suis vraiment désolée mais j’avoue ne pas comprendre votre charge contre moi et je souhaite de tout mon cœur que votre député soit à l’écoute des maux de la planète et peu me chaut sa couleur politique

      Répondre à ce message

  • Madame Lipietz,

    Nous notons avec intérêt votre récente question écrite à la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie concernant la nécessité d’accroître la distance de sécurité règlementaire entre éoliennes industrielles et habitations (question n° 11440 du 1er mai 2014).

    Nous sommes une association de veille environnementale basée en Ardèche et travaillons en priorité sur des enjeux locaux tels que les impacts environnementaux de l’exploitation des gaz de schiste, la gestion forestière dans le contexte de l’essor de la filière bois-énergie, et les projets d’éolien industriel en milieu rural.

    Nous avons été amenés, ces trois dernières années, à étudier la problématique des nuisances sonores éoliennes, et souhaitons ici porter à votre attention les informations que nous avons soit rassemblées, soit produites, pour améliorer le niveau d’information de l’opinion publique.

    Nous joignons au présent message un index permettant d’accéder aux différents éléments du dossier que nous avons constitué. Sur l’ensemble de ce dossier, nous avons travaillé avec la communauté internationale des lanceurs d’alerte, notamment l’ONG australienne « Waubra Foundation », et nous pouvons mettre à disposition de toute personne intéressée les contacts que nous y avons établis.

    Nous vous encourageons vivement à poursuivre la démarche entreprise par votre question écrite à Mme Royal. Il était grand temps que la question des nuisances éoliennes soit portée sur la place publique, car le mutisme et/ou le déni dont ont fait preuve, sur ce dossier, trop de responsables associatifs et politiques, ont contribué à entamer les dispositions favorables du public à l’égard des énergies renouvelables, et ont hélas grandement desservi la cause écologiste dans son ensemble. Nous participerons volontiers à tout effort collectif pour rétablir en la matière une situation de clarté intellectuelle et de cohérence politique.

    Très cordialement.

    pour ADTC - Avis De Tempête Cévenole le président, Richard Ladet, richard.ladet@free.fr 0475-934550

    ADTC - Avis De Tempête Cévenole La Cabanelle, 07380 Saint-Cirgues-de-Prades adtc@laposte.net www.adtc07.com

    Répondre à ce message

  • Bonjour, Je tiens à préciser que même à des distances de 1000 mètres ,l’Agence Régionale de Santé émet des réserves lors des projets éoliens, Mais voila ont construit quand même, ceci c’est en Bretagne.

    Répondre à ce message

  • Finalement, Madame, vos réponses se réduisent à « c’est moins grave que le nucléaire etc… ».Donc la discussion est fermée.

    Répondre à ce message

    • Et que vouliez-vous que je dise ? que les éoliennes ont fait plus de morts et de dégâts que Tchernobyl et Fukushima réunis tant en nombre de morts que de personnes qui vivent désormais irradiées ? Je peux l’écrire pour vous faire plaisir, vous qui m’avez remerciée Mais on est loin de l’origine de cette discussion qui ressemble d’ailleurs plus, dans sa première partie à un concert de louanges et dans sa seconde à une lapidation…

      Car finalement de quoi parlons nous ? de l’idée écologiste que j’ai toujours défendue : les solutions alternatives à notre vie actuelle ne doivent pas être imposées mais acceptées. et pour qu’elles soient acceptées, il faut qu’elles soient convaincantes, même si moi je suis convaincue.

      Donc on ne doit pas imposer une solution écolo comme on a imposé le tout nucléaire.

      D’où ma question, à l’origine de cette discussion : y a t il des nuisances objectives, liées aux éoliennes, indépendamment des nuisances ou prétendues telles nuisances visuelles (une centrale nucléaire c’est pas très beau :-) . si oui, comment faire pour que ces nuisances ne gênent pas les gens ?

      Donc si vous estimez que cette question est inutile, libre à vous de fermer cette discussion, mais cela ne semble pas être le cas des autres intervenants, même s’ils ne sont pas d’accord avec moi. Personnellement je n’ai qu’une seule fois fermé un forum de discussion quand des insultes y ont été mises.

