Hélène Lipietz - Ancienne Sénatrice sénat les écologistes au sénat Qui est Hélène LIPIETZ ? Modification de la statuaire de l’hémicycle sénatorial Hélène Lipietz Image Map

AccueilMa vie de sénatriceVie briardeProjetsLe projet EDEN ou les perspectives d’un habitat participatif intergénérationnel

Le projet EDEN ou les perspectives d’un habitat participatif intergénérationnel en sud Seine-et-Marne

Rencontre avec Myriam Le roux, porteuse du projet

mardi 9 juillet 2013, par Hélène Lipietz, Emmanuelle Orvain

Pourquoi EDEN ? E pour Entraide et vivre-Ensemble, D pour Développement Durable, E pour Enfant, Education, Enseignement, Eveil, et N pour Nature.

Voir en ligne : Visitez le site du projet EDEN

Depuis septembre 2012, Myriam Le Roux travaille à temps plein sur le projet EDEN, qui consiste en la création d’un habitat groupé intergénérationnel et d’une micro-crèche sur un même lieu et sur le territoire Sud Seine et Marne. L’objectif : recréer du lien social et de l’entraide intergénérationnelle ; créer un lieu ouvert à tous : enfants, personnes seules de tout âge et familles.

L’habitat participatif est une forme d’accès à la propriété privé impliquant les futurs acquéreurs dans la construction et la gestion de leur lieu de vie.

Madame Le Roux a créé l’association « Soyons solidaires, soyons Eden » pour officialiser sa démarche.

Sa volonté est d’engager une discussion de fond avec les parties prenantes : collectivités, riverains, futurs propriétaires, pour écouter leurs attentes, faire comprendre les contraintes externes et matérielles (les exigences environnementales sont placées à un haut niveau de qualité) et trouver des solutions favorables au « mieux vivre ensemble » dans un cadre approprié.

Généralement, les jeunes couples avec enfants se sentent concernés par l’habitat participatif. Déjà 3 ou 4 foyers sont fédérés autour du projet.

Le frein observé le plus fréquemment sur des dispositifs similaires est la recherche d’un terrain approprié.

Pour Myriam Le Roux cela ferait partie des obstacles levés grâce à une mairie qui souhaiterait s’impliquer à ses côtés en s’engageant dans un projet social sur une ancienne friche industrielle.

Financièrement, les habitats groupés sont souvent gérés par une synergie d’acteurs privés ou bien font l’objet d’un partenariat public-privé (PPP). Les sociétés coopératives HLM sont très fréquemment impliquées dans ce type d’aménagement.

Juridiquement, le gouvernement réfléchit actuellement à une définition législative du concept d’habitat participatif.

Des villes comme Strasbourg sont actives dans des projets locaux ancrés sur un territoire, elle est à l’initiative du réseau national des collectivités pour l’habitat participatif.

Malgré le courage et la détermination de Madame Le Roux et tout le soutien que je peux lui apporter dans sa démarche, je me pose des questions telles que :

- est-ce que EDEN respecte vraiment les cycles de la vie ? En ne proposant qu’une micro-crèche pour les tout petits et des espaces partagés pour les adultes et leurs enfants ? Quelles sont les possibilités d’intégrer un public plus large au sein du projet : seniors, handicapé-es ?

A l’heure actuelle, la micro-crèche écologique est un premier pas positif puisqu’elle serait implantée dans une zone déficitaire en lieux d’accueil pour la petite enfance. Cela permet également de brasser les habitants de la commune et ceux de l’habitat groupé, puisque l’établissement serait ouvert à tou-tes. Quant au public âgé, le lieu ne pourra pas s’occuper des personnes dépendantes. L’objectif, en créant le lieu, est tout de même d’éviter au maximum le vieillissement des personnes et les phénomènes de dégénérescence, fréquents lorsqu’il y a isolement de la personne et absence de contact avec l’extérieur.

Concernant les personnes à mobilité réduite, chaque logement sera conçu pour pouvoir faire face, à un moment ou un autre de son existence, à un handicap. Un travail d’aménagement d’intérieur avec l’architecte qui s’intéresse de près au projet est déjà en cours.

- le destin de la personne vieillissante : que devient-elle en résidant à EDEN ? Reste-t-elle deux, trois ans puis doit-elle déménager dans une maison de retraite ou une structure médicalisée ?

Si l’on prend en compte l’aide intergénérationnelle et le lien social développés au sein de la communauté, on observe un ralentissement du vieillissement de la personne.

