Hélène Lipietz - Ancienne Sénatrice sénat les écologistes au sénat Hélène Lipietz Emmanuelle Orvain Hélène Lipietz Perline Noisette Aurélien Vernet Le mariage entre personnes du même sexe Drapeau de la France Hélène Lipietz Image Map

AccueilMa vie de sénatriceProjets de loi (PJL), propositions de loi (PPL)Le mariage entre personnes du même sexeUne messe contre le mariage pour tous

Une messe contre le mariage pour tous

Dirai-je encore le Notre Père ?

mardi 30 octobre 2012, par Hélène Lipietz

Pour ceux qui l’ignoreraient je suis croyante, profondément chrétienne, catholique de tradition.

C’est par la Foi que je suis venue à la politique, à travers mon engagement associatif. Parce que le Christ nous laisse libre de rendre à César ce qui est à César (Mt 22, 21)

La religion n’a pas à s’imposer à la société civile et inversement, ce qui à l’époque de Christ, en Judée, était révolutionnaire.

J’ai toujours essayé de faire le pont entre ma foi chrétienne et mon engagement écologique : Dieu nous a confié la terre, à charge pour nous de la restituer dans le même état, puisque la Création doit pouvoir croître et multiplier, donner des fruits selon son espèce (Gn 1)

En outre, l’écologie politique, en ce qu’elle cherche un équilibre entre l’homme et son emprise sur l’environnement, me paraît en accord avec l’Amour qui est le centre du message chrétien.

C’est pourquoi, c’est avec la plus grande joie que j’ai reçu l’invitation de l’archevêque de Paris à venir à la messe concélébrée par le nouvel aumônier des hommes et femmes politiques, à l’église Sainte Clotilde.

Cette messe s’adresse à l’ensemble des élus de la Nation, conseillers municipaux, départementaux, régionaux et pas simplement aux parlementaires.

Un départ peu chrétien

J’ai eu la surprise d’apprendre qu’un départ de taxis en co-voiturage était organisé depuis le Sénat. Il faut savoir que le Sénat nous ouvre une ligne budgétaire de taxis à hauteur de 3 900 € par an. Pour ma part j’essaye de minimiser l’utilisation du taxi et je prends les transports en commun…et en fin d’année, à partir de mon relevé de frais, je pourrai payer la compensation carbone

Lorsque je me suis présentée à l’accueil j’avais oublié ma veste, j’ai donc demandé à un taxi, où se trouvaient déjà quelques sénateur-trices, de m’attendre. Le temps de revenir, j’ai vu les taxis partir à moitié pleins, sans doute parce que leurs occupants voulaient être les premiers.

Je suis donc restée à attendre un nouveau taxi avec monsieur Retailleau, sénateur de Vendée, cumulant cette fonction avec celle de président du Conseil général.

Première discussion avec un homme charmant, étonné que je puisse être écologiste et chrétienne mais très ouvert à mon affirmation d’être pour le mariage universel.

Mais l’impatience de nos collègues sénateurs et l’impossibilité d’avoir des taxis à 19 heures dans Paris firent que nous arrivâmes avec retard à la messe, dans une église très pleine, juste au moment de la seconde lecture : la lettre de Saint Paul aux Ephésiens [1]

5 21 Soyez soumis les uns aux autres dans la crainte du Christ.
22 Que les femmes le soient à leurs maris comme au Seigneur :
23 en effet, le mari est chef de sa femme, comme le Christ est chef de l’Église, lui le sauveur du Corps ;
24 or l’Église se soumet au Christ ; les femmes doivent donc, et de la même manière, se soumettre en tout à leur maris.
25 Maris, aimez vos femmes comme le Christ a aimé l’Église : il s’est livré pour elle,
26 afin de la sanctifier en la purifiant par le bain d’eau qu’une parole accompagne ;
27 car il voulait se la présenter à lui-même toute resplendissante, sans tache ni ride ni rien de tel, mais sainte et immaculée.
28 De la même façon les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Aimer sa femme c’est s’aimer soi-même.
29 Car nul n’a jamais haï sa propre chair ; on la nourrit au contraire et on en prend bien soin. C’est justement ce que le Christ fait pour l’Église :
30 ne sommes-nous pas les membres de son Corps ?
31 Voici donc que l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et les deux ne feront qu’une seule chair :
32 ce mystère est de grande portée ; je veux dire qu’il s’applique au Christ et à l’Église.
33 Bref, en ce qui vous concerne, que chacun aime sa femme comme soi-même, et que la femme révère son mari.

Ep 5, 21-33 (Bible de Jérusalem (1973))

Saint Paul et la morale sexuelle

De deux choses l’une, soit l’archevêque a changé le texte, soit il avait choisi le jour de la messe pour que le texte puisse être porteur du message subliminal que porte l’église catholique : l’amour humain ne peut être qu’entre mari et femme, et le respect du corps de l’autre passe une sexualité hétérosexuelle .

Comme l’a dit dans son homélie André Vingt-Trois, à l’époque de Paul, demander aux maris de respecter leurs femmes, ne plus les considérer comme des reproductrices mais comme des compagnes, même si elles leur doivent le respect, était révolutionnaire.

Mais pourquoi le Christ, tel que raconté dans les Evangiles, n’a-t-il pas condamné les déviances sexuelles et au contraire les a-t-il pardonnées ? Il a chassé les marchands du temples (Jn 2, 13-22) mais il a eu une longue discussion avec la Samaritaine, la femme à plusieurs maris (Jn 4), il a laissé Marie-Madeleine [2] le masser avec les huiles les plus précieuses, caresser ses pieds avec ses longs cheveux, gestes ô combien érotiques de la part d’une prostituée (Lc 7, 36-50) et il n’a pas condamné la femme adultère (Jn 8, 1-10).

Le moins qu’on puisse dire c’est que le Christ fut indulgent avec les dissidents sexuels, surtout les femmes, se contentant de leur demander de ne plus pécher (Jn 8, 1-10) alors même qu’il a condamné certains à la géhenne (Mt 23,15).