      L’écologie c’est cela : respecter toutes les petites, moyennes et grosses bêtes pour trouver un équilibre dans la société, même si je préfère les petites bêtes aux grosses :-)

      Et c’est ma fierté d’ex-sénatrice : j’ai toujours reçu, écouté, toutes les opinions, j’ai toujours pesé le pour et le contre et j’ai décidé parce que faire de la politique au bout du compte, c’est faire un choix qu’on espère le moins mauvais possible… comme celui de faire des études indépendantes avant l’implantation d’éoliennes… et de centrales atomiques.

      Merci en tout cas de votre lecture qui vous a, j’espère, fait comprendre que le monde n’était pas ni tout blanc, ni tout vert, mais que la réalité politique et sociale était entre les deux !

      Répondre à ce message

  • Madame Lipietz, Bonjour, Je vous retransmets, suite à mise à jour, l’ensemble du Dossier « Eoliennes & Santé » d’ADTC. Celui-ci inclut désormais la traduction en français de la lettre ouverte adressée en Mars dernier par ADTC à l’Australian Medical Association. Le dossier est accessible également via le lien unique : http://www.perspectivesecologiques.com/telechargements/ADTC%20Dossier%20Eoliennes%20&%20Sante%20v2.0%20Jun14.pdf Bien cordialement. pour l’association ADTC - Avis De Tempête Cévenole Richard Ladet

    Répondre à ce message

    • Encore une fois je publie des données qui semblent remettre en cause les éoliennes… que j’aimerai que quelqu’un me fournisse, sur mon site, les données sur les dommages irréversibles que cause le nucléaire à notre petite planète et à ses humains, en attendant allez lire « sortir du nucléaire ». On sait démonter une éolienne on ne sait pas démonter une centrale nucléaire.

      Alors je le dis et le redis : je suis pour les éoliennes, mais après la décroissance énergétique et les économies d’énergieet malgré tous les problèmes qu’elles posent, tant que nous, l’ensemble de la société n’accepterons pas de revenir à une civilisation sobre, je préfère les éoliennes au nucléaire, surtout si elles ont été implantées après une véritable étude d’impact et une véritable discussion citoyenne que ma question appelle de mes voeux !

      Répondre à ce message

  • Bonsoir Madame et félicitation d’ouvrir objectivement les yeux sur la distance de 500 mètres des habitations et des éoliennes. Tous les riverains s’inquiète de cet état de faits. Pour les sites déjà en place les plaintes sont nombreuses, poiur ceux en cours d’étude l’inquiétude est grande. Ces machines de plus en plus grandes, puissantes ne peuvent que causer des problèmes. Il est regrettable que l’avis de l’académie de médecine ne soit pas pris en compte. D’ailleurs de qui demande t-on l’avis des promoteurs c’est tout, ils ont bons jeux et nous sommes bien petits à côté d’eux. Le grenelle 2 avait l’avantage de proposer des restrictions qui malheureusement ont été retirées, et depuis les promotteurs parcours nos campagnes afin de multiplier les installations. Il y a tellement à dire sur le sujet que ce n’est pas ce simple message qui permettra d’aborder le problème dans sa globalité. Les projets dans notre départementt fleurissent de manière ioncontrôlable. Merci encore de votre implication Cordialement Présidente Vent de discorde Madame LE BARS Raymonde

    Répondre à ce message

  • Dans d’autres pays européens, les éoliennes sont implantées dans des zones industrielles. Cela tombe bien car des consommateurs s’y trouvent et personne n’y dort.

    Répondre à ce message

  • Un projet d’implantation d’éoliennes à 500 m de notre maison est en train de voir le jour. Nous nous battons et mettons toute notre énergie pour empécher ce projet. Pourquoi : nuisance sonore, peur pour notre santé, notre qualité de vie, peur pour nos animaux (nous avons des chevaux entre autres), perte de la valeur de notre bien (grande maison du 19ème siècle), nous avons fait estimer notre bien (- 20 à 40 % de perte) par plusieurs experts de l’immobiliers, la dégradation du paysage, notre patrimoine, nos paysages dévastés. Trop c’est trop, nous habitons en Picardie, et nous sommes litérallement envahis par les éoliennes. En retour, nous avons créé une association. Nous sommes peu d’adhérants car le village est petit et 3 grandes familles de ce village ont un intérêt financier dans ce projet alors difficile de combattre. Nous avons dû faire face à des menaces, l’ambiance dans le village est électrique, certains ont peur. Mais nous ne baissons pas les bras. Et nous nous battons contre ce projet et soutenons d’autres associations, participons à des colloques, manifestations.

