Hélène Lipietz - Ancienne Sénatrice sénat les écologistes au sénat Hélène Lipietz Emmanuelle Orvain Hélène Lipietz Perline Noisette Aurélien Vernet Le mariage entre personnes du même sexe Drapeau de la France Hélène Lipietz Image Map

AccueilArchivesConseillère régionale (2004-2010)Pourquoi j’étais contre les jeux olympiques à Paris en 2004 !

Pourquoi j’étais contre les jeux olympiques à Paris en 2004 !

et je le suis toujours en 2015, redevenue simple citoyenne

jeudi 28 octobre 2004, par Hélène Lipietz

11 ans après, mon texte de conseillère régionale Ile de France semble hélas toujours d’actualité…

Je rappelle simplement qu’il y eut, à l’époque une divergence entre les Verts au Conseil de Paris et les Verts au Conseil régional.

En sera-t-il pareil en 2015 ? pour l’instant, seuls EELV du conseil municipal ont été consulté et ont voté contre, contrairement à 2004 !

Mon texte de 2004

Qu’un seul athlète porte un produit fabriqué par un enfant et je n’oserais pas regarder mes enfants dans les yeux, si je vote pour les JO.

Que m’importe la poudre aux yeux si elle est produite par les larmes d’enfants de Chine, de Birmanie ou d’ailleurs. Il faut parfois savoir être contre… Pas parce que le contre est un culture verte, mais parce qu’avoir des idées, argumentées et savoir les défendre, même si après on est mis en minorité, est une des spécificités vertes, parfois mal comprises à l’extérieur.

Aujourd’hui, par respect de l’unité du groupe Vert à la Région Ile de France, je n’ai pas pris part au vote. Par solidarité avec la majorité de groupe je ne peux, en séance, voter contre, mais en même temps je ne pouvais pas voter pour car les militants verts en 2004 ont voté contre, et qu’aucun argument présenté ne m’a paru être de nature à me faire oublier que les jeux olympiques sont, dans les faits, contraires à notre idéal.

En tant qu’élue, je dois hiérarchiser mes votes : il y a des questions qui engagent l’être, ma raison d’être, d’autres uniquement des procédures : voter contre ou s’abstenir sur des jeux contraires à mon éthique est une nécessité morale, voter pour des procédures parce qu’on a été mis en minorité, n’engage que mon amour propre !

Voici donc mon argumentaire sur les jeux olympiques… Si jamais Paris est choisi, j’essaierai de faire de ces jeux des jeux les plus éthiques possibles.

1- les Verts Paris ont voté pour

Et alors la belle affaire !

Ils ont des intérêts qui ne sont pas ceux de la région, cela suffit pour justifier un vote différent, selon le bon principe du droit « à situation différente, solution différente »

2- Les JO se feront sans nous, donc monnayions notre accord

Quel argument ! il y a plein de choses que se font sans moi, et cela ne me gêne pas.

Au contraire, puisque, qu’être d’accord ou non ne changera rien au résultat, pourquoi sacrifier nos idées sur l’autel déglingué de toute la région derrière les JO de Paris.

Et les décideurs nous diront oui pour faire bien et qu’il y ai unanimité, mais ne respecteront pas leur promesse :

-  comment, en 8 ans, mettre au point un système de contrôle des fabricants alors que l’exploitation capitaliste date d’un siècle et plus ?

- Comme vérifier que le francilien du fin fond du 91, ira à Paris, sans utiliser sa voiture, alors puisqu’il lui faut une heure trente pour aller à Paris, dans des trains archaïques ?

3- Les franciliens sont pour

Ils étaient aussi pour la peine de mort !

En outre, je ne suis pas si sûre que cela, surtout quand on leur explique pourquoi on est contre…

4- mieux vaut Paris que Londres, parce que nous aurons des jeux + éthiques

C’est bien nous prendre pour des super héros que de croire que le CIO, qui est un Etat au dessus de tous les autres, s’il choisit Paris, prendra en compte les crottes de mouche du coche que nous sommes !

