Hélène Lipietz - Ancienne Sénatrice sénat les écologistes au sénat Hélène Lipietz Emmanuelle Orvain Hélène Lipietz Perline Noisette Aurélien Vernet Le mariage entre personnes du même sexe Drapeau de la France Hélène Lipietz Image Map

AccueilMa vie de sénatriceVie briardeLes associations de Seine-et-MarneVisite du Centre Indépendant d’Education des chiens guides d’aveugles

Visite du Centre Indépendant d’Education des chiens guides d’aveugles

mardi 18 juin 2013, par Hélène Lipietz, Emmanuelle Orvain

J’ai été ravie de rencontrer l’équipe du Centre Indépendant d’Education (CIE) des chiens guides d’aveugles de Vaux-le-Pénil que je soutiens via ma Réserve Parlementaire en leur offrant la somme de 15 000€, l’équivalent du prix d’un chien prêt à travailler pour et avec son maître.

Voir en ligne : Le site web du Centre Indépendant d’Education des chiens guides d’aveugles

Une association qui revit

L’association existe depuis 1994. La précédente présidente est partie en retraite et avec elle une grande partie de son équipe. Ainsi, depuis trois ans que Madame Lasserre est à la tête du CIE, le personnel s’est renouvelé et la moyenne d’âge a diminué.

L’une des priorités du centre est de pérenniser ses emplois et augmenter ses capacités d’accueil de chiens. A l’heure actuelle, deux éducateurs s’occupent de six chiens. Le CIE ne dispose pas de chenil, une quinzaine de familles d’accueil bénévoles ont donc été recrutées. C’est une réelle philosophie pour cette association, une façon de voir le métier d’éducateur de chiens guides.

L’éducation d’un chien dure entre six à huit mois, quatre mois pour les mieux préparés, notamment si la famille d’accueil du chiot est consciente qu’un chien n’est pas un être humain et doit donc être éduqué dés sa plus tendre enfance, comme par exemple le font les élèves de l’école vétérinaire de Maison-Alfort qui accueillent un nombre croisant de chiots.

Les chiens restent la propriété du CIE : c’est plus sécurisant et pour l’association et pour la personne malvoyante car un contrôle du comportement du chien peut être fait plus facilement avec éventuellement un changement d’utilisateur..

Depuis 1994, le CIE peut s’enorgueillir d’avoir formé 300 chiens guides et de connaître un très faible taux d’échec. Le centre intervient également sur demande dans des établissements scolaires afin de sensibiliser les plus jeunes à l’éducation de chiens guides et à la non-voyance.

L’équipe rêverait d’avoir un local plus grand, plus accueillant et moins cher, plus proche du centre-ville de Melun, afin d’avoir une réelle vitrine, plutôt que d’être dans l’actuel "T2" donnant sur un parking de la zone industrielle de Vaux-le-Pénil.

Depuis plusieurs mois déjà, l’association se développe bien : lettre d’information papier à destination des adhérents, page Facebook, site internet…

Le centre tisse aussi des liens de partenariat qui lui permettent par exemple de solliciter la SPA voisinelorsqu’il manque de chiens . C’est d’ailleurs cette spécificité qui m’a fait apprécier cette association : redonner un statut à un chien qui a été abandonné, traité en « res nullus », comme disent les juristes.

Aujourd’hui, un gros effort est fait pour mieux gérer l’association et réviser ses fichiers d’adhérents et sympathisants afin de mieux envisager les campagnes de communication possibles sur le moyen terme.

Un parrain a même été trouvé pour devenir porte-parole du CIE : Yves Pignot, le comédien qui interprète, entre-autres, le grand père dans la série M6 « en famille ».

JPEG - 242.8 ko
Madame Lasserre et son chien Gingko, mon petit-fils Xavier et moi-même devant le CIE
Photo : Emmanuelle Orvain

La vie d’un chien guide

Un chien d’aveugle est généralement considéré retraité après 6 ou 7 ans de bons et loyaux services. Il sait très bien montrer quand il ne veut plus travailler et veut partir en retraite… L’équipe a souligné que dans de grandes agglomérations comme Paris, le chien connait une fatigue intellectuelle plus que physique.

Lors de son éducation, un travail est fait pour développer sa vision latérale et d’éviter qu’il ait le nez tout le temps au sol et ne voie rien de ce qui l’environne.