    Répondre à ce message

    • Oui, et grâce aux écologistes et à Mme Royal leur idole, ces familles pourront aussi investir dans le projet qui vous pourrira la vie (loi sur la transition énergétique). Quant à vous, si vous n’avez pas d’argent pour tirer vous aussi profit du saccage de votre environnement, c’est dommage ! La même chose s’est produite en Allemagne, et c’est ce qui a du inspirer les écologistes : grâce au financement participatif, les populations locales livrent avec gaîté leur environnement et leurs voisins les plus malchanceux aux promoteurs. A un moment, il faut mettre les mots qui conviennent sur les choses : immoral !

      Répondre à ce message

  • Madame la sénatrice,

    Quelques soient les raisons avancées, l’éolien industriel est une calamité pour les habitants des territoires concernés. Comme la rente du pétrole sous d’autres latitudes, il n’apporte rien au quotidien des citoyens. Les élus se contentent d’encaisser la manne financière et pensent avoir touché le gros lot. Mais cette rente n’endigue nullement la désertification et le vieillissement de nos campagnes. L’augmentation des parcs éoliens passe par un appauvrissement d’une partie de la population en terme de santé, de qualité de vie, de pouvoir d’achat, elle impacte gravement un patrimoine paysager. Pire, les seuls activités positives : tourisme vert + agriculture disparaissent : fuite des touristes ; colonisation des terres agricoles .

    Nous, les anti-éoliens sommes perçus, dans le milieu « urbain » (pas concerné), comme des chipoteurs, des gens qui pourraient faire le sacrifice de leurs intérêts particuliers pour l’intérêt général, Alors que, notre seule raison d’être est : un profond respect des territoires ruraux, des ressources naturelles, de la biodiversité, des paysages, du silence et un engagement à valoriser ces territoires pour les générations futures.

    Pour toutes ses raisons et bien d’autres encore, le Collectif ne vous dit pas merci, ni à votre parti, ni aux représentants de la République, ni aux élus européens, ni à tous ceux qui vantent l’éolien industriel (médias, entreprises, artistes, etc.)

    Nous avions le nucléaire, aujourd’hui, nous avons le nucléaire et les éoliennes !

    Bien cordialement, Madame la sénatrice.

    HAUT VANNIER : UN PROJET DÉMESURÉ L’éolien industriel pose plus de problèmes qu’il n’en résout

    29 éoliennes type offshore de 182 mètres de haut chacune sur 32km2. (voir P.J) Nos paysages défigurés par le nombre et par la hauteur de chaque machine. Nuisances visuelles et sonores dans un rayon de 3 000 mètres. Impact important sur notre santé : Dans ses recommandations, l’Académie de Médecine de Paris prône une distance minimale de 1 500 mètres avec les habitations. En Allemagne, la distance minimale retenue est de 2 000 mètres. Chute du prix de l’immobilier : tous les jugements récents des tribunaux de Grande Instance (TGI) confirment une moins value de : -10% à -30% selon l’éloignement, sur la valeur des maisons situées dans un rayon de 3 000 mètres.

    Qui aura encore envie de s’installer dans nos villes et villages près de centrales éoliennes ? ÉOLIENNES = DÉSERTION DES TOURISTES : Ce sont des épouvantails à touristes. Impact très négatif sur l’économie locale.

    photo montage de l’implantation éolienne réalisée à partir des coordonnées GPS du projet (cimetière, Broncourt)

    Collectif : LES VUES IMPRENABLES augustinmassin.blogspot.com lesvuesimprenables@gmail.com

    JPEG - 226.5 ko

    Répondre à ce message

  • Distances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations Le 7 octobre 2014 à 21:15, par Triballeau Joël

    Bonjour Madame, Trois éoliennes ont été implantées sur la commune de Champdeniers-St Denis 79220, ces 3 éoliennes génèrent 20 000 volts. Quelle est la distance légale doivent-elles être implantées d’une route départementale et des habitations ?