Paris ou Londres ou New York ou Madrid (aucune ville d’Afrique) sera choisi pour des considérations triviales de sécurité, de rentabilité ou autres.

Les jeux de Sydney ont été un peu plus éthiques que d’autres jeux parce que les australiens, une fois passé le massacre de la culture aborigène, ont voulu montrer qu’ils étaient des pionniers et que l’esprit pionnier a survécu.

Athènes n’a pas été à la hauteur des stades remplis de l’Antiquité et le chauvinisme a été le plus fort quand leurs athlètes étaient en cause…

Les français n’ont rien à prouver, nous sommes les plus forts … en sport, en lutte antidopage, en droits de l’Homme et en éthique verte…

Qu’on me prouve que Londres, et les Verts angalis, ne serait pas à la hauteur de nos idéaux ?

5 -grâce aux JO, des infrastructures seront créées plus vites

Ces infrastructures sont nécessaires, tout le monde en convient.

Donc

-  soit on a l’argent pour les faire et elles doivent être faites, de toute façon, au plus tôt, avant que la région Ile de France ne crève de la pollution.

-  Soit on n’a pas l’argent pour faire ces infrastructures et on pique dans d’autres budgets pour les faire à temps pour les JO, laissant de côté tant d’autres problèmes.

J’ai peur que ce soit cette dernière solution que l’on nous propose : les jeux olympiques sont ceux de Paris, tout l’argent va encore une fois aller à Paris. Je sais que Paris est engorgé, mais les franges sont abandonnées

Il manque des logements à Paris mais aussi à Melun.

L’accessibilité n’existe pas dans le métro parisien, mais j’ai été obligée d’abandonner un ami handicapé dans le train entre Melun et Paris, parce qu’en panne en pleine campagne, faute d’un entretien correct des machines, il n’a pas été possible de le descendre sur le ballaster, 70 centimètres plus bas : en 8 ans, on n’aura pas le temps de construire des rames équipées de monte-charges, et puis, de toute façon les JO n’iront pas à 60 km de Paris …

Ce qu’exigent les Verts, ce sont des infrastructures régionales et non parisiennes, tout de suite et non reportées aux calendres grecques pour cause de jeux olympiques

6- la situation conceptuelle n’a pas changé

Le PS régional et donc Jean-Paul Huchon savaient notre opposition aux JO

Au nom des Verts, je me suis abstenue lors de la commission des finances où on nous demandait je ne sais plus combien de dizaines de milliers d’euros pour le GIP.

J’avais déjà, à l’époque, rappelé la problématique des jeux olympiques et des verts. Donc Jean-Paul Huchon aurait dû tout faire pour convaincre le GIP de nous charmer.

Or, depuis un an, rien n’a été fait pour que nos craintes soient dissipées.

Le passage de la flamme olympique aurait pu être la preuve de jeux verts, elle a été rouge coca cola et mac do.

Où étaient les lieux de parole qui auraient permis aux citoyens et aux associations éthiques de participer (faut-il rappeler que les jeux grecs étaient doublés de joutes oratoires, dans la limite de la démocratie grecque : pas de femmes, pas de barbares, pas d’esclaves ? )

Enfin, alors que la Chine est connue, non seulement pour le manque de respect des droits de l’Homme, mais aussi simplement des droits des travailleurs, il a fallu que le GIP achetât des casquettes made in China, sans aucun contrôle …

Ou encore on veut nous faire croire que la procédure Agenda 21 et notamment prise en compte du développement durable, sera d’une modernité à toute épreuve… comment, dans ce cas, justifier la construction de 12 structures non pérennes ? Toute construction démolie après est contraire au développement durable : la consommation énergétique pour construire est considérable et donc démolir ce qu’on vient de construire est une aberration… sans compter le coût énergétique de la démolition !

Et, avec ça, on veut nous faire croire que le bois de Boulogne rachètera les violations du commerce inéquitable, que le tram sera la compensation de la participation de pays se moquant royalement du droit des femmes ou que l’accélération de l’accessibilité des transports en commun aux handicapés permettra d’ignorer que nombre de fabricants vêtements sportifs ignorent que les enfants ont droit d’aller à l’école !