JPEG - 200.7 ko
4 générations autour de la mère de la sénatrice
Photo : Famille Lipietz

- qu’en est-il de l’économie sociale et solidaire auquel le projet se réfère ? A terme, des activités économiques de filières courtes seront mises en place, comme l’aide à l’installation d’un maraîcher bio et d’une épicerie solidaire. Aussi, l’intégration de travailleurs en insertion professionnelle et le choix d’un statut juridique sous forme de SCOP ou de SCIC est envisagé.

- et enfin, au sujet de la rentabilisation des investissements faits et des charges générées pour la communauté, de quelle façon procéder ?

L’intérêt de l’habitat participatif est la mutualisation des coûts en partageant des pièces communes dont on n’a pas un besoin quotidien (chambres d’amis, bibliothèque, buanderie, salle de jeux…). Pourquoi ne pas ouvrir un gîte, ou tout autre lieu d’éco-tourisme qui permettrait à nos voisins allemands, qui sont très en avance sur le sujet, de venir échanger à propos de cette pratique collaborative ?

J’ai suggéré à Madame Le Roux, qui connaît déjà de nombreux acteurs comme HABICOOP et la Fabrique à Initiatives de Seine-et-Marne, de rencontrer mon amie Suzanne à la Fonderie de Vanves et d’entrer en contact avec Les Castors, fameuse coopérative d’auto-construction fondée suite aux dégâts matériels de la Seconde Guerre mondiale, prenant la suite d’autres coopératives nées après la Première Guerre.

JPEG - 72.9 ko
D’autres castors, pas très doués : ils ne connaissaient pas EDEN !
Photo : Hélène Lipietz

P.-S.

Au 29 janvier 2014 : Avancée du projet EDEN sur la partie « habitat participatif »

Une vingtaine de personnes se retrouvent régulièrement depuis fin novembre 2013.

Le projet EDEN

Il vise à diffuser des valeurs de « vivre ensemble, chacun chez soi » en instaurant des parties privatives et des parties communes dans l’habitat. Ce projet a pour but de créer une micro-crèche et de mener une réflexion sur un pôle de services.

L’objectif du projet

Créer du lien et de l’entraide, accepter chacun dans sa différence (âge, handicap…), favoriser la mixité sociale et intergénérationnelle

Typologie des personnes motivées par l’habitat participatif

  • Femmes entre 40 et 75 ans
  • Une famille avec 5 enfants
  • Hommes âgés de plus de 50 ans
  • Un couple de jeunes

Toutes ces personnes ont la fibre artistique, musicale ou écologique. La plupart fait déjà partie d’un Système d’échange local (SEL) ou d’une Association pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP).

Les motivations possibles pour opter pour l’habitat participatif

  • Faciliter la garde d’enfants
  • La sobriété heureuse / mutualisation (outils / lieux)
  • La construction écologique permettant des économies d’énergie, la construction d’espaces communs, avec des espaces verts
  • La possibilité d’avoir des lieux communs (loisirs / épicerie locale / micro-crèche)
  • L’idée d’un projet alternatif et innovant
  • Le partage culturel
  • L’envie d’habiter un lieu qui ressemble aux habitants grâce à l’intelligence collective

Les motivations du groupe en émergence pour l’habitat participatif

  • L’enrichissement mutuel
  • Le lien social intergénérationnel
  • La mutualisation des biens et des lieux / les économies l’énergie
  • Habiter de façon écologique (construction, environnement)
  • Développer l’entraide
  • Réseau social physique (rencontrer des gens que l’on n’aurait jamais connu autrement)
  • Lutter contre les préjugés, l’égoïsme et l’isolement
  • Respecter l’intimité (la sienne / celle des autres)

Situation géographique du futur habitat participatif

Faÿ les Nemours sur une partie du domaine qui abritait l’IPES (Internat Professionnel d’Education Surveillée). Le terrain appartient aujourd’hui à la commune dont une partie (10 000m²) est réservée pour le projet EDEN.

La 1ère étape pour la constitution du collectif (en cours)

Visite du terrain et organisation de 5 ateliers avec le collectif pour donner une vision globale d’un projet d’habitat groupé, constituer le groupe projet, expérimenter des outils et des méthodes pour faciliter la prise de décision des participants.

La porteuse du projet, Myriam Leroux, a fait appel à Pascal Lanselle d’Alter Coopération pour l’accompagner dans cette 1ère étape du projet.

Forum

2 Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | | Plan du site | mentions legales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Thème Ecolo sous Licence Creative Commons By-Sa