    En vous remerciant, Je vous prie de croire, Madame, à mes remerciements et en l’assurance de mes sentiments les meilleurs. Joël Triballeau

    Répondre à ce message

  • Madame,

    Vous n’êtes pas, au sujet des éoliennes, en désaccord avec votre parti, et réclamez plus de précautions pour ces projets, si je vous ai bien lue. Comment, dans ce cas, conciliez-vous cette position avec le fait que votre parti a proposé l’amendement à la loi sur la transition énergétique consistant à supprimer le régime ICPE, l’un des rares leviers subsistant pour permettre à l’Etat le contrôle que vous dites vouloir plus étroit ?

    Je ne vois pas la cohérence entre vos propos, et les actions concrètes de ce parti. Merci de nous éclairer.

    Répondre à ce message

    • Distances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations Le 8 janvier 2015 à 17:39, par Hélène Lipietz

      D’abord si vous aviez lu qui j’étais, vous auriez vu que je ne fais pas parti d’EELV. Je ne me sens donc pas responsable et solidaire de tous les amendements.

      Plus précisément, pour celui dont vous faites mention, je ne sais pas si je l’ai voté car j’essaye d’oublier un peu le Sénat, ce qui explique d’ailleurs ma lenteur à vous répondre… Il faudrait que je fasse des recherches, sauf si vous les faites pour moi

      Donc je ne peux pas vous répondre plus précisément, désolée

      Répondre à ce message

  • Bonjour Madame la sénatrice,

    Je n’ai pas encore eu le temps de lire tous les messages sur ce site et sur d’autres mais les messages semblent plaider pour plus de transparence dans les projets éoliens et pour plus de démocratie. J’habite une commune dans le Pays de Caux, proche d’une commune où des permis de construire ont déjà été délivrés pour la construction d’éoliennes. Ma commune a été concernée par cette enquête publique en juin dernier. Je ne vais pas dans ce message donner plus d’informations mais des promoteurs d’éoliennes continuent à prospecter les communes voisines, font signer des promesses de bail à des élus directement concernés par l’implantation des éoliennes sur leurs terrains. 2 projets éoliens (distants d’à peine plus de 1km) émanant de 2 sociétés éoliennes distinctes vont bientôt être soumis au vote au conseil municipal pour le lancement d’études. Comment est-ce possible d’envisager encercler des habitations par 2 parcs éoliens sans informer davantage les habitants. Par ce message, je ne cherche pas à me prononcer pour/contre les éoliennes, mais je déplore un manque de transparence et un manque de démocratie. Les 2 sociétés éoliennes nous assurent qu’il n’y a aucune limite légale de distance entre 2 parcs éoliens. Chaque société étant certaine que l’autre projet n’ira pas à son terme. La préfecture semble nous indiquer qu’une limite légale de 5 km est nécessaire. Cela éliminerait d’office 1 des 2 projets potentiels. Mais où puis-je trouver véritablement la réponse légale ? Comment est-ce possible qu’il ne soit pas obligatoire d’informer et de consulter la population lorsque l’on sait que l’implantation d’un parc éolien engage la commune au moins pour 40 ans ? Comment une telle décision peut ne relever que d’une délibération entre élus directement impliqués pour certains. Je plaide pour plus de transparence dans les projets éoliens et pour plus de démocratie.

    Cordialement,

    Répondre à ce message

  • Distances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations Le 10 janvier 2015 à 22:28, par Hüsnü Dilli-Conseil de Ville de Karaburun