Que saint Paul ait essayé de faire comprendre aux maris leur responsabilité dans le couple est certes un immense progrès. Qu’il n’ait pas voulu remettre en cause le rapport hiérarchique homme-femme présent dans la société de l’époque est pour moi une trahison du message du Christ : je fais, en effet, partie de ces chrétiens qui pensent que la dernière volonté du Christ était que ce soit les femmes qui soient les annonciatrices de sa Résurrection : c’est à elles en premier qu’Il s’est révélé (Mc 16,1-8, Mt 28, 1-11, Mt 24,1-12).

Mais les hommes n’étaient pas encore prêts à accepter ce bouleversement et ils ne le sont toujours pas ; que ce soit les femmes qui aient eu l’honneur de connaître cette nouvelle incroyable : l’amour de Dieu pour les humains est si fort, si puissant, que la Mort n’est plus une fin mais un commencement.

Ainsi, lorsque les femmes, Marie, Madeleine et Jeanne (Luc 24,10) revinrent dire la Résurrection du Christ, Pierre ne les crut pas… et c’est pourquoi la prédiction de la Parole est resté un monopole des hommes…

Donc, je n’arrive pas à adhérer à l’interprétation hétéro centrée de l’Homélie. L’archevêque trouve dans Paul la justification du mariage hétérosexuel alors qu’il n’est qu’un message d’un homme de son temps essayant de convaincre des maris, soucieux uniquement de leur descendance, qu’ils devaient être attentifs à leur épouse…

Reste que c’est un message religieux que je peux entendre avec les réserves que je viens d’expliquer mais qui n’est pas au centre de ma Foi.

Une sortie mouvementée

Les chants étaient très beaux, certes certains en latin, mais sur le tempo très beau. Beaucoup de têtes rasées et de chrétiens agenouillés lors de l’élévation… mais aussi beaucoup de participants qui ne baissèrent pas la tête lorsque le Christ, représenté par l’hostie est élevé (je me demande toujours quand le Christ est réellement présent dans l’hostie ? Quand le prêtre dit les paroles sacramentelles ou lorsqu’il l’élève [3]).

Puis ce fut la sortie et j’entendis ce mot horrible « ce sont des gouines » et je vis deux jeunes femmes déguisées en mariées avec un faux maire les mariant et les déclarant « femme et femme »…

Quelle horreur ce mot « gouine »… Comment des chrétiens qui viennent de prier avec les magnifiques paroles du Christ, de dire le « notre Père » (Mt 6, 9-13) peuvent-ils traiter des femmes d’un tel nom ? Où est l’amour de l’autre même s’il est son ennemi car si l’on aime son ami, où est le Christ (Mt 5, 43-47) ?

Me détachant de ce troupeau, je suis allée me ranger auprès de ce petit groupe très jeune, garçons et filles mélangés, et ai noué le dialogue avec les passants, souvent des cathos venus spécialement pour cette messe des politiques.

Une discussion impossible

Quelle ignorance dans certains propos entendus ! Florilège :

  • "Les chrétiens n’ont jamais été esclavagistes" (on était rue de Las Casas) oubliant que si l’église avait sacralisé le mariage, c’est aussi pour « améliorer » le sort des esclaves qui ne pouvaient plus ainsi être séparés une fois mariés…
  • "Le législateur n’a pas à faire une loi pour une minorité" : après avoir reconnu que les enfants adultères étaient une minorité, on m’a dit que la loi sur l’égalité des enfants légitimes et adultérins n’avait gêné personne… étonnement quand j’ai fait remarquer que ce n’était pas l’avis des enfants qui avaient dû partager avec les enfants « illégitimes ».
  • Et cette question, qui semble centrale dans l’angoisse des passants : "que dire aux enfants nés par insémination"… qu’ils ont été conçus dans une éprouvette et qu’on ne sait pas le nom du donneur de sperme ou d’ovules… oubliant que le problème se pose déjà pour les enfants d’hétéro.
  • Ou encore "comment les enfants vont-ils nous appeler, nous les parents hétéros : parent 1 parent 2"… Je veux que la loi continue à m’appeler père ou mère.
  • Et quand je faisais remarquer que les enfants existaient, nés de mère porteuse ou élevés par deux parents dont un n’avait aucun droit, ni aucun statut, une femme m’a dit que c’était le problème des parents et qu’ils auraient dû y penser avant. J’insistais pour savoir ce qu’allaient devenir ces enfants, elle m’a répondu que c’était leur problème… aux enfants…, non aux parents. Mais, concrètement, pour les enfants… silence catholique, pardon cathodique.

Abandonnant les passants, assez ouverts à la discussion malgré leur opposition au mariage pour tous, je suis allée au pot de présentation du nouvel aumônier du monde politique, le père Laurent Stalla-Bourdillon.

Jeune, séduisant (encore un homme qui n’est pas pour nous les femmes hétéros :-)), il a accueilli avec le sourire et même, oserai-je le dire, enthousiasme, ma présentation : une écolo, catho et pro-mariage pour tous. Je lui ai promis d’aller aux réunions qu’il organise deux fois par an.

Après un tel accueil, je suis allée me présenter à l’archevêque André Vingt-Trois…en discussion avec des sénateurs de droite… plus que froid.

Une femme m’ayant entendue me présenter et vers laquelle je me tournais m’a tourné le dos en disant qu’elle ne pouvait pas me parler compte tenu de mes positions…

Je suis donc retournée dans la rue où la discussion continuait plus de deux heures après la sortie de la messe.

En conclusion (provisoire)

Voilà, j’ai passé une heure à prier pour que Dieu m’aide à affirmer ce que je pense juste, avec conscience, pour une société qui n’est plus aujourd’hui celle où Il s’est incarné.

J’ai passé deux heures à discuter avec des gens au départ souvent choqués mais parfois ouverts, sauf peut-être les plus catholiques.