Le chien-guide doit faire attention à tout et les trajets quotidiens sont un vrai parcours du combattant tant les gênes sur les trottoirs se multiplient, depuis que la ville doit être plus accessible : poubelles, voitures, bornes, plots, et autres aménagements urbains sont autant d’occasions de butter et de tomber, même pour un voyant d’ailleurs…

Dans les grandes villes, les lieux de détente existent trop rarement pour que les chiens guides ou non puissent se défouler et faire leurs besoins.

L’éducation des voyants est d’ailleurs à faire : alors que les chiens d’aveugles ont appris le caniveau avant tous les autres, aujourd’hui certains passants reprochent à leur maitre de ne pas ramasser les crottes… Pourtant aucun ne propose à leur maître de ramasser à leur place.

Madame Lasserre nous a expliqué que le harnais était une pièce maîtresse afin que la personne malvoyante sache se repérer dans l’espace grâce à son chien. Lorsqu’une marche se présente, le fait que le corps du chien bouge en conséquence et que l’aveugle tient la laisse métallique lui permet de se représenter la taille de l’obstacle.

Une fois retraité, le chien d’aveugle est soit conservé par son propriétaire qui peut facilement être frustré de partir travailler avec un autre chien en laissant son ancien compagnon chez lui, soit intégré définitivement dans une famille qui le cajolera jusqu’à la fin de ses jours.

La lutte contre les préjugés : un travail de sensibilisation reste à mener !

Un réel problème d’accessibilité existe pour les personnes malvoyantes - ou sourdes - guidées par leur chien : les musées, les commerces refusent leur entrée car elles sont accompagnées par une bête à quatre pattes.

Au quotidien, on frôle le scandale comme Madame Lasserre a pu en vivre en étant séquestrée avec son chien dans un commerce de proximité par un patron intolérant, ou encore à la médecine du travail, ou lorsqu’elle s’apprête à monter en taxi ou dans tout autre lieu public dans lequel elle se déplace naturellement avec son chien, puisque sans lui, il lui serait impossible d’avoir cette mobilité ! Heureusement qu’au Sénat, nous savons organiser des visites adaptées !

JPEG - 206.6 ko
Démonstration de Madame Lasserre et Gingko pour aborder un carrefour proche du CIE
Photo : Emmanuelle Orvain

Bref un chien d’aveugle est un chien mais bien plus… et je vous rappelle le blog tenu par un tel chien, blog qui dénote un coup de patte certain

JPEG - 142.9 ko
Panneau qui devrait être affiché dans tous les commerces
Photo - CIE de Vaux-le-Pénil

P.-S.

Je vous invite à découvrir un article de bloggeur que je trouve excellemment en rapport avec l’actualité et cette visite et qui permet d’élever le débat, lorsque l’on change de point de vue !

Forum

2 Messages

  • Bonjour Madame Orvain,

    Je souhaitais vous faire un petit mot pour vous dire combien votre visite avec Mme Lipietz nous avait touchés et ravis. Le soutien de tous nous est précieux et particulièrement des personnes qui comprennent et s’approprient les objectifs de nos missions. Je vous remercie également pour votre envoie de photos, pouvons-nous les diffuser sur nos publications ? Je vous renouvelle à nouveau notre souhait d’être présents et de jouer un rôle si nécessaire à la meilleure inégration du chien-guide dans le monde professionnel, les loisirs et surtout la cité. Nous vous adressons toutes nos amitiés et vous chargeons de les retransmettre à Mme Lipietz. Bien à vous

    Marie Lasserre Présidente CIE 93 Av St Just – 77000 Vaux le Penil Tél : 01 74 82 57 64 Site web : www.chienguide-cie.fr

    Répondre à ce message

  • Bonjour à tous,

    Voici un lien a visiter absolument. C’est un retour de la visite de la sénatrice Mme Lipietz qui est venue au CIE la semaine dernière. Cette visite était particulièrement touchante, mêlant tout à la fois professionnalisme et détente, solennité et familiarité. En fait Mme Lipietz a tôt fait de nous mettre à l’aise nous qui étions dans nos petits souliers « propres » bien sûr. Eric, Christophe, Pascale et moi-même l’avons reçue en toute simplicité bien qu’un peu gênés dans nos modestes locaux. Elle est venue avec Xavier son petit fils de 5 ans et Emmanuelle Orvain son attachée parlementaire. C’était très, très chaleureux et pour une fois dirigé véritablement vers nous, CIE et non une école de chien-guides choisie au hasard (quoi que le hasard tombe rarement sur nous) pour sa finalité. Nous remercions encore Mme Lipietz pour son intervention et son charisme.

    Répondre à ce message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Thème Ecolo sous Licence Creative Commons By-Sa