Forum

8 Messages

  • cet article est vraiment succint.Quelles raisons donnent les VERTS pour voter pour ?c’est grave,je me demande si je voterai vert à l’avenir.D’au tre part si vous êtes contre avec l’appui de la base,s’abstenir n’est pas suffisant. Au final une seule question se pose,quelle(s) action(s) mener pour s’y opposer…

    Répondre à ce message

    • > POURQUOI JE SUIS CONTRE LES JEUX OLYMPIQUES ! Le 4 mars 2005 à 11:32, par Hélène Lipietz

      Désolée si mon article paraît succinct, mais il est difficile d’écrire très long quand on cumule profession et mandat électif.

      Pourquoi les Verts Ile de france, comme les Verts parisiens ont voté pour les JO ou plus exactement pour la garantie de la Région Il de France à la Ville de Paris ?

      C’est difficile de résumer 4 mois après les débats au sein de notre groupe.

      Mais il faut être clair, la décision d’accorder la garantie fut difficile à prendre chez les VERTS, et nous avons été le seul groupe où 6 se sont abstenus. Tous les autres groupes ont voté pour, de l’extrème droite au Communistes.

      Fallait-il voter contre ? Nous sommes dans une majorité de programme, nous n’avions pas inscrit notre désaccord dans le programme du premier tour, donc nous ne pouvions prendre en traitres Jean-Paul Huchon. mais le simple fait de s’être abstenu a déjà été un signe mal perçu par les Socialistes qui souhaitainet un vote unanime pour présenter le dossier au comité olympique. Il a fallu faire du bruit pour que nos 6 votes soient inscrits au compte rendu…

      Voter contre n’aurait rien changé, et puis il faut garder le contre pour les vrais oppositions comme contre le front national !

      Je vous propose donc de lire l’intervention pertiente, comme toujours, de notre président, Jean-Vincent PLACE.

      Je la met pour l’instant ci dessous, en espérant trouver le lien avec le site des élus Verts, ce qui n’est pas toujours simple.

      Intervention Jean Vincent Placé Délibération Garanties financières JO 2012 – 28-10-2004

      Fraternité, échanges et dialogues entre les peuples, amitié, paix : l’olympisme apparu dans la Grèce antique est porteur de valeurs positives défendues par les Verts. Ainsi, les Jeux olympiques antiques nés en 776 avant JC étaient précédés de l’annonce de la trêve sacrée ou « Ekecheiria » par des citoyens parcourant le monde grec et s’ouvraient avec la phrase suivante « Puisse le monde être affranchi des crimes et des tueries ainsi que du choc des armes ». Dans la continuité de cette tradition, l’un des idéaux défendus par le Comité International Olympique est de – je cite- « construire un monde pacifique et meilleur par le biais du sport ».

      Cependant, ces beaux idéaux nous paraissent très loin des messages véhiculés par les JO aujourd’hui et surtout de leur réalité. D’ailleurs, les JO antiques eux mêmes avaient en leur temps étaient dévoyés : les athlètes allaient jusqu’à vendre leur couronne aux cités les plus offrantes, et la fureur de l’envie poussaient princes et citoyens les plus riches à obtenir les couronnes olympiques par les moyens les plus indignes.

      Les Jeux Olympiques modernes, relancés en 1896, ont subi le même sort. Et les Jeux Olympiques riment aujourd’hui surtout avec uniformisation des cultures à l’image des chaussures des athlètes, intérêts financiers, dopage, matraquage télévisuel et publicitaire, compétition exacerbée, opposition, voire haine entre les peuples qui s’affrontent par sportifs interposés.

      On nous parle de paix et d’amitié entre les peuples, mais les JO ont été le lieu d’expression des pires pratiques de ségrégation en 1936 à Berlin, avec le refus d’Hitler de serrer la main au quadruple champion olympique américain Jessy Owens. Loin de la trêve sacrée, les Jeux Olympiques ont été marqués par la poursuite des affrontements entre des peuples et des pays et ont servi de théâtre aux conflits qui sévissent dans le monde, que ce soit à Mexico en 1968 ou à diverses reprises pendant la Guerre Froide, sans oublier le drame de Munich en 1972.