J’ai surtout encore une fois touché la détresse de ces jeunes croyants rejetés par l’Eglise, par l’Eglise du Dieu d’Amour. Ils n’ont pas choisi leur orientation sexuelle, ils l’ont reçue comme une part indémélable de leur personnalité, tout comme ils ont reçu le talent de parler en public ou d’être doué en dessin, et l’Eglise rejette leur demande de vivre leur Amour non dans la honte ou dans la chasteté, prêtres involontaires d’une homophobie latente, mais en pleine lumière, témoins qu’il y a plusieurs chemins dans la route vers Dieu.

Enfin, et surtout, j’ai compris que pour moi, le "mariage pour tous" était réellement une volonté politique. Ce n’est pas parce que je suis Verte et qu’il fait partie du programme de EELV que j’y suis favorable.

Je suis pour le mariage pour tous et la régularisation des enfants nés de la folie de leurs parents parce que le législateur ne peut, en conscience, laisser hors d’une règle de droit des citoyens citoyennes qui vivent la volonté de fonder une famille c’est à dire deux parents qui souhaitent dans la durée vivre leur Amour au grand jour et rendre possible un projet de famille que la science et la société leur permettent d’espérer.

De plus, les Parlementaires ne peuvent se défausser sur les juges du soin de régler le sort des enfants qui n’ont pas d’existence légale en France.

Bref, je rends à Dieu la puissance de l’Amour, et à la Loi la puissance de prendre acte de l’évolution de la société (Mt 22,14-25).

Et quant à ma Foi, elle n’est pas remise en question car elle est laïque : au nom de quoi imposerais-je aux autres une vision qui est aujourd’hui minoritaire ? Je crois que Dieu est Amour et qu’il nous laisse libre, de cette liberté de l’Amour de Dieu.

Le Christ, Dieu incarné, n’a pas condamné l’homosexualité, pas plus qu’il n’a condamné la femme adultère, il a pardonné, c’est à dire qu’il a réintroduit dans la communauté les « fautifs » et c’est pourquoi je n’ai aucun problème de conscience à appeler à voter pour le mariage universel avec toutes les conséquences légales : adoption, fivette et à la reconnaissance des enfants nés hors des cadres légaux et à celles des parents tiers des enfants.

Mais si Maïeul s’interroge sur une prochaine Communion, c’est à dire la réception du témoignage de l’Incarnation, je m’interroge sur la possibilité pour moi de continuer à dire le Notre Père : puis-je affirmer que je suis enfant de Dieu au même titre que les autres humains alors que certains de mes frères et sœurs en Christ tournent le dos à ceux qui ne veulent pas mettre leur amour sous le boisseau mais qu’il soit là pour, lui aussi, éclairer le monde (Mt 5, 14-16).

Il n’y a, il n’y aura jamais trop d’amour dans le Monde.

P.-S.

J’ai également signé la pétition : Sur le Mariage, l’Église aussi est diverse.

Notes

[1Note du fils historien : la plupart des exégètes, y compris catholiques, considèrent qu’il s’agit d’une deutéro-paulinienne, c’est à dire mise sous le nom de Paul par une personne se réclamant de sa filiation théologique.

[2Note du fils : c’est la tradition ultérieure qui associe cette femme à Marie de Magdala, le texte biblique se garde bien de lui donner un nom.

[3Réponse de l’historien : ce sont les paroles qui font consécration et présence du Christ.

Forum

16 Messages

  • Une messe contre le mariage pour tous Le 21 novembre 2012 à 23:13, par La fille ainée

    Merci pour ce très beau texte. Je me souviendrais toujours du jour, où vendant des gâteaux à la sortie de la messe avec les enfants de l’aumônerie, souvent noirs, des soit-disant chrétiens passaient devant nous sans même nous regarder. Quel dommage que ces gens aient oublié le message du Christ.

    Répondre à ce message

  • Une messe contre le mariage pour tous Le 13 décembre 2012 à 10:58, par anne soupa

    Madame, je vous remercie beaucoup de cette belle contribution authentiquement croyante. A la Conférence catholique des baptisés francophones, nous avons délibérément offert à nos sympathisants des textes « pluriels » sur le sujet, considérant que l’épiscopat n’avait pas à prendre les catholiques en otage sur un sujet où l’Evangile n’était pas forément là où certains le mettent. Tous chez nous ne sont pas favorables à toutes les dispositions de la loi, mais la rigidité de l’épiscopat déplace presque le problème ailleurs, dans la difficulté à témoigner simplement de ce qui est poutant la première consigne évangélique : ne pas exclure, ne pas ostraciser, ne pas diaboliser. Nous sommes à votre disposition si vous avez le souhait d’approfondir cette question ou de rémoigner de nos positions. Cordialement, Anne Soupa, co présidente de la CCBF. www.baptises.fr,

    Répondre à ce message

  • Une messe contre le mariage pour tous Le 6 mars 2013 à 22:17, par Kaliste Vennucz

    Madame la Sénatrice, Tout d’abord, je partage votre respect et votre amour pour la nature en tant que Création que Dieu a confiée à l’Homme pour qu’il en prenne soin et en soit co-créateur et non pas exploiteur et destructeur. Je suis par contre triste de lire la manière dont vous déformez certaines choses et choqué de certains de vos propos.

    Je ne citerai que trois points.

    Si Jésus montre l’exemple en ne jugeant pas les pécheur mais en les aimant, il ne les entraîne pas non plus à poursuivre dans leur voie de péché. Il dit à la femme adultère « va et ne pêche plus » après ne pas l’avoir condamnée… il ne lui dit pas « c’est pas grave, continue comme ça, c’est bien ce que tu fais ». Il nous apprend à distinguer le pécheur du péché. A rejeter le péché qui détruit le pécheur. A aimer son prochain comme soi même, c’est à dire à aimer les pécheurs car nous le sommes tous, vous, moi, nous.