    Bonjour de Karaburun/İzmir/Turquie, Un grand non catégorique a la nucléaire, aux thermiques. Oui pour changer et simplifier notre mode de vie, plus proche a la nature qui est notre véritable source de vie. Sur notre presqu’ile de Karaburun, plusieurs firmes installent des turbines éoliennes de 2,5 et 3 Mw chacune. Le ministere de l’environnement a attribué le 61% de notre territoire (sur 452 km2) a une seule firme d’éolienne qui avec 5 autres promoteurs a la garantie de vente l’électricité produite a l’Etat. Pourtant, notre région est scientifiquement connue par sa riche diversité biologique, par la coexistence de plusieurs éco-systemes (terrestre, forestier, aquatique et maritime), par la présence de vie traditionnelle, par l’inexistence d’industries et de grand commerce, par ses produits agricoles organiques (huile d’olive, artichaut, mandarin, narcissus, fruits de mer, poissons, chevres…). Elle possede une grande potentialité dans le domaine de tourisme responsable en paix avec la nature. Elle est tres riche en oiseaux (notamment en rapaces ; indémique-rare-sous protection), en chauve-souris et en flore. Nos mers et nos cotes font abri aux monachus monachus… L’augmentation des parcs éoliens, avec les routes ouvertes de 12m de lageur qui les lient les unes aux autres, les cables de connexion sous-terrestre et aériens pou transférer l’électricité produite au systeme interconnecté national etc, menace gravement non seulement la santé humaine (bruit, effet d’ombre, vibrations, champ électro-magnétique, anxiété…) mais également toute la vie sauvage, le faune, le flore, la diversité biologique et la riche potentialité d’un développement durable basé sur nos propres richesses. Nous menons a Karaburun une lutte au niveau de Karaburun, au niveau national et international pour arreter l’installation de nouvelles turbines, pour la création d’un mécanisme efficace de controle périodique de celles déja installées. Ce n’est pas nous a Karaburun qui est responsable de la pollution atmosphérique et du changement climatique. Ceux qui polluent doivent payer. Nous luttons pour sauvegarder notre champ de vie et celui de tous les etres vivants,.notre existence, nos richesses locales. Nous posons la question suivante : Combien les éoliennes sont-elles propres et au prix de quoi ? Cordialement

    Répondre à ce message

  • Tous les moteurs à rotation lente, dont les éoliennes, émettent des vibrations infrasoniques nocives à partir d’une certaine intensité : l’intensité infrasonore diminue faiblement quand on s’éloigne de la source, car l’absorption dans les milieux traversés est proportionnelle à la fréquence, et de ce fait, les infrasons sont très difficilement absorbés par les murs ou autres obstacles. La seule mesure préventive vraiment efficace contre les infrasons consiste à éloigner grandement la source d’infrasons. source : La prévention des risques des infrasons : http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/lutte-contre-le-bruit/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=43&dossid=521

    Répondre à ce message

    • Même si je ne suis plus sénatrice, je pense que le débat né de ma question écrite, retirée dés la fin de mon mandat a porté ses fruits : la distance pour l’implantation d’une éolienne a fait l’objet d’une discussion serrée entre le Sénat et l’Assemblée nationale, puisqu’enfin d’autres politiques disent que l’éolien peut poser problème

      Finalement lors de la commission mixte partiaire c’est 1000 mètre qui a été retenu Article 38 bis BA (nouveau)

      La deuxième phrase du dernier alinéa de l’article L. 553-1 du code de l’environnement est ainsi rédigée :

      « La délivrance de l’autorisation d’exploiter est subordonnée à l’éloignement des installations d’une distance de 1 000 mètres par rapport aux constructions à usage d’habitation, aux immeubles habités et aux zones destinées à l’habitation définies dans les documents d’urbanisme en vigueur à la date de publication de la même loi. »

      Attention encore une fois : je suis POUR les éoliennes, totalement pour… car leur danger est nul. Et même à 500 m, il est moindre que d’habiter à 50 km d’une centrale nucléaire comme moi :-)

      Merci de votre apport au débat.