      On nous parle des bénéfices du sport pour la santé, mais certainement pas pour celles des sportifs qui participent aux JO. Comme le dit Albert Jacquard, biologiste et généticien de renom, dans son ouvrage intitulé « Halte aux JO », « Le mythe de la potion magique ressemblera de plus en plus à la réalité, mais l’athlète ne sera plus qu’un organisme dont, avant la compétition, les médecins doseront avec finesse les multiples paramètres biologiques. Il sera semblable à une Ferrari dont les ingénieurs règlent avec précision les caractéristiques à la veille d’un grand prix. »

      On nous parle enfin de sport amateur pour tous, mais les équipes sont le plus souvent contrôlées par de puissants intérêts financiers, qui se donnent en spectacle devant des personnes qui vivent pour nombre d’entre elles dans la misère, par le biais d’un système médiatique des plus performants pour promouvoir un monde dominé par le culte de la performance individuelle, la course effrénée au rendement et l’argent. Au matraquage médiatique s’ajoute le matraquage publicitaire et les Jeux Olympiques sont devenus un formidable outil de promotion de Coca Cola, Samsung, etc….S’il fallait encore nous convaincre de cette dérive, le passage de la flamme olympique cet été à Paris aurait été très efficace : des oriflammes ornées de logos ont envahi le centre de Paris alors même qu’aucun espace n’a pu être obtenu par les associations de promotion du commerce équitable ou le collectif « de l’éthique sur l’étiquette ».

      Entre les Jeux Olympiques des multinationales à Atlanta en 1996 et les Jeux Olympiques aux stades désertés par la population en 2004 à Athènes, certes, il y a eu Sydney qui tente de nous montrer que l’on peut se préoccuper de l’environnement dans l’organisation des Jeux Olympiques. Pour les droits de la personne, il faudra encore attendre et surtout fermer pudiquement les yeux en 2008 sur leurs violations massives en Chine.

      Face à ce spectacle des JO, entreprise d’exploitation de l’homme par l’homme, qui va à l’encontre de toutes les valeurs écologistes de solidarité, de justice sociale et de protection de l’environnement, en toute logique, les militantEs VertEs réuniEs en assemblée générale le 29 novembre 2003 ont voté la motion suivante : « Les Verts n’apporteront pas leur soutien à la candidature de Paris aux JO 2012. Ils veilleront en particulier à ce que l’argent public ne soit plus gaspillé, dans une candidature sans lendemain, contraire aux valeurs écologistes. »

      Cependant, en ce 28 octobre 2004, Monsieur le Président, sommes-nous là pour débattre du bien fondé des jeux olympiques dans l’absolu ? Je ne le crois pas. S’agit-il de revenir sur l’opportunité de la candidature de la Ville de Paris ? Je ne le crois pas non plus. Il s’agit bien de voter une délibération qui s’inscrit dans la continuité du processus de la candidature de la ville de Paris pour l’organisation des Jeux Olympiques en 2012. Cette candidature est consécutive à celle pour les JO 2008, que les Verts avaient à ce moment-là soutenue. La candidature pour 2012 a été lancée en mai 2003 et le Conseil régional, avec le soutien du groupe Les Verts, a voté dès juin 2003 son adhésion et les statuts du GIP. Des subventions ont été attribuées en novembre 2003, en mai 2004 et en septembre 2004, pour un montant total de 2,3 millions d’euros.

      Cette candidature étant donc actée de longue date, la question qui nous est posée aujourd’hui est de savoir si nous votons les garanties financières pour la construction d’un certain nombre d’infrastructures prévues dans le dossier tel qu’il est aujourd’hui. Or, ce dossier ne nous satisfait pas pleinement.