    Je suis choqué de votre phrase « J’ai passé deux heures à discuter avec des gens au départ souvent choqués mais parfois ouverts, sauf peut-être les plus catholiques ». Comment reconnaissez vous les personnes « les plus catholiques » ? A ce qu’elles ne sont pas ouvertes ? Sauf mauvaise interprétation de ma part, vous affirmez de manière généralisante que les personnes catholiques ne pas ouvertes. Je trouve cette affirmation blessante voire un peu limite.

    Enfin, comment pouvez-vous dire que vous vous posez la question de dire encore le Notre Père si vous êtes « profondément chrétienne » ?

    Je vous assure cependant de mes respectueuses salutations K. Vennucz

    Répondre à ce message

    • Une messe contre le mariage pour tous Le 7 mars 2013 à 18:28, par Hélène Lipietz

      Merci de votre lecture attentive à laquelle je réponds volontiers

      1-Jésus demande à la femme adultère de ne plus pêcher c’est à dire de ne plus tromper celui avec lequel elle est mariée. En quoi cette injonction de fidélité ne s’appliquerait pas aux couples homosexuels ? C’est sans doute ce qu’il y a de plus difficile à vivre dans un engagement marital : être fidèle.

      Je crois que vous partez du principe que Jésus condamne les homosexuels(les)… je n’en ai pas souvenir. Donc le péché n’est pas celui de celui-celle qui vit un amour sincère, fidèle avec une autre personne mais de celui-celle qui ne tient pas ses engagements.

      Un couple d’homosexuel(le)s s’aime du même amour qu’un couple d’hétérosexuels. En quoi l’amour serait-il un péché ? ou alors soyons comme certains paléochrétiens : considérons que toute relation amoureuse est péché. Dans ce cas, je ne pourrais plus croire au message d’amour de Jésus…

      2- j’ai expliqué dans mon article comment un archevêque et une personne qui discutait avec lui m’ont tourné le dos quand je me suis présentée en expliquant que je voterai la loi sur le mariage pour tous. J’ai aussi expliqué avoir entendu des catholiques qui venaient d’assister à la messe dire, en parlant de femmes qu’elles étaient des gouines, c’est à dire des porcs, des truies…

      En revanche, dans la rue, des croyants manifestement moins impliquées dans l’Eglise, puisque n’étant pas à la Paroisse, ni à la messe, ont accepté de discuter avec moi, ces croyants sont donc plus ouverts à la discussion… c’est une constatation sur les 2 heures que je relatais, rien de plus mais rien, hélas, de moins.

      3- Si je me souviens bien de mon texte, mon problème n’est pas de dire ABBA, mais de dire NOTRE Père, c’est à dire de me reconnaître sœur de certains chrétiens qui injurient des femmes qui s’aiment ou qui refusent de me parler parce que parlementaire de tous les citoyen/nes, je suis pour le mariage pour tous.

      En revanche profondément chrétienne, je peux prier seule ou en communion avec d’autres chrétiens avec ces paroles divines. Quand j’étais dame cathé, une petite fille m’a dit : « pourquoi je retiens bien le Notre Père, mais pas les autres prières ». Ma réponse fût « parce qu’elle vient directement de Dieu et non des hommes ». Sa réflexion a été pour moi la véritable compréhension du Notre Père, paroles données par Dieu aux Hommes pour qu’elles leur parlent « en commun, en communion ».

      Et dans mon apostrophe, je renvoyais aussi au site de mon fils qui lui envisageait de ne plus communier, ce qui pour moi est inconcevable. J’ai eu heureusement le bonheur de communier avec lui.

      Bonne fin de carême, bon chemin vers le Jour où tout commence, tout recommence

      Répondre à ce message

  • Une messe contre le mariage pour tous Le 16 mars 2013 à 11:46, par Kaliste Vennucz

    Madame la Sénatrice, Aujourd’hui vous allez avoir la responsabilité historique de mener une réforme de civilisation, selon les mots de Madame Taubira. J’espère que vous prenez bien la mesure des conséquences que cette réforme va avoir sur la société et sur la vie des familles (de toutes les familles). Je compte donc beaucoup sur vous pour faire votre travail de parlementaire et pour améliorer le texte qui vous a été transmis par l’Assemblée Nationale. J’aimerais savoir quels sont les axes d’amélioration que vous envisagez en tant que chrétienne, en tant de représentante de votre parti et en tant que citoyenne à qui cette responsabilité particulière d’écrire la loi a été donnée. Bien à vous

    Répondre à ce message

    • Une messe contre le mariage pour tous Le 19 mars 2013 à 12:31, par Hélène Lipietz

      Je ne suis pas sure que cette loi soit une réforme de civilisation : l’homosexualité a toujours existé. Le christianisme l’a condamnée à être vécue dans la clandestinité. Avec la déchristianisation de la société, depuis plus de 50 ans, le ménage homo s’est banalisé…

      Donc comme toujours, le législateur n’est pas révolutionnaire, mais prend acte de l’évolution de la société : la reconnaissance publique de l’Amour comme volonté de construire une famille.

      J’avoue que je ne vois pas en quoi ma famille hétéro va être bouleversée par ce mariage, sauf que je vais être invitée à plus de mariages :). Tout au plus, je ne craindrais plus que mes enfants ou mes petits-enfants, si ils/elles étaient homo, soient en but à la bêtise humaine, enfin du moins je l’espère.

      Je ne suis pas chef de file de ce texte dans mon parti, c’est Ester Benbassa et Corinne Bouchoux.

      Personnellement, je ne ferais que déposer un amendement sur la transmission des noms.

      En tant que chrétienne, je laisserai ma foi au vestiaire, car je suis d’abord et avant tout sénatrice laïque. Je n’ai pas le droit d’imposer mes convictions religieuses à la majorité des Français/Françaises qui ne les partagent pas. En outre, je pense que ma Foi me pousse à être pour le mariage pour tous.

      Merci de votre lecture.