      Répondre à ce message

  • On n’a jamais fermé, en France, 1 seul réacteur nucléaire. Pourquoi ? Pour fermer 1 seul réacteur il faudrait environ 2000 éoliennes. Pour produire toute l’électricité du pays ( 540 TWh) il faudrait près de 200.000 éoliennes. Et ce n’est là qu’une partie de l’iceberg car il faudrait coupler cette armée de moulins géants à des légions de centrales thermiques au Charbon ou au Gaz de puissance équivalente pour compenser l’intermittence du vent qui ne fournit qu’un jour sur 5 en moyenne ( taux de charge 20% ) et dont la production d’électricité est à peine de 3%. ( bilan RTE ) Savez-vous que le 29 juin 2015, les 6000 éoliennes en France ont fourni 0,6% de l’électricité de tout le pays !… Une production nulle, ridicule et coûteuse ( 84 € le mégawatt-heure payé au promoteur ) sur le dos du « cochon payeur » et 40 milliards d’€ d’investissements annoncés par RTE pour raccorder les milliers éoliennes disséminées comme des mouches sur tout le pays. 40 milliards d’€, c’est plus que le budget de la défense qui est de 31 milliards et plus que le budget du ministère du travail et de l’emploi qui est de 11,1 milliards d’euros. La Honte !… Autant d’argent public escroqué au contribuable et consommateur, autant d’argent qui remplira un peu plus les poches d’industriels, de promoteurs et d’élus corrompus à tous les niveaux… Agiter l’épouvantail du nucléaire est encore un moyen de propagande destiné à effrayer les Français en leur cachant la Vérité. On aura les Éoliennes et le Nucléaire… plus le Charbon pour compenser l’intermittence de cette énergie infirme, constamment sous perfusion et sous assistance respiratoire. Bref, dire « je préfère les éoliennes au nucléaire » est une ÉNORME ABSURDITÉ, un FAUX PROBLEME puisque nous aurons les Deux. C’est incompressible !… Conclusion : vu l’inutilité énergétique de ces machines, leur danger sanitaire, le désastre économique et social, on est en droit de poser légitimement la question : A qui profitent donc les éoliennes ? La réponse est simple : ce n’est pas à la Collectivité. Et cela durera tant que le scandale sanitaire n’éclatera pas au grand jour comme au Danemark ou en Australie !… ou tant que les Français ne seront pas complètement tondus !.. Pour tempérer le propos on pourra dire toutefois que nous braderons à prix négatif, et toujours sur le dos du cochon payeur, cette électricité éolienne dont on ne sait que faire en dehors des pics de consommation ( Car l’électricité ne se stocke pas. Le vent souffle quand il en a envie et pas quand on en a besoin ) . Nos voisins allemands seront preneurs, eux qui polluent doublement avec le Charbon et les Aérogénérateurs. Eux qui érigent 23 centrales au lignite bien pourri et polluant et qui envisagent de construire en Pologne des Centrales nucléaires qu’ils ne veulent pas chez eux. Quand on ne peut pas espérer grand chose du vent ( ou du photovoltaïque - 0,8% de l’électricité ) faut bien trouver un moyen. Comme le disait le Ministre allemand de l’Energie, Peter Almayer, « On ne peut pas sortir à la fois du nucléaire et du Charbon ». Parmi les bonnes solutions : les économies d’énergie ( quoique, en France, on a chaque année un excédent de production de 15% ), notamment dans l’isolation du bâti, les pompes à chaleur, le solaire thermique individuel, la gestion des transports …. L’argent GASPILLÉ par les politiques véreux et les écolos illuminés permettrait de créer de vrais emplois durables au lieu de remplir les poches d’une poignée d’individus.

    Répondre à ce message

  • Distances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations Le 22 février 2016 à 16:49, par Félix Cécile

    Madame, je viens de lire un tas de choses sur ce forum et peut-être pourrez-vous répondre à ma question. J’ai dernièrement avec mon époux et mes 2 enfants trouvé la maison de nos rêves à la campagne. Ayant déjà été échaudés par la mise en place d’un PLU dont nous avons fait les frais, nous sommes allées voir le maire du village pour lui demander si des projets importants d’urbanisme était en cours sur la commune, ce à quoi il a répondu qu’à part la contrainte du marché du village quelque fois par an il n’y avait rien en cours. Sa secrétaire nous a confirmé la même chose. Il y a peu de temps nous avons donc signé un compromis de vente avec le vendeur, compromis fait chez l’agent immobilier et non chez le notaire. Nous étions fous de joie ! Or complètement par hasard il y a qques jours nous avons appris sur les ondes locales qu’un projet de parc éolien en attente depuis plusieurs années allait certainement voir le jour à 1km environ de notre maison !!! Nous venions de passer le délai de rétractation de 2 jours mais nous décidons de casser la vente car pour nous trop de risques et d’enjeu ! ce sont toutes nos économies et notre énergie que nous mettrions dans ce projet et moi même étant plus que sensible au bruit nous ne voulons pas courir ce risque, encore moins pour nos enfants. Nous pensons alors qu’il y a comme « un vice caché » dans l’affaire et que le maire tout comme le vendeur en second plan auraient du nous en informer. Si nous en avions été informés avant la signature du compromis nous n’aurions pas accepté le bien. Aujourd’hui on nous annonce que nous risquons une procédure avec une somme conséquente en jeu !! Qu’en pensez-vous ? Nous sommes désespérés et avons le sentiments d’avoir été dupés…