      Tout d’abord, nous déplorons que l’organisation prévue ne fasse pas plus de place à l’ensemble de la Région francilienne. En effet, les « franges » de l’Ile de France sont complètement délaissées, de même que le Val d’Oise, le Val de Marne et l’Essonne. Et même si des équipements sont prévus à Versailles, Saint Quentin en Yvelines, Colombes, Vaires sur Marne et en Seine Saint Denis, d’autres territoires sont ignorés et pourraient voir les investissements prévus par le Contrat de plan retardés à cause des Jeux Olympiques. Or, nous ne voudrions pas que la candidature de Paris remplace notre politique en matière d’aménagement de la Région Ile de France, selon le programme sur lequel nous avons été éluEs en mars dernier. Nous veillerons donc dans la suite de la mandature à ce que les territoires les plus en difficulté soient soutenus et à ce que les transports en grande couronne soient effectivement développés, avec la création d’une « francilienne » de transports collectifs : il faudra que la Région s’en donne les moyens.

      Nous regrettons également que certains équipements existants ne soient pas mieux exploités, comme le Centre national technique de rugby de Marcoussis (co-financé par la Région), même si nous reconnaissons que beaucoup d’efforts ont été faits pour limiter le nombre d’équipements nouveaux (65 % des équipements sportifs et 95 % des infrastructures existent déjà).

      Quant à la publicité, nous déplorons qu’il ne soit pas possible du fait des exigences du CIO de limiter sa place : nous n’avons pas envie que Paris se transforme le temps des JO en une gigantesque campagne de publicité et nous ferons tout ce qui est possible pour que les expressions citoyennes aient aussi leur place au cours de ces Jeux Olympiques.

      Nous sommes par ailleurs inquiets sur la mobilisation potentielle des garanties financières que nous allons voter : quelle part pourrait être effectivement demandée à la Région ? L’engagement que nous prenons aujourd’hui atteint la « modeste » somme d’un milliard d’euros : nous ne sommes pas rassuréEs sur le risque couru par la Région et sa capacité à assumer ses engagements sans remettre en cause notre programme.

      Mais notre principale inquiétude réside dans la question de la gouvernance pour l’organisation des jeux. En effet, notamment grâce aux âpres négociations des éluEs vertEs à la ville de Paris, cette candidature présente un grand nombre d’avancées sur lesquelles nous reviendrons plus tard. Mais, si la candidature était retenue, comment veiller à ce que ces promesses soient tenues ? Le risque est grand de voir remis en cause, par exemple, la couverture des voies ferroviaires dans le quartier des Batignolles. Vous nous avez donné des assurances lors de notre rencontre sur le fait que les entreprises n’auraient pas autant de place qu’à Athènes et garanti que les éluEs, mais aussi les associations seraient associéEs. Nous comptons sur vous pour tenir ces engagements.

      Nous souhaitons aussi que les Vices PrésidentEs concernéEs, sports, aménagement du territoire et éco-région notamment, participent également à vos côtés aux travaux de l’OCOO, organisme de coordination olympique destiné à piloter et coordonner l’ensemble des opérations de constructions et équipements d’infrastructures nécessaires à la tenue des JO.

      Si nous n’allons pas, à ce stade, remettre en cause le soutien du groupe Les Verts apporté depuis le lancement de la candidature, malgré toutes nos réserves, c’est parce que le dossier de candidature actuel comporte nombre d’avancées : Paris, après avoir organisé les premiers JO avec des femmes en 1900, pourrait organiser les premiers jeux populaires, éthiques et soucieux de l’environnement en 2012. Le groupe les Verts est satisfait, qu’au-delà des déclarations d’intentions, de véritables engagements aient été pris en faveur du développement soutenable.

      Le village des Batignolles nous semble être un exemple probant : l’utilisation des techniques urbanistiques et environnementales les plus avancées est prévue pour la construction des bâtiments, de même que l’accessibilité totale aux personnes handicapées. Ce projet s’inscrit dans une démarche d’aménagement durable du quartier : les logements seront ensuite réutilisés pour du logement social mais aussi pour partie pour du logement étudiant, dans un souci de mixité sociale. Les espaces verts n’ont pas été oubliés au cœur de ce quartier des Batignolles et la couverture des voies ferroviaires est très attendue par les riverains.