      Répondre à ce message

      • Une messe contre le mariage pour tous Le 21 mars 2013 à 17:59, par Kaliste Vennucz

        Bonjour, Je suis étonné que vous confondiez tout le temps homosexualité et projet de loi du « mariage pour tous ». Cette confusion est-elle inconsciente ou est-elle faite sciemment ? C’est bien le « mariage pour tous » qui est une réforme de civilisation et ce n’est pas l’homosexualité, qui n’a pas attendu de loi pour exister, comme vous le dites d’ailleurs. L’homosexualité ne sera pas instituée par la loi sur le « mariage pour tous » que je sache. L’appréciation de réforme de civilisation n’est pas personnelle. Ce sont les mots de celle qui porte le projet à l’Assemble Nationale. Il me semble, comme elle, que ce projet a des implications beaucoup plus vastes que la simple reconnaissance de l’amour que se portent deux personnes. Cette histoire de reconnaisssance égale de l’amour, c’est le « mariage pour tous » expliqué aux benêts. C’est une escroquerie intellectuelle.

        Votre famille hétéro va être affectée par le projet de loi de plusieurs manières, à court, moyen et à long terme. Il existe de nombreux argumentaires sur Internet sur la portée juridique du projet de loi. Je vous invite à vous y reporter. Les questions de filiation, de patrimoine (important dans les cas de divorce ou de succession), de protection sociale, de retraite des femmes, de droit et de statut des enfants, de congés maternité (ne parlons pas du congé paternité qui a déjà disparu au profit d’un congé d’accueil à l’enfant)… sont autant de sujets qui seront impactés soit directement soit par la jurisprudence qui naitra de cette loi.

        Ne pas vouloir voir toutes ces implications relève de l’idéologie.

        Je comprends que vous ne puissiez vous exprimer ici en tant que chrétienne. Je partage votre position qu’il n’y a pas à imposer les convictions religieuses. Dire que vous laisserez votre foi au vestiaire au moment de voter la loi me semble par contre plus contestable car votre foi et vos convictions religieuses contribuent normalement à la formation de vos convictions en général, en particulier sur de tels sujets qui impactent la protection des plus faibles et le sens de la vie humaine.

        Répondre à ce message

        • Une messe contre le mariage pour tous Le 25 mars 2013 à 15:16, par Hélène Lipietz

          Vous avez totalement raison, il ne faut pas confondre « mariage pour tous » et « loi autorisant le mariage entre personnes du même sexe »… mais c’est un peu long comme titre donc on résume, de manière parcellaire le titre de la loi. Je vais essayer de faire attention, merci de votre réflexion pertinente.

          Ce qui est toutefois en cause c’est bien le droit et surtout la reconnaissance par la société de l’équivalence de l’Amour des homos et des hétéros à travers la possibilité pour chacun de se marier en se promettant fidélité et assistance dans les épreuves et dans l’éducation d’éventuels enfants. Cela ne me paraît pas un changement de civilisation, comme le serait la reconnaissance du mariage incestueux ou de la polygamie, sans polyandrie.

          Je pense que le premier et vrai changement de civilisation depuis la Révolution française fut en 1972 la fin de la « puissance paternelle » qui existait depuis des millénaires, elle aussi. Cela concernait une personne sur deux car cela concernait toutes les femmes.

          Le présent projet de loi concerne moins de 5% de la population, enfants de couples homos compris. C’est peu mais pour eux c’est beaucoup, et surtout pour les enfants qui n’ont pas le droit de vivre avec des parents mariés et c’est profondément injuste et pénalisant pour ces enfants.

          Désolée mais je ne vois pas en quoi ma famille hétéro va être touchée par le fait d’accorder des droits à autrui, sauf peut-être si jamais il y a dans notre famille un/une homo qui pourra alors vivre son amour avec la reconnaissance des droits de tout un chacun et cela, j’espère, sans la honte qui empêche certains homos de vivre leur Amour au grand jour.

          Je suis bien sûr consciente des problèmes que vous évoquez et qui conduisent justement à faire une loi : * Filiation : pour que le parent non biologique puisse être pleinement reconnu * succession, pour que le conjoint survivant est des droits qu’il n’a pas aujourd’hui. Donc vous avez bien pointé les problèmes insurmontables des couples homos auxquels la loi entend répondre.

          Je laisse mes convictions chrétiennes au vestiaire, donc je ne prend pas pour « parole d’évangile » les propos quelque peu scandaleux d’évêques qui nous somment, nous élus chrétiens, de nous opposer à l’évolution du code civil au nom de notre foi.

          Mais, à la lumière de ma Foi qui me dit que tous les Hommes et toutes les Femmes sont aimés de Dieu, sans distinction, que chacun d’entre nous a un talent à faire fructifier, je pense que l’Amour entre personnes du même sexe doit recevoir la même réponse humaine et sociétale que l’Amour entre hétéros. Parce que l’Amour est plus fort que la bêtise et que pour un enfant voir l’Amour de ses parents reconnu est la meilleure des garanties pour son épanouissement.

          Joyeuse Pâque pour les Juifs, Joyeuses Pâques pour les chrétiens et joyeux printemps à tous les autres…

          Merci de votre lecture et de votre réflexion

          Répondre à ce message

  • Une messe contre le mariage pour tous Le 24 mars 2013 à 22:54

    Bonjour Madame la Sénatrice, La Manif pour tous a réuni aujourd’hui une quantité innombrable de français de tous les horizons, de toutes les religions, de tous les bords politiques, de toutes les origines, de toutes les orientations sexuelles. Les enjeux du « mariage pour tous » dépassent largement le droit des homosexuels et concernent la société toute entière de façon fondamentale. Ces foules se sont mobilisées malgré une médiatisation très partiale, malgré des tentatives honteuses de désorganiser la manifestation (remise en cause du droit de réunion), malgré les intimidations, parfois les insultes… Ces foules se sont mobilisées car c’est l’humanisme qui est en jeu.