    Répondre à ce message

    • Distances entre le lieu d’implantation d’une éolienne et des habitations Le 22 février 2016 à 17:56, par Hélène Lipietz

      bonjour et merci de votre question, en vous rappelant que je ne suis plus ni sénatrice ni avocate…

      Je pense que vous devriez consulter au plus vite un avocat spécialisé en droit immobilier pour obtenir la résiliation de la promesse d’achat et de vente pour réticence dolosive : vous n’avez pas eu toutes les informations.

      Je ne pense pas que les éoliennes relèvent du vice caché qui rendrait impropre la maison à son habitation mais les tribunaux le pensent parfois.

      La réticence dolosive sanctionne la faute du vendeur et de l’agence de ne pas vous avoir prévenu du projet s’il est imminent car vous auriez peut-être alors pris une autre décision ;.. parce que vous ne vouliez pas avoir un paysage différent par exemple.

      En revanche je suis étonnée que le projet ne figure pas sur les PLU de la localité… mais bon encore une fois je ne suis plus avocate.

      En vous souhaitant bon courage

      Répondre à ce message

  • Etant partisante de l’écologie, je n’ai rien fait quand j’ai entendu parlé des éoliennes. Juste, j’ai assisté à la première soirée d’infos….à cette soirée j’ai eu le sentiment que de toute façon c’était déjà lancé ! Les portes ouvertes à la mairie ont eu lieu en juillet

    Moi en juillet je suis particulièrement occupée ayant des chambres d’hôtes. Tout s’est mis en place très vite. Ma maison est à 500 m d’une éolienne.

    En hiver c’est comme si elle était dans ma chambre. J’ai la chance d’avoir beaucoup d’arbres et en ce moment, elle est moins visible mais que de bruit ! Comme un avion qui passe et repasse sans arrêt. Moi qui adorait aller au fond du bois écouter les oiseaux ! Aujourd’hui, c’est rare quand elle ne tourne pas et au fond du bois j’en ai deux proches !

    Misère pour notre faune sauvage !

    Par ailleurs je me sens vite fatiguée, heureusement j’ai un sommeil lourd mais il est de plus en plus lourd, alors que je suis toujours en forme. Certains diront c’est l’âge ! J’ai 63 ans, et moi je dis ce sont les éoliennes ! je me connais bien !

    J’ai des chambres d’hôtes, mon lieu s’appelle « Exçarêve » Comment puis-je l’appeler aujourd’hui « Et que ça flanque en tournant ».

    Pourtant j’ai une éolienne de toit depuis trois ans, mais c’est vraiment pas pareil ! Que peut-on faire ? A Guenrouët, une association s’est créée « Le vent tourne » mais j’ai l’impression qu’ils ne peuvent pas grand chose !

    Pourra-ton un jour les faire démonter ?

    Nous avions un joli petit village : Lieu-dit-Le Cougou Aujourd’hui, ce n’est plus le clocher de la Chapelle St Anne que nous voyons quand on arrive, ce sont les éoliennes ! Quel dommage, pour les habitants mais aussi pour les touristes ! Quelle tristesse ! C’est le pot de fer contre le pot de terre ! J’en ai mal au cœur !

    Si vous pouviez me donner de l’espoir !

    Amicalement

    Marie-Pascale Lasausse

    JPEG - 1 Mo

    Répondre à ce message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | | Plan du site | mentions legales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Thème Ecolo sous Licence Creative Commons By-Sa