      Autre avancée conséquente : les transports. Pour la première fois dans l’histoire des JO, ils sont prévus « 100% écologiques ». Les sportifs devraient exclusivement se déplacer en transports en public ou non polluants. En outre, si la candidature de Paris était retenue, les lignes 9, 10, 12, 13, T1 et T2 devraient bénéficier d’investissements rapides, la station Evangile devrait être construite sur la ligne E et le RER B rénové. Ces investissements apporteraient des améliorations notables au réseau de transports en commun des ParisienNEs mais aussi des FrancilienNes puisque les 2/3 des usagers du métro ne sont pas parisienNEs. De nombreux aménagements devraient également être réalisés pour favoriser l’accès des transports en commun des personnes handicapées : vu le retard en la matière du réseau de transports franciliens, un coup d’accélération nous paraît en effet nécessaire et urgent.

      Les transports, le logement social, mais aussi les espaces verts pourraient bénéficier de l’organisation des JO. L’élaboration du dossier de candidature Paris 2012 a permis d’obtenir des engagements majeurs pour l’aménagement du Bois de Boulogne. Même si nous déplorons l’amputation de 0,9 hectare de ce bois classé, la construction du « dôme » et l’extension de Roland Garros telle qu’elles sont prévues aujourd’hui, nous nous réjouissons des investissements conséquents promis en faveur de la restauration de ce « poumon vert » : nous ne mentionnerons que la couverture d’une partie du boulevard périphérique et les aménagements paysagers majeurs aux abords Carrefour de Longchamp et de la Grande Cascade. En outre, la Ville de Paris ne renouvellera pas la concession privée pour le Tir aux Pigeons : ce sont ainsi 10 hectares qui pourront être réaménagés au profit des balades des franciliens-iennes plutôt que d’être accaparés par quelques privilégiéEs en mesure de payer une licence exorbitante.

      En outre, Paris ne candidate pas seulement à l’organisation des Jeux Olympiques mais aussi Paralympiques, en intégrant une égalité de traitement des personnes handicapées, afin notamment de faire évoluer le regard porté sur elles.

      Une dernière grande avancée de cette candidature annoncée ce matin par le GIP : les 12 équipements pérennes prévus dans le dossier éviteront des dépenses inutiles pour des équipements non nécessaires sur le long terme et limiteront les coûts supportés par les collectivités publiques.

      Enfin, nous sommes également sensibles à l’idée que les JO puissent être créateurs d’emplois dans notre région, à l’heure où notre Région fait face à un taux de chômage croissant qui atteint les 10% au 2ème semestre 2004. 60 000 emplois sur la période de préparation des JO et 42 000 emplois pérennes après les JO selon l’étude du Boston Consulting Group : même si ces chiffres nous paraissent excessifs, nous sommes convaincus de l’impact positif sur l’emploi à long terme que pourrait avoir l’organisation des JO.

      Pour conclure, Monsieur le Président, vous le comprenez au travers de cette intervention, ce vote favorable du groupe Les Verts ne va pas de soi, d’ailleurs certains d’entre nous s’abstiendront en conscience, mais il est le fruit d’une synthèse de toutes les réponses aux questions que nous sommes posées, de toutes nos inquiétudes qui subsistent mais surtout de tous les espoirs que nous mettons dans cette candidature. Ce vote n’est pas un blanc-seing : nous veillerons au respect des engagements pris. Nous croyons en la volonté politique et nous sommes optimistes :nous votons oui à cette délibération en faisant le pari que cette aventure contribuera à construire l’éco-région que nous avons promis aux FrancilienNes.

      Répondre à ce message

  • > NON AUX JEUX OLYMPIQUES ! Le 29 mars 2005 à 01:10, par rémi

    Franchement, je m’attendais à ce que les verts assument un peu plus leurs idées. En matière d’écologie il me semblait que l’heure était aussi à l’action et que c’était pour cela que des électeurs vous faisaient confiance. A mon avis il y en a qui vont avoir une sacrée gueule de bois quand des millers de consommateurs venus en avion auront rejetés leurs tonnes de dêchets produits par des enfants. Ils font bien pitié les verts à ce sujet. Avec deux-trois mesures qu’on leur à donner pour qu’ils bêlent avec les autres. Du coup, vous portez caution à une activité qui n’a rien à voir avec l’éthique, l’écologie, la solidarité qui me semblaient pourtant être des valeurs fondatrices du parti des verts. Vos deux-trois propositions si elles sont prises en compte, ne pourront pas contrebalancer toute la pollution et l’arrogance engendrées par cette activité.