    Je ne peux croire qu’une femme de gauche, chrétienne et écologiste comme vous puisse apporter son appui à une telle réforme que je qualifie d’ultralibérale.

    Madame la Sénatrice, ne désespérez pas le Peuple de votre pays !

    Respectueuses salutations K. Vennucz

    Répondre à ce message

    • Une messe contre le mariage pour tous Le 25 mars 2013 à 12:55, par Hélène Lipietz

      Je reconnais sans mal que vous étiez nombreux, mais moins que le nombre d’électeurs ayant voté pour un programme qui comportait comme mesure cette loi… donc en quoi votre présence sur le sol parisien doit-elle l’emporter sur la présence dans les urnes ?

      Je doute de plus que la loi concerne toute la société, dans une société où plus d’un enfant sur deux nait hors mariage qu’il soit le fruit d’amour homo ou hétéro. Et qu’un couple marié sur deux divorce…

      Quant aux insultes que vous auriez essuyées, que sont-elles en comparaison des insultes que vivent tous les jours les homos ? Personnellement je les condamne, qu’elles soient d’un côte ou de l’autre.

      Quant à l’humanisme, s’il est celui qui exclue les homo des mêmes droits que les hétéros, les enfants d’homos qui sont privés de reconnaissance, au lieu d’être celui qui rassemble, il me paraît bien faible par rapport à notre devise républicaine.

      Merci de votre lecture

      Répondre à ce message

  • Une messe contre le mariage pour tous Le 29 mars 2013 à 10:14, par Kaliste Vennucz

    Bonjour Madame la Sénatrice, Je vous remercie de vos réponses aux précédents messages.

    Il se dessine aujourd’hui un grand projet du gouvernement auquel votre parti prête sa contribution, voire qu’il inspire parfois : ce grand projet sociétal est fait de mariage pour tous, de droit à l’enfant, de levée de l’interdiction des recherches sur l’embryon, d’attaques contre la famille, d’enseignement de la théorie du genre qui deviendra la nouvelle norme, de légalisation de l’euthanasie, … Le combat actuel contre ce projet est le combat d’une vision spirituelle de l’homme faite de solidarité, d’humanisme et d’écologie contre une vision matérialiste faite de libéralisme sauvage, d’individualisme consumériste et de désir de toute puissance. Je pense que les manifestants de dimanche défendaient la première vision et que la deuxième vision est mortifère et contradictoire avec les valeurs de l’écologie : non, on ne peut pas tout faire sans conséquences qui rejaillissent sur tous. Il faut prendre en compte les limites que nous fixe la nature.

    Bien à vous Kaliste Vennucz

    Répondre à ce message

    • Une messe contre le mariage pour tous Le 29 mars 2013 à 22:01, par Hélène Lipietz

      Si effectivement, il y a bien le projet d’ouvrir le mariage aux couples de même sexe et de permettre l’adoption au sein du couple, la loi sur la famille réglera les autres problèmes que vous indiquez.

      Personnellement, je n’ai pas voté le projet de loi ouvrant les recherches sur les cellules souche car je pense qu’il s’agit en réalité d’ouvrir aux industries privées du vivant un droit d’exploration au limite de la vie. J’essaye d’être cohérente : je suis contre les OGM donc je suis contre cette loi et pour les mêmes raisons que le vivant n’est pas brevetable.

      De plus elle touche ontologiquement à l’Homme, contrairement à la filiation adoptive, la PMA et la Gestation pour autrui qui ne sont que de nouvelles formes de parentalité, c’est à dire de création d’un lien entre enfants et parents éducateurs et aimant. Un enfant n’est pas le fruit des entrailles, mais il est d’abord et avant tout le fruit de l’angoisse parentale, des nuits sans sommeil et des bras qui enlacent, dans l’Amour.

      Quant aux attaques contre la famille, je n’en ai pas vues car je ne comprends pas en quoi le fait d’ouvrir des droit aux enfants de couples homosexuels en leur reconnaissant la même filiation qu’aux autres enfants est une menace pour la famille.

      Il n’existe pas de théorie du genre, mais une recherche universitaire sur l’influence de la société dans le déterminisme des caractères humains. Est-on femme uniquement parce que nos chromosomes sont XX ou parce que la société valorise les conséquences sur notre caractère de nos hormones ? Je n’en sais rien et je pense que ce genre de recherches peut aider à faire de nos filles et surtout petites filles des êtres plus épanouies que ne le furent nos mères et grands-mères.

      Je ne sais pas où vous avez vu que l’euthanasie sera légalisée c’est un racontar qui me paraît très dangereux car il accrédite l’idée qu’il y aurait des politiques sans âme, sans parents et grands-parents à accompagner vers la mort, bref une telle affirmation sort manifestement d’un discours anti-gauche, voire même anti-politique donc anti-démocratique.

      La spiritualité est diverse, savez vous qu’un journal comme Témoignage chrétien, sous titre la résistance spirituelle car journal clandestin de la guerre qui essayait d’éveiller les consciences au sort réservé aux Juifs, a publié de très belles pages sur des couples homosexuels, parents d’enfants baptisés ?

      Tout comme vous, ma vision de la France de demain est faite de solidarité, d’humanisme et d’écologie contre une vision matérialiste faite de libéralisme sauvage, d’individualisme consumériste et de désir de toute puissance.

      Et justement, dire que les homosexuels ont le droit de vivre leur amour dans la reconnaissance de la société et que leurs enfants ont droit d’être fiers de leurs parents est pour moi le contraire du consumérisme, de l’enfant jetable : se marier c’est dire que l’on veut vivre un amour responsable et non un amour de pacotille. Depuis toujours l’Homme s’est opposé à la Nature, en allant très loin puisqu’il a ravagé la planète et je ne comprends pas qu’il n’y ait pas autant de manifestants contre le nucléaire que contre le mariage ouvert aux homosexuels.