    Répondre à ce message

  • > POURQUOI JE SUIS CONTRE LES JEUX OLYMPIQUES ! Le 26 juin 2005 à 19:47, par Jean-louis LECOT

    Je suis contre pour au moins 3 raisons : 1)Les jeux olympiques sont un spectacle fondé sur le dopage (c’est ça le sport ?. 2)ce spectacle est couteux pour la nation, 3)ce spectacle est anti écologique (destruction d’une partie du bois de boulogne). Les avantages sont fallacieux : Les JO flattent l’orgueil national, ce dont se repaissent les politiques ; les JO rapportent beaucoup à certains ; C’est vrai mais d’autres activités seraient plus utiles

    Répondre à ce message

  • POURQUOI JE SUIS CONTRE LES JEUX OLYMPIQUES ! Le 7 décembre 2009 à 11:54

    Non mais tes conne en criss sériieux man tyl ! Les jeus sont bien et pourquoi tes contre sa je le sais pas mais merde quand ta rien a dire tu farme ta yeule ok

    Répondre à ce message

    • POURQUOI JE SUIS CONTRE LES JEUX OLYMPIQUES ! Le 10 décembre 2010 à 08:51, par STOP aux JO

      comité anti olympique Annecy 2018, renseignez-vous. Merci de faire circuler la pétition. Tous concernés : http://www.comiteantiolympiqueannecy.com/

      Répondre à ce message

    • POURQUOI JE SUIS CONTRE LES JEUX OLYMPIQUES ! Le 28 mars 2011 à 04:42, par comité anti olympique annecy

      C’est qui le CIO, le COJO, le SAJO… gracieusement installé en Suisse ? C’est prouvé les JO ne rapporte rien économiquement. Ecologiquement, de répondre aux exigences du CIO, de faites c’est une catastrophe. Socialement, je ne suis pas convaincu que d’exproprié des agriculteur, des pauvres….pour cette soi disant fête populaire, soit vraiment du social ! Réveillez-vous. les JO c’est une chance pour personne sauf le CAC. Nous ne parlons plus de sport. Annecy 2018 le directeur de la candidature(Edgard %Grospirond) a démissionné. Il a été remplacé par Charles Beigbeder. Hommes d’affaires véreuses, pas tellement sportif !!! Faites vous son CV sur internet, c’est impressionnant les casseroles ! NON aux JO, des citoyens osent dire NON aux CIO. Les JO Annecy 2018, c’est 24 millions d’euros dépensé en communication (Havas, laguardère et compagnie). De l’argent public bien sur. si les JO passe (malgré un dossier vraiment NUL) c’est des milliards d’euros d’argent public. C’est des infrastructures inutiles, que des petits villages ne pourront pas assumer, c’est des terres agricoles bétonnés. C’est tout sauf du sport !! Renseignez vous, faites circuler l’info et la pétition, sur tous vos réseaux, il y a urgence

      http://www.comiteantiolympiqueannecy.com/

      Répondre à ce message

  • POURQUOI JE SUIS CONTRE LES JEUX OLYMPIQUES A PARIS !! Le 13 avril 2015 à 14:54, par sabate albert

    tout à fait contre les JO tout à fait contre mes amis et familiers qui sont pour je vois comme ils vivent j’en ai honte bobos sans scrupules abimés qui ne veulent rien savoir disent ok aux JO mais parce qu’ils sont désabusés et morts de peur ! pour le reste, nous avons déjà trop de raisons contre cependant, aucun risque d’attendre un référendum !!! albert

    Répondre à ce message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Thème Ecolo sous Licence Creative Commons By-Sa