      Ou plus exactement, je comprends qu’en réalité, ce n’est pas le mariage naturel c’est à dire reproducteur que vous défendez, celui qui devrait s’arrêter quand la femme est stérile par l’âge ou par d’autres causes, mais le mariage humain, façonné par des millénaires et qui n’a jamais été un, il est divers et il a évolué en même temps que la société. Il y a encore 30 ans, la nature de la femme et du mariage faisait que l’homme était titulaire de l’autorité paternelle… quelle horreur non ?

      Je vous propose de nous réécrire dans 15 ans, si les dégâts causés par l’humanité à notre planète nous le permettent, et nous rirons alors de cette peur de l’amour homosexuel.

      Merci de votre lecture

      Répondre à ce message

  • Une messe contre le mariage pour tous Le 2 avril 2013 à 07:30, par Anne Frain

    Madame la sénatrice, Je vous remercie de prendre le temps de vous expliquer et de répondre aux différents mails. Ce qui me pose problème dans l’accès au mariage pour tous, n’est bien entendu pas le droit de s’aimer ! ce sont plutôt les conséquences futures. Je me refuse à autoriser la PMA et la GPA à des couples homosexuels ! Si actuellement nous sommes d’accord pour constater que des enfants grandissent au sein de familles de ce type (de manière marginale et qui ne concernent qu’une petite partie des 5 % d’homosexuels qui vivent en France), il est évident que ces enfants savent qu’au départ ils ont bien un père et une mère. Pour moi, on ne peut être contre les OGM, les manipulations génétiques etc. et pour la GPA !!! C’est un contresens. C’est revenir à la marchandisation du corps humain ! Même si pour certains homo célèbres, il n’est pas plus gênant de louer son ventre que ses bras, tout mon cœur et mon corps de mère hurle à ce propos ! La PMA est actuellement autorisée dans le cadre de couples hétéros mariés, car le souci premier est l’enfant et son équilibre futur (parenté sexuée) et stable (mariage). Nous savons très bien que si la loi sur le mariage est votée, la PMA sera automatiquement adoptée dans un délai plus ou moins court, un recours auprès de la commission européenne et de celle des droits de l’homme l’autorisera au nom de l’égalité entre couples mariés. On n’est plus dans l’accueil de l’enfant, on passe du droit de l’enfant au droit à l’enfant ! Ce qui est foncièrement différent ! L’équilibre et la parité homme/femme, male/femelle, ying/yang est indispensable à la construction d’un enfant. Quand nous voyons les difficultés que connaissent souvent les enfants adoptés (j’en connais) par rapport à leur position dans leur histoire, leur filiation, (problèmes qui ne se manifestent pas de la façon identique même au sein d’une même fratrie mais qui entraine beaucoup de souffrances pour certains) j’ai vraiment des craintes pour ces enfants à qui il manquera un des deux repères fondamentaux. Les personnes qui ont voté pour M. Hollande ne sont vraiment pas toutes pour ce projet de loi, d’autres considérations ont joué et nos gouvernants le savent bien ! Un débat plus serein, et surtout plus ouvert aussi bien dans les auditions qu’à l’assemblée aurait été profitable quitte à reporter de quelques mois cette proposition de loi. J’ai déjà écrit à beaucoup de sénateurs, et n’ai reçu que peu de réponses, on ne peut dire que le débat soit présent même sous la forme de lettre circulaire ! Ce n’est pas ici une question de religion ou d’homophobie primaire ! Je vous remercie et espère que vous entendrez mes arguments.

    Répondre à ce message

    • Une messe contre le mariage pour tous Le 5 avril 2013 à 23:09, par Hélène Lipietz

      Il est normal de répondre aux citoyens/nes qui m’écrivent, je vous dois des comptes, non ?

      Les conséquences actuelles de l’absence de droit sont plus importantes à mon avis que tout le reste : les enfants de couples homo n’ont aucun droit par rapport à l’un de leurs deux parents… que se passe-t-il en cas de décès ou de séparation ? C’est le juge qui décide, alors que cette question de société doit être résolue par la loi.

      Personnellement je suis pour que le droit français organise la PMA et GPA tant pour les couples hétéros qu’homo et le fait que les couples homo soient minoritaires n’empêche pas de légiférer : les enfants adultérins étaient aussi minoritaires et pourtant, la loi a privé leurs frères et sœurs légitimes d’une part d’héritage pour eux !

      Je vous rappelle que tous les enfants sont nés non pas d’un père et d’une mère mais de deux gamètes mâle et femelle… après ils sont aimés, élevés par deux parents qui peuvent être de mêmes sexes ou non.

      Quant au problème des OGM, tout comme d’ailleurs celui de liberté de manipulation des cellules souche, je suis profondément contre car comme le nom l’indique c’est les gènes qui sont modifiés, c’est à dire le vivant. Dans la GPA, la PMA ou l’adoption ce n’est pas le vivant qui est modifié c’est le social, l’organisation de la société… Or ce n’est pas la première fois que la société est modifiée:le mariage est une culture et donc la société évoluant, le mariage aussi…

      Je suis mère aussi mais trop vieille pour que mon corps puisse encore porter un enfant même pour autrui… mais que j’aurais aimer le faire ! nous en reparlerons si vous le voulez bien lorsque la loi sur la famille viendra en discussion…

      Pour une juriste, votre référence à la CEDH est fausse : en effet, la CEDH ne crée aucun droit, elle constate le droit majoritairement appliqué dans les états soumis à sa juridiction. Ainsi des recours contre les refus de marier des couples homos ont été validés par la CEDH en « l’état actuel » des législations. Il est vrai que de plus en plus d’Etats ayant ouvert le mariage aux homos, la France allait un jour se retrouver minoritaire et donc condamnée pour ne pas avoir compris le sens de l’Histoire.

      Pour la PMA et la GPA, ce n’est pas encore le cas., peu de pays, les ont ouvertes aux couples homos… donc le vote de la loi sur la mariage n’entraînera pas, comme on cherche à vous le faire croire, l’obligation de la GPA, pour laquelle, encore une fois, je suis favorable.

      Que j’aimerai que notre société soit celle que vous décrivez pour la parité ! car quand je vois l’inégalité des situations, l’éclatement des familles alors même que la loi n’est pas votée, donc responsable de rien, l’inégalité des tâches entre père et mère, je ne vois vraiment pas en quoi les quelques homo très minoritaires qui vont se marier vont changer quoique ce soit.

      Et quant au désir d’enfant que vous assimilez au droit à l’enfant, c’est un argument qui est repris depuis la loi autorisant la contraception puis celle sur l’avortement, bref rien de nouveau sous le ciel des hommes : deux êtres qui s’aiment veulent se fusionner pour avoir un enfant et lui transmettre leur amour, leur identité, leur culture…

      n’ayez pas peur : les parents homo savent que leurs enfants auront des grands-parents (et oui les homos sont d’abord des enfants d’hétéro..) donc ils sauront ce qu’est la différence sexuée de l’éducation et en tout cas, pas plus pas moins, que les enfants élevés par leur mère seule ou leur père seul Le débat au sein du Sénat, enfin de la commission des lois a été très serein comme celui que je méne aujourd’hui avec vous. Tous les partisans, tous les opposants ne sont pas des extrémistes !

      Quant aux auditions je les ai trouvées particulièrement orientées : en public aucun mouvement de croyants partisans de mariage homo n’a été entendu, seuls les croyants contre le mariage l’ont été, alors que depuis des mois je réclamais une audition des catho, protestants, juifs et musulmans pour le mariage.. c’est là le vrai scandale de ces auditions : le monopole de ceux qui hurlent plus fort face à ceux qui supplient qu’on les écoutent.

      Je suis désolée que vous n’ayez pas eu plus de réponse, mais si vous saviez le nombre de courriers que les sénateurs/trices reçoivent sur tous les sujets…

      merci de vos arguments que je connaissais et qui n’ont pas changé les miens… mais je pense que c’est réciproque non ? Merci surtout de votre lecture de ma prose :-)

      Répondre à ce message

  • Une messe contre le mariage pour tous Le 9 mai 2014 à 15:41, par Kaliste Vennucz

    Bonjour Madame la Députée, Comme suite à nos échanges qui avaient précédé l’adoption du « mariage pour tous », je vous invite à écouter cette émission : « Le mariage : Adieu les Rebelles avec Marie-Josèphe Bonnet » qui est visiblement pro-lesbienne. http://www.franceculture.fr/emission-questions-d-ethique-le-mariage-adieu-les-rebelles-avec-marie-josephe-bonnet-2014-04-17

    On y entend une fois de plus qu’aucun débat n’a été possible (à mon avis faute d’acceptation minimale de se remettre en cause par les promoteurs de cette réforme), ce qui est bien regrettable pour un changement de cette importance de la structure de notre société.

    J’aimerais connaître votre avis sur l’impossibilité de tout débat qui a été imposée par la plupart des promoteurs de cette réforme (je ne vous compte pas parmi les responsables de l’absence de débat). Bien cordialement Kaliste Vennucz

    Répondre à ce message

    • Une messe contre le mariage pour tous Le 15 mai 2014 à 18:05, par Hélène Lipietz

      bonjour et merci de me solliciter… comme ex-sénatrice :-)

      je ne sais pas ce que veut dire pro-lesbienne… on peut être contre le mariage pour les lesbiennes mais peut-on être « pour » les lesbiennes ou « contre » les lesbiennes ? être lesbienne n’est pas un choix, c’est une donnée intime, personnelle comme être noir ou gaucher ou roux…

      Et j’avoue que je ne comprends pas, que je ne comprends toujours pas pourquoi on prétend qu’il n’y a pas eu de débats sur le mariage pour les personnes de même sexe alors même que cette disposition était dans le programme du candidat HOLLANDE et dans le programme des verts depuis plus de 15 ans.

      Le débat existait donc dans la société depuis 2 décennies au moins, mais comme depuis 20 ans seule la droite était au pouvoir, aucune loi n’est venue illustrée le sujet. Lorsque la Gauche a été élue en 2012, elle a, pour une fois, tenu sa promesse : rendre possible le mariage pour les homo, elle n’a pas tenu en revanche la promesse de la GPA … ce que je regrette.

      Reste à savoir si un parti élu, avec un programme et qui met en application son programme dans l’année qui suit son élection est légitime ou non pour tenir ses engagements ou si il doit organiser un référendum sur chaque décision qu’il prend en application du programme pour lequel il a été élu, si un tel référendum était possible en France, ce qui n’est pas le cas !

      Cela me parait difficile et surtout contraire à notre principe républicain de représentation par les parlementaires : notre démocratie n’est pas directe elle est indirecte, nous passons par nos représentants élus. Certes il n’y a pas de mandat impératif en France, mais je ne comprends pas comment reprocher à la majorité issue des urnes de voter une loi qui était inscrite dans son programme… sauf à mettre en cause la légitimité des élus…

      Bref, il y a eu discussion, entre partis et en public sur le mariage ouvert aux homos. Les partisans de ce mariage ont été élus et pour une fois ont tenu promesse.

      Personnellement, le mariage de quelques personnes de même sexe me paraît quand même bien peu de chose au regard de la tragédie des migrants ou des sans papiers : pour les sans-papiers, une loi devait venir adoucir les dispositions ignobles prises par la droite, ce n’est toujours pas le cas et pourtant, il y a aussi plein de manifestations pour des gens qui vivent chez nous, à nos côtés, qui s’occupent de notre santé ou de nos parents ou de nos enfants …

      A quand une grande manif avec comme thème : « des papiers pour tous parce que la terre est à tous » ?

      et je ne doute pas que vous en ferez partie

      Répondre à ce message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Thème Ecolo sous Licence Creative Commons By